RSS

[BOUQUINS] Frédéric Clémentz – Le 13e Cantique

04 Oct

F. Clémentz - Le 13e CantiqueAvec Le Serment Du Passeur, son premier roman, Frédéric Clémentz m’avait déjà fait forte impression, autant vous dire que je guettais avec impatience son second roman. Au point d’ailleurs de chambouler mon programme de lecture dès que l’auteur (que je remercie chaleureusement) me l’ait parvenir, me précisant que pour Le 13e Cantique il s’était vraiment donné à fond.
Cela fait deux mois que Maria et Lone attendent et espèrent le soir de L’Evénement, plus qu’une journée à patienter, demain elles pourront peut être enfin quitter PN1. Mais pour aller où ? Souvent on sait ce qu’on perd, mais l’incertitude plane sur ce qu’on gagne…
Vous proposer un pitch rapide de ce roman n’est pas un exercice facile, soit on prend le risque d’en dire trop et casser l’effet de surprise, soit on s’égare sur différentes pistes au risque de se montrer plus qu’évasif. Dans ces cas là je laisse la place au feeling, ne pas trop réfléchir, écrire comme ça me passe par la tête.
Pour un jeune auteur, auto-édité qui plus est, le cap du deuxième roman est bien souvent décisif pour la suite de sa carrière littéraire. Les plus frileux joueront la carte de la prudence en conservant un style proche de celui du premier roman (surtout si celui-ci a plutôt fait forte impression auprès de ses lecteurs), les plus audacieux n’hésiteront pas à se remettre en question ; c’est incontestablement à cette seconde catégorie qu’appartient Frédéric Clémentz. Le 13e Cantique n’a strictement rien à voir avec Le Serment, il explore une autre facette du thriller, ose une autre approche, et pimente même son intrigue d’un soupçon de fantastique.
L’auteur vous propose un thriller totalement original, tant par son intrigue à proprement parler que son approche de ladite intrigue. C’est un véritable roman gigogne que vous aurez entre les mains, un puzzle dont les pièces semblent sorties de boites différentes, sans rapport les unes avec les autres. Cà et là pourtant, au fil des pages, certaines pièces finissent par s’assembler tout naturellement mais il reste des zones d’ombre que l’on a du mal à combler. Frédéric ne laisse rien au hasard, toutes les questions trouveront leur réponse, tout finira par s’imbriquer comme une évidence.
Au fil des chapitres vous découvrirez l’histoire de Lone et de Maria, chacune racontant son parcours avec ses mots… et ses silences. On n’en finira pas de se triturer les méninges pour essayer de combler les vides laissés par les non-dits. Si elles ont suivi chacune un parcours différent avant de se trouver au PN1, il n’en reste pas moins une certaine cohérence. Mais quel rapport ont-elles avec Ricardo Bocqueda ou encore Raymond Segrettin ? Quel est le lien entre Ricardo et Raymond ? Les neurones n’ont pas fini de chauffer pour essayer de répondre à toutes ces questions. Et quand on découvre les réponses on n’a envie de se frapper le front en braillant : « Bon sang, mais c’est bien sûr ! ».
Même si on ne sait pas toujours où on va mettre les pieds, on y va au triple galop. J’ai littéralement dévoré les chapitres, totalement embarqué par l’intrigue et les personnages, et surtout crevant d’impatience de découvrir les fins mots des histoires.
A la fin de son roman l’auteur remercie ses lecteurs en ces termes :
« J’espère que ce thriller vous a emmené loin, très loin le temps d’une histoire.
Cette histoire vous a sans doute bousculé, dérouté, dérangé peut-être.
Tant mieux.
Un livre, il faut aussi que ça cogne,que ça hurle, que ça se mette en danger.
Et bien sûr que ça caresse, que ça tutoie la beauté, que ça s’installe dans le cœur. »
Pour répondre à tes espoirs :
– Oh que oui, tu m’as emmené très très loin. Parfois si loin que je ne savais plus vraiment où j’étais, mais je t’ai suivi aveuglément. Et tu as répondu à toutes mes attentes, et bien au-delà.
– Oui tu as réussi à me bousculer et à me dérouter, plus d’une fois même ! Dérangé ? Jamais, je t’ai fait confiance, comme tu m’as fait confiance.
– Oui ton bouquin cogne, gueule et se met en danger. Tu écris avec les tripes, le coeur et l’âme et ça se ressent dans chacune des phrases que tu couches sur le papier. Et lecteur passionné ne peut qu’aimer lire un auteur passionné.
– Et oui ça nous chauffe le coeur… après coup, avec un peu de recul. Pendant on serait amené à penser que l’espoir n’a pas sa place dans ton intrigue, mais la fin laisse percer une lueur. Du moins c’est ce que j’ai envie de croire. Le second effet Kiss Cool !
Merci pour ce bouquin, tu as transformé l’essai haut la main. Je t’attends de pied ferme pour le prochain… En attendant c’est avec grand plaisir que je te décerne un nouveau coup double.

MON VERDICT
jd5Coup double

Publicités
 
16 Commentaires

Publié par le 4 octobre 2016 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , , ,

16 réponses à “[BOUQUINS] Frédéric Clémentz – Le 13e Cantique

  1. Collectif Polar : chronique de nuit

    4 octobre 2016 at 15:08

    Rhoooo, je viens de lire une belle critique de son 1er bouquin et là tu en remets une couche avec son deuxième.
    Bon ben, il va vraiment falloir que je le découvre cet auteur. Pas le choix.
    Merci mister Lord!

     
    • Lord Arsenik

      5 octobre 2016 at 05:40

      Fred réussit à faire encore plus fort etr encore plus déroutant que Le Serment Du Passeur. Vraiment un auteur à découvrir et à encourager.

       
  2. stelphique

    5 octobre 2016 at 00:47

    Oh mais là, ce coup double me donne bien envie à moi aussi de bousculer mon planning de lecture! 😉

     
    • Lord Arsenik

      5 octobre 2016 at 05:40

      Deux titres à son actif et deux coups doubles, y’a pire 🙂

       
  3. belette2911

    5 octobre 2016 at 04:21

    Ça, c’est du lourd ! Pour un auto-édité, en plus, c’est encore mieux ! Avec un peu de chance, monsieur Albin Michel Robert Laffont Press Pocket tombe dessus et l’édite pour de vrai 😉

     
    • Lord Arsenik

      5 octobre 2016 at 05:42

      C’est tout le mal que je lui souhaite 🙂
      A moins qu’il ne préfère profiter de la liberté qu’offre l’auto-édition.
      En tous les cas je suis convaincu qu’il trouvera son public.

       
      • belette2911

        5 octobre 2016 at 17:28

        En effet, il fait comme il veut, le monsieur ! L’avantage d’une grosse maison est qu’il aura les têtes de gondoles, mais pas à Venise. Mdr

        Bonne mer** à lui.

         
  4. Blin-Couëdic

    11 octobre 2016 at 06:08

    J’avais lu le Serment du Passeur qui m’avait déjà bouleversé, tellement l’écriture était incroyablement belle et audacieuse. Là, je viens de terminer le 13é Cantique et je suis remué comme sans doute jamais je ne l’ai été en lisant un livre. Ce texte est une merveille, un diamant. Je ne peux pas imaginer une seule seconde qu’un éditeur n’ouvre pas grands les bras à cet auteur. Parce que cet écrivain ira loin, c’est sûr. 2 livres à son actif et déjà une vraie signature, une vraie identité, une vraie patte. Tout amateur de vraie littérature noire (mais pas seulement) doit lire ce livre, c’est une évidence !

     
    • Lord Arsenik

      11 octobre 2016 at 07:52

      100% d’accord avec toi.
      Je le dis et le répète, Fred écrit avec le coeur et les tripes, ça ne peut laisser indifférent aucun lecteur passionné.

       
  5. Castel

    12 octobre 2016 at 03:27

    C’est du très très lourd ce 13 e Cantique. Au delà de l’histoire totalement ahurissante et déjantée, il y a aussi une sacrée réflexion sur nos propres vies et c’est amené sans morale ni jugement. C’est magnifique de parvenir à faire ça. Il en faut un « putain » de talent !!!!

     
    • Lord Arsenik

      12 octobre 2016 at 07:03

      Exact Fred mérite qu’on fasse du tapage autour de son roman. Il a un talent monstre.

       
  6. Almanza

    12 octobre 2016 at 04:22

    Voilà un des livres les plus stupéfiants que j’ai lu depuis un bon paquet de temps. Quand on lit ça, on a (enfin je parle pour moi) envie de bouger des trucs dans notre vie et ça fait un bien fou. Je salue ici, bien sûr, l’imaginaire incroyable de Frédéric Clémentz et son écriture superbe et inimitable. Il y a dans ce livre des passages absolument sublimes et ils sont nombreux. Il faut lire le 13 éme Cantique car c’est plus qu’un livre: c’est un chemin à suivre et une façon évidente d’être en accord avec soi-même. Ne passez pas à côté de ce bouquin, vous perdriez gros.

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :