RSS

[BOUQUINS] Jussi Adler-Olsen – Selfies

30 Juin

J. Adler-Olsen - Selfies« Oh mon Dieu, Oh mon Dieu, je suis en retard ! » pourrais-je sans mentir affirmer en paraphrasant un célèbre lapin blanc (cf Alice Au Pays Des Merveilles), sauf que pour ma part il ne s’agit pas d’un quelconque rendez-vous imaginaire, mais de la lutte inégale qui m’oppose à mon Stock à Lire Numérique. De nombreux auteurs et romans font les frais de ce retard, ce qui explique pourquoi j’ai attendu trois longs mois avant de me lancer dans le septième opus du Département V de Jussi Adler-Olsen, Selfies.
Alors que le Département V est menacé de fermeture pour d’obscures raisons statistiques et budgétaires (raisons que Carl Morck conteste vertement), le comportement de Rose est de plus en plus chaotique et imprévisible. Carl et Assad vont donc devoir enquêter seuls sur un possible lien entre un crime commis douze ans plus tôt et un crime survenu il y a trois semaines et encore en cours d’investigation…
Le tome précédent, Promesse, ne m’avait pas totalement convaincu, j’attendais donc beaucoup de cette septième enquête du Département V. Le résultat fut-il à la hauteur de mes attentes ? La réponse est malheureusement non, sans la moindre hésitation.
Je ne dis pas que le roman est nul, loin s’en faut ; c’est même un bon polar, efficace et parfaitement maîtrisé, mais je ne retrouve pas l’éclat qui faisait des cinq premières enquêtes de véritables coups de coeur.
Il faut bien reconnaître que l’enquête sur laquelle planche le Département V manque cruellement de profondeur par rapport aux précédentes. Sans doute aussi parce que Carl, Assad et Gordon passent beaucoup (trop ?) de temps à enquêter sur le passé de Rose afin de comprendre les raisons de son pétage de plombs.
Ah Rose, cette chère Rose ! On peut dire que plus d’une fois, dans les tomes précédents, j’ai eu envie de lui coller des claques face à ses sautes d’humeur imprévisibles. Il faudra attendre le sixième opus pour avoir un début de réponse permettant d’expliquer le pourquoi du comment de son comportement pour le moins imprévisible, de fait elle était remontée d’un cran dans mon estime. Mais ce n’était que la partie visible de l’iceberg, dans ce tome nous découvrons ce qu’elle a dû subir dans son enfance et sa jeunesse. Et surtout nous plonger au coeur même de l’esprit tourmenté de Rose. Je ne dirai rien de plus mais sachez que j’ai revu mon jugement la concernant, j’en suis même venu à me faire du souci pour elle.
Mais voilà, à force de centrer l’essentiel du roman sur le cas d’un seul personnage les autres en pâtissent forcément un peu (beaucoup ?). A commencer par l’enquête sur l’affaire du pistolet à clous qui est totalement oubliée alors que les choses tendaient à se décanter. J’ai trouvé Carl nettement moins cynique que par le passé, même s’il a encore le don de taper sur les nerfs de sa hiérarchie. Quant à Assad, il a miraculeusement fait des progrès en danois (même si parfois il y a quelques ratés) sans que l’on sache le pourquoi du comment de la chose.
Parallèlement à l’enquête du Département V, une assistante sociale se lance dans une croisade contre les parasites sociaux, déterminée à les éliminer une bonne fois pour toutes. Le lien entre les deux affaires apparaît rapidement aussi visible que le nez au milieu de la figure, mais ça ne suffit pas à donner au roman un second souffle qui lui aurait fait le plus grand bien.
Avant de poursuivre permettez-moi de m’étendre sur cette notion de parasite social. Ne sont pas visés les honnêtes gens qui bénéficient d’aides sociales et se démènent pour essayer d’améliorer leur sort. En l’occurrence il s’agit de nanas superficielles qui usent et abusent des aides sociales pour se pomponner, acheter des fringues et autres conneries du genre… sans faire le moindre effort en vue de réintégrer le système. Dans le cas du présent roman, je dois avouer que plus d’une fois j’ai eu des envies de meurtres concernant les trois greluches visées par Anne-Line Svendsen (l’assistance sociale psychopathe) ; je n’irai pas jusqu’à lui donner raison, mais il s’en faut de peu…
Un septième tome en demi-teinte (comme le précédent) mais cela ne m’empêchera pas d’être fidèle au poste pour les suivants. D’une part parce que ça reste tout de même du polar haut de gamme, et d’autre part parce que l’équipe du Département V fait pleinement partie de ma famille littéraire, du coup je ne compte pas les abandonner avant d’avoir le fin mot de l’histoire.

MON VERDICT

Publicités
 
13 Commentaires

Publié par le 30 juin 2017 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,

13 réponses à “[BOUQUINS] Jussi Adler-Olsen – Selfies

  1. killing79

    30 juin 2017 at 18:05

    J’ai eu le même ressenti que toi…un peu déçu!

     
    • Lord Arsenik

      1 juillet 2017 at 07:47

      N’empêche qu’on sera là pour les prochains )

       
      • killing79

        1 juillet 2017 at 23:38

        Exactement!

         
  2. Zofia

    30 juin 2017 at 21:28

    C’est vraiment le risque avec ce genre de séries si je puis dire… au départ, on lance fort le truc et après on s’installe dans sa zone de confort. Bon perso, je n’ai pas encore lu le tome 2 !

     
    • Lord Arsenik

      1 juillet 2017 at 07:49

      Oups un peu de retard il semblerait )
      C’est vrai que les deux derniers tomes n’apportent pas grand chose tout en restant de très bons thrillers… Mais je garde espoir, il faut que le fil rouge trouve son dénouement.

       
      • Zofia

        3 juillet 2017 at 18:27

        Légèrement 😉 mais je n’y suis pour rien, c’est à celui qui crie le plus fort du fond de la PAL ^^

         
  3. belette2911

    1 juillet 2017 at 01:44

    Je l’ai apprécié mais j’aime mieux quand ils fouillent dans le passé sombre de leur pays, comme dans « dossier 64 » et en effet, plus de pistolet à clou ! Je me faisais tellement de soucis pour Rose que j’ai oublié le coup de Mr Bricolage !

    Bon, niveau retard, vaut mieux pour toi que pour moi ! 😆

     
    • Lord Arsenik

      1 juillet 2017 at 07:51

      On parie sur le retard ? 😀
      C’est la première fois que j’ai eu une réelle empathie envers Rose.

       
      • belette2911

        2 juillet 2017 at 06:56

        Non, on ne parie pas ! PTDR

        J’ai toujours bien aimé Rose et son côté borderline, je me disais bien qu’il y avait anguille sous roche.

         
      • Lord Arsenik

        2 juillet 2017 at 07:44

        Et quelle anguille… c’est du niveau baleine 🙂

         
      • belette2911

        2 juillet 2017 at 22:29

        Oui, vraiment ça ! La grosse baleine sous roche.

         
  4. Yvan

    1 juillet 2017 at 21:06

    Pour ma part je les ai tous adorés, sauf celui-ci qui est effectivement en demi-teinte pour moi aussi.
    A cause de personnages pas très intéressants et une histoire qui n’a pas la force des précédentes. mais ça reste un bon bouquin !

     
    • Lord Arsenik

      2 juillet 2017 at 07:44

      Le gars nous a habitué au top, du coup on est intransigeants. Mais je reconnais volontiers au ça reste du bon niveau malgré un coup de mou sur les deux derniers…

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :