RSS

Archives Mensuelles: septembre 2016

[TV News] Game Of Thrones – Saison 6

Game Of Thrones S06C’est avec un peu de retard que nous avons visionné la sixième saison de Game Of Thrones, mais cela ne nous a pas empêché de nous faire les dix épisodes en trois soirées (5 – 3 – 2).
Au Nord, la Garde de Nuit est plus divisée que jamais après le lâche assassinat de Jon Snow.
A Westeros, Cersei Lannister ne compte pas laissée impunie l’humiliation que lui a fait subir le Grand Septon.
A Essos, Daenerys Targaryen ne sera pas la captive soumise que les Dothrakis s’attendait. Elle compte bien retourner la situation à son avantage. Pendant ce temps là, Tyrion Lannister et Varys gèrent tant bien que mal la crise que traverse Mereen.
Voilà succinctement le contexte de cette sixième saison, comme d’hab j’ai volontairement fait l’impasse sur certains personnages et certaines situations. Non pas qu’il s’agisse d’éléments secondaires (loin s’en faut) mais parce qu’être totalement exhaustif exigerait un pitch s’étalant sur plusieurs dizaines de lignes.
Cette fois les lecteurs de la saga n’ont plus aucun élément de comparaison, la série ayant définitivement pris de l’avance sur les romans (toujours aucune date annoncée pour la sortie du tome 6). Je trouve certes cela dommage maisi il faut bien reconnaître que ça semblait inévitable, pour ma part ça ne m’empêchera de me ruer sur les bouquins dès leur sortie (va falloir être patient pour découvrir la conclusion de GRR Martin).
Les 10 épisodes ne vous laisseront pas le temps de souffler, le rythme imposé étant plus que soutenu. Ca bastonne impitoyablement à tous les niveaux (avec en apothéose la bataille des bâtards du neuvième épisode). Bien entendu les morts brutales ne manqueront pas, certaines très attendues (ou au moins espérées), d’autres plus surprenantes. Que du bonheur pour les inconditionnels de la série et/ou des romans.
Tout ce que je peux vous dire c’est qu’à l’issue de cette sixième saison les alliances en vue de la conquête du Trône de Fer semblent se préciser. Sans surprise, on peut s’attendre à une confrontation explosive entre les maisons Targaryen et Lannister (devinez à laquelle va ma préférence).
Les showrunners ont d’ores et déjà fait savoir que la série compterait encore deux saisons, chacune réduite à sept épisodes, pour boucler la saga Game Of Thrones. Les rumeurs vont déjà bon train quant à la suite des événements, parmi les idées récurrentes on retrouve une septième saison consacrée à la bataille pour le Trône de Fer alors que la huitième se concentrerait (enfin) sur la guerre contre les Marcheurs Blancs. Wait and see
Réponse courant 2017 et 2018 sur petit écran ; d’ici là on peut espérer que le sixième opus version roman aura enfin vu le jour… et que l’accouchement du septième et dernier (sauf imprévu que personne ne souhaite) sera moins long.

 
5 Commentaires

Publié par le 28 septembre 2016 dans TV News

 

Étiquettes : , , , , ,

[BOUQUINS] Sara Greem – Publicité Pour Adultes : Tome 3

S. Greem - Publicité Pour Adultes : Tome 3Aaah que voilà un bouquin que j’attendais, frétillant d’impatience, il me tardait en effet de connaître la suite et fin des aventures de Ian, Terry et leurs redoutables oursons en peluche de la pub ; Sara Greem comblera-t-elle toutes mes attentes ? Réponse tout de suite avec ma chronique de Publicité Pour Adultes : Tome 3.
Professionnellement l’avenir semble radieux pour l’agence X//MARKS, même le procès qui l’oppose à Russell & Buzz ne devrait pas mettre en péril la survie de l’agence. Paradoxalement, Ian et Terry ne doivent pas baisser la garde, la menace de Conrad Russell est plus présente que jamais dans leur esprit. Mais ils pourront compter sur le soutien indéfectible des ourson en peluche de la pub, de Paul et Eva et des parents de Ian…
J’ai déjà eu l’occasion de vous signaler, lors de mes précédentes chroniques, que cette trilogie était bien plus qu’une banale escapade érotique dans le monde de la pub ; on est bel est bien en présence d’une intrigue solide, pleine de surprises et d’une grande richesse. Cet ultime opus va encore plus loin en ce sens, l’érotisme est moins présent et beaucoup plus soft (mais pas trop… quand même !), même la stratégie marketing mise en place par Ian et ses oursons passe au second plan (la machine est rodée, vogue la galère) ; cette fois Sara nous propose une intrigue digne d’un thriller, et d’ailleurs le rythme imposé est nettement plus intense que dans les deux précédents opus, les ultimes chapitres devraient même mettre vos nerfs à rude épreuve.
Le voile se lèvera peu à peu sur toutes les questions restées en suspens, nul doute que certaines de ces révélations ne manqueront pas de vous surprendre. Quoiqu’il en soit les pièces du puzzle s’imbriquent avec naturel au fil des pages, consolidant ainsi une intrigue déjà parfaitement maîtrisée.
J’ai retrouvé les personnages comme s’il s’agissait d’une bande de potes perdus de vue depuis quelques mois, le plaisir est toujours intact, voire même encore plus intense. En effet j’ai apprécié de retrouver un Ian plus apaisé, déterminé à faire la paix avec lui même et avec son père (même si la route promet d’être longue et tout sauf tranquille). Déjà dans le tome précédent nous avions vu Terry gagner en assurance, la tendance se confirme et s’accentue même ici ; elle n’hésite plus à s’imposer et fait preuve d’une grande force face à l’adversité. Et bien entendu il y a les inévitables oursons en peluche de la pub, égaux à eux même (et parfois même encore plus trash qu’à l’accoutumée) pour notre plus grand plaisir (vous pouvez compter sur eux pour mettre de l’ambiance en toutes circonstances… et à faire front ensemble si l’on se prend à l’un d’eux).
De nouveaux personnages feront aussi leur apparition et seront appelés à jouer un rôle primordial dans le déroulement de l’intrigue, je pense notamment à Ronald, rencontré lors du mariage (et quel mariage d’anthologie !) de Shirley.
Si vous avez aimé les deux premiers opus, vous ne pourrez qu’adorer ce final en apothéose. Si vous ne connaissez pas cette série je vous invite à la découvrir au plus vite. Que les plus prudes ne se laissent pas intimider par l’étiquette érotique, il y a tellement plus à découvrir dans ce roman (ceci dit ça reste tout de même réservé à un public averti).
Encore merci à Sara pour sa confiance et sa persévérance. Je me doute bien que l’accouchement a parfois dû être difficile (les trois tomes représentent tout de même pas loin de 1400 pages), mais quel joli bébé à l’arrivée. J’espère sincèrement que Publicité Pour Adultes aura le droit à toute la reconnaissance qu’il mérite.

MON VERDICT
jd4d

 
9 Commentaires

Publié par le 27 septembre 2016 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , ,

[BRD] X-Men – Apocalypse

xmapoRetour chez Marvel mais du côté de l’écurie Fox, avec X-Men – Apocalypse, le dernier volet de la saga X-Men, réalisé par Bryan Singer.
1983. Le premier et le plus puissant des mutants, En Sabah Nur / Apocalypse (Oscar Isaac) est de retour d’entres les morts. Il recrute les plus redoutables mutants, afin de refaire le monde (au sens propre). Récemment frappé par un drame personnel, Magneto (Michael Fassbender) n’hésite pas à rejoindre les rangs. Charles Xavier (James Mc Avoy) et ses mutants vont tout faire pour l’arrêter. Mais leur ennemi semble indestructible…
Dans le coin droit la Team Apocalypse, en plus de Magneto on y trouve Tornade (Ororo Munroe), Psylocke (Olivia Munn) et Angel (Ben Hardy). Dans le coin gauche, la Team Xavier, avec Mystique (Jennifer Lawrence), Phénix (Sophie Turner), Cyclope (Tye Sheridan), Vif-Argent (Evan Peters), Diablo (Kodi Smit-McPhee) et Fauve (Nicholas Hoult). Le combat peut commencer !
Un combat titanesque qui tient toutes ses promesses, au point que les scènes de destruction massive dépassent celles des deux Avengers réunis, et c’est rien d’le dire ! Du grand spectacle servi par des effets spéciaux irréprochables, la recette est imparable. L’intrigue ne se limite (heureusement) pas à une confrontation entre les mutants d’Apocalypse et ceux de Xavier, toutefois on ne peut vraiment parler de surprise ou d’originalité, l’ensemble reste assez classique. Rien de révolutionnaire mais le divertissement est au rendez-vous. Ce n’est déjà pas si mal mais venant de Bryan Singer on aurait pu espérer une conclusion ayant plus de prestance.
En parlant de conclusion j’ai trouvé la fin presque trop simple (voire simpliste), je ne m’étalerai pas sur la question afin de ne pas spoiler inutilement mais ça m’a un peu fait l’effet d’un joker sorti d’une manche. Pendant plus de deux heures on nous démontre qu’il n’est pas facile de détruire un indestructible et bin si finalement… et ça prend même pas cinq minutes.
Avec ce film on peut considérer que la boucle est bouclée entre les deux trilogies, le passé rejoint le présent… ou presque. Disons que dans les grandes lignes tout se met en place, ce que viendra confirmer l’ultime séquence post-générique. On a même le droit à une apparition de Wolverine (Hugh Jackman), courte mais redoutablement efficace.
Le show est certes assuré mais au minimum syndical.

♥♥♥½

 
3 Commentaires

Publié par le 23 septembre 2016 dans DVD / BRD

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

[BOUQUINS] Edith Couture Saint-André – Le Dernier Noël De Lucifer

ECSA - Le dernier noël de LuciferJe vous avais prévenu que vous retrouveriez très vite Mathilde et Lucy dans ces colonnes, et bien voilà qui est chose faite. Suite des aventures de cet improbable duo avec Le Dernier Noël De Lucifer, sous la plume d’Edith Couture Saint-André.
Surpriiise ! A peine rentrés de leurs vacances à Key West, Mathilde et Philippe sont convoqués au commissariat. Une certaine Lucy Feriale, arrêtée pour prostitution, affirme vivre chez eux. Et voilà nos deux tourtereaux plus ou moins contraints d’héberger une Lucy complètement désemparée. Et elle a de quoi, non seulement le Patron l’a virée, mais en plus elle est réduite à une condition de « simple humaine »…
Comme souvent en abordant une suite, je craignais une impression de déjà-vu, mais dès les premières pages l’auteure balaie mon appréhension en offrant au récit une tournure pour le moins inattendue. Mathilde et Philippe vont devoir se coltiner une colocataire pour le moins atypique, mais aussi et surtout une colocataire qui ignore tout du fonctionnement du corps humain et de la vie en société. Ca promet des moments de franche rigolade, à ce titre le premier repas de Lucy est un grand moment de franche poilade.
Ce second opus est peut être un tantinet plus « sérieux » que le premier mais rassurez-vous, les traits d’humour et/ou les piques ne sont jamais bien loin. Moins d’échanges sur le divin mais davantage sur l’humain ; le ton est différent mais toujours aussi agréable à lire et nous en met encore plein les zygomatiques.
Lucy, d’abord anéantie par sa condition humaine, va peu à peu s’habituer à ce nouvel état et aux multiples découvertes que cela lui réserve. Il n’en reste pas moins que comme colocataire elle est souvent une parfaite tête à claques. Mais qui sait, peut être finira-t-elle même par apprécier son humanité ?
Eté comme hiver, le duo Mathilde et Lucy (sans oublier Philippe et Sandy) est une garantie de bonne humeur avec parfois une pointe de cynisme (heureusement, il eut été dommage de se mettre à patauger dans la guimauve). Eté comme hiver leur mésaventures hors normes se lisent d’une traite. Oooh I feel good… one more time !
Bon allez je reconnais que la fin m’a fait un choc, mais avec le recul (pas trop long, je suis du genre à écrire mes chronique à chaud) elle est logique, voire s’imposait d’elle même. Bien entendu vous comprendrez que je ne puisse pas m’étendre davantage sur la question…
Une fois de plus je remercie Edith Couture Saint-André et ChrisEbouquin pour cette belle découverte et ces moments de lecture qui font du bien au coeur et à l’âme.

MON VERDICT
jd4

Morceau choisi

Les règles de fonctionnement d’un homme selon Philippe (et il n’a pas complètement tort)…

« Les hommes ne savent pas lire dans les pensées. Ergo : les sous-entendus subtils ne marchent pas, les sous-entendus moins subtils ne marchent pas non plus, pas plus que les allusions. Dites-le, c’est tout.
« ‘Oui’ et ‘non’ sont des réponses parfaitement acceptables à pratiquement toutes les questions.
« Quand vous avez un problème, venez nous voir seulement si vous avez envie qu’on vous donne la solution. Si c’est pour vous plaindre, il y a les copines.
« Tout ce qu’on a pu dire il y a six mois ou plus est non recevable dans une engueulade. En fait, tout commentaire qu’on a pu émettre devient nul et non avenu au bout de sept jours.
« Dans la mesure du possible, dites ce que vous avez à dire pendant la pub.
« Sachez une fois pour toutes que les hommes ne voient que seize couleurs, celles des paramètres par défaut de Windows. Pour nous, ‘pêche’ est un fruit, pas une couleur. Pareil pour ‘pomme’ et ‘citron’. Sachez qu’on n’a aucune idée de ce qu’est le fuchsia.
« Si on vous demande ce qui ne va pas et que vous répondez « rien », on agira exactement comme si tout va bien. On sait que vous mentez, mais on s’en branle.
« Ne nous demandez pas à quoi on pense à moins d’être prête à parler foot, bagnoles ou jeux vidéo.
« Vous avez assez de fringues, vous avez trop de chaussures, nous sommes en forme, ‘Rond’ est une forme ».

Et en bonus (Mathilde et Philippe) :

Pétée de rire, je lui ai suggéré de rajouter une rubrique ‘lunette des chiottes’ :
« Si elle est levée vous l’abaissez comme une grande fille, on n’entend jamais gueuler un mec quand vous l’avez laissé baissée alors qu’on a besoin qu’elle soit levée. Foutez-nous la paix avec ça ».
« Je mets tout de suite sur la liste et j’ajoute l’incontournable : si tu penses que t’es grosse, c’est probablement vrai. Alors ne demande pas ».
Celle-là m’avait flinguée.
« Que penses-tu de : si quelque chose qu’on a pu dire peut être interprétée de deux façons différentes et que l’une d’elles te rend triste ou te met en colère, on voulait dire l’autre ? »

 
6 Commentaires

Publié par le 22 septembre 2016 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , ,

[BRD] Warcraft – Le Commencement

Warcraft - Le commencementComme annoncé hier, on reste dans le domaine du jeu vidéo pour notre prochaine escapade cinématographique, au menu du jour Warcraft – Le Commencement, réalisé par Duncan Jones.
Le Royaume d’Azeroth, récemment pacifié, est brusquement envahi par une horde d’Orcs guerriers menés par le puissant mage Gul’Dan (Daniel Wu). Pour le roi Llane (Dominic Cooper), seul le Gardien, Medivh (Ben Foster) peut sauver Azeroth. Il envoie le commandant des armées, Lothar (Travis Fimmel) et un jeune apprenti mage, Khadgar (Ben Schnetzer) le quérir…
Comme pour Angry Birds je ne connais que très vaguement les jeux de Blizzard, qu’il s’agissent des jeux de stratégie Warcraft – Orcs And Humans et ses suites ou du MMO World Of Warcraft et ses extensions. A vrai dire au moment de sa sortie WoW avait opté pour un paiement par abonnement mensuel, son principal concurrent du moment, Guild Wars avait plutôt proposé le jeu à l’achat sans abonnement. Du coup j’ai privilégié Guild Wars, et aujourd’hui encore je n’ai aucun regret.
Mais revenons à nos moutons. Comme son nom l’indique, Warcraft – Le Commencement, va nous expliquer pourquoi Orcs et Humains se lattent la tronche depuis des lustres. Et c’est pas pour prendre position dans un conflit qui ne nous regarde pas, mais j’aurai tendance à penser que les humains ont de sacrées bonnes raisons d’être un tantinet énervés par ces visiteurs inopportuns… aucun respect de l’environnement, faudrait leur envoyer Greenpeace à ces saligauds d’Orcs.
Ma présentation du pitch est un peu succincte et peut sembler un peu trop manichéenne mais rassurez-vous, l’intrigue est plus complexe qu’il n’y paraît et surtout ne se résume pas à « gentils humains » et « méchants orcs ».
Chez les Orcs il y a une faction dissidente qui prend conscience que la stratégie touristique de Gul’Dan n’est peut être pas la meilleure option ; à leur tête le chef de clan Durotan (Toby Kebbell). Sans oublier que Azerroth est aussi peuplé de Nains et d’Elfes… même si dans l’immédiat ces deux factions n’ont pas l’air franchement préoccupées par l’invasion du royaume. Enfin il y en a une qui se retrouve le cul entre deux chaises, Garona (Paula Patton), pas tout à fait Orc et pas tout à fait Humaine (Demi-Orc dans le jargon heroïc fantasy) ; d’abord prisonnière des Orcs, puis libérée par Durotan avant de rejoindre les armées humaines…
Tout ça pour vous dire que l’intrigue tient la route, même sans être fan de WoW on se laisse prendre au jeu, c’est rythmé et ponctué par quelques revirements de situation qui sauront tenir le spectateur en haleine.
Au niveau des effets spéciaux globalement c’est plus que convaincant, les Orcs sont vraiment très réussis et les combats bien orchestrés. Un petit bémol toutefois concernant les Elfes, les traits figés, ils semblent tous être en pleine cure intensive de Botox. Et gros bémol concernant les loups des Orcs du clan de Durotan, un ratage complet, ni plus ni moins.
Au final ça demeure une bonne surprise, du grand spectacle divertissant. Reste à savoir maintenant s’il y aura une (ou plusieurs) suite(s), les chiffres aux States ne plaident pas vraiment en faveur d’un retour au cinéma, mais à l’international (et notamment sur le marché chinois) le film a plutôt fait recette. Pour un budget initial de 160 millions de dollars, le box office US ne parvient pas à atteindre la barre des 47,5 millions, mais à l’international (US compris) on flirte avec les 433,5 millions de dollars (dont pas loin de 221 millions pour le seul marché chinois). Wait and see…

♥♥♥½

 
4 Commentaires

Publié par le 22 septembre 2016 dans DVD / BRD

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

[BRD] Angry Birds

Angry BirdsLe hasard a voulu que nous regardions, quasiment coup sur coup, deux films qui sont des adaptations de jeux vidéo. Commençons par le début avec Angry Birds, co-production américano-finlandaise, réalisée par Clay Katis et Fergal Reilly.
La vie est un long fleuve tranquille sur l’Île aux Oiseaux. Red, un oiseau solitaire et un tantinet colérique, se voit condamné à suivre un stage de maîtrise de soi. Il y rencontre Chuck, hyperactif et adepte de la vitesse, Bomb, susceptible d’exploser à tout moment, et Terence, une montagne de muscle taciturne. Quand deux cochons débarquent sur leur île, les oiseaux les accueillent avec bienveillance. Sauf Red qui se méfie de ces nouveaux venus, avec Chuck et Bomb ils vont tenter de découvrir les véritables intentions de ces hôtes un tantinet envahissants…
Du jeu développé par Rovio je ne connais que le principe, utiliser des oiseaux et leurs capacités spéciales pour détruire les constructions des cochons, mais je n’y ai jamais joué et de fait, jamais essayé de comprendre le pourquoi du comment de la chose. Il semblerait d’ailleurs que ce dernier point n’ai jamais été abordé dans les différentes versions du jeu, le film va justement répondre à cette question existentielle.
A vrai dire j’ai abordé le film avec une légère appréhension : comment proposer une histoire qui tienne la route à partir d’un concept aussi simpliste ?
La première bonne surprise fut visuelle : les graphismes sont soignés, les décors magnifiques et, cerise sur le gâteau, l’animation est irréprochable. Du coup je commence à me faire plus attentif.
Il faut dire aussi que le ton est donné dès la première séquence, l’humour occupe la place d’honneur. Qu’il s’agit des dialogues ou des situations, tout est fait pour vous faire sourire et même rire. Challenge réussi !
Les personnages bénéficient eux aussi d’un traitement attentionné. Je n’irai pas jusqu’à parler de dimension psychologique mais tous ont des traits de caractère bien affirmés. Chez les oiseaux on retrouve bien entendu nos trois héros, mais les personnages secondaires ne sont pas non plus laissé pour compte (je pense notamment à Aigle Vaillant, héros sur le retour). Chez les cochons c’est essentiellement Leonard, le boss, qui bénéficie d’un traitement de faveur… enfin façon de parler, étant donné qu’il est menteur et manipulateur, entre autres.
Dernier point, et non des moindres, l’intrigue est plutôt bien ficelée. Le temps de planter le décor et l’on entre dans le vif du sujet ; à savoir on comprend enfin pourquoi les oiseaux en veulent tant aux cochons. Lors de l’assaut des oiseaux on retrouve d’ailleurs tout à fait les éléments du jeu, on choisit le projectile, puis la cible et FEU !!!
Au final c’est plutôt bien fichu et divertissant, idéal pour se vider la tête et rigoler un bon coup. Certes le film ne restera pas dans les annales du cinéma, mais je doute fort que ce soit le but recherché… Par contre incontestablement la recette est rentable, avec un budget de 73 millions de dollars, le film a engrangé plus de 346 millions au box office mondial.

♥♥♥

 
3 Commentaires

Publié par le 21 septembre 2016 dans DVD / BRD

 

Étiquettes : , , , , , , ,

[BOUQUINS] George R.R. Martin – La Princesse Et La Reine

GRR Martin - La Princesse Et La ReineTiens, tiens, que vois-je ? Une nouvelle inédite qui se déroule dans l’univers du Trône De Fer. Mon prééécieuuux !!! On chamboule le programme et on se jette avidement sur La Princesse Et La Reine, écrite bien entendu par George R.R. Martin.
A la mort du Roi Viserys 1er, son épouse, la reine Alicent fait couronné son aîné Aegon, allant ainsi à l’encontre des dernières volontés du défunt que souhaité que le trône revienne à sa fille aînée, issue d’une précédente union, la princesse Rhaenyra. Quand cette dernière apprend le sacre de son demi frère, elle se fait à son tour couronner. Aucune entente possible entre les deux parties, le conflit est inévitable. Et sera lourd de conséquences…
Une nouvelle initialement publiée dans le recueil Dangerous Women, co-édité par George R.R. Martin et Gardner Dozois, qui s’est retrouvée isolée, seuls les Sept savent comment, sur la vaste et impitoyable toile du Net. Heureusement que je passais par là par hasard et que j’ai pu la prendre sous mon aile bienveillante et protectrice.
On enclenche la machine à remonter le temps pour se retrouver 200 ans avant les événements décrits dans Le Trône De Fer. La dynastie Targaryen est à son apogée et règne depuis la nuit des temps sur Westeros. Les dragons font encore partie du paysage ; chaque membre de la famille royale en possède un, certains spécimens, restés à l’état sauvage, habitent même les grottes dans les montagnes de Peyrdragon.
Trois années durant, la Reine Alicent et la princesse Rhaenyra vont se livrer une bataille sans pitié. Une bataille qui restera gravée dans l’histoire de Westeros sous l’appellation de « Danse des Dragons »… le terme le plus juste eut été « Agonie des Dragons », en effet ce sont eux qui paieront le plus lourd tribut à la guerre. Il faudra attendre la rébellion de Robert Barathéon, bien des années plus tard, pour que les Targaryen soient chassés du pouvoir.
Les amateurs du Trône de Fer ne seront pas dépaysés : on retrouve de nombreux personnages qui se livrent sans vergogne à un jeu d’alliances, contre-alliances, trahisons et autres coups bas. La profusion de personnages, familles, et lieux pourra, de prime abord, déstabiliser le lecteur profane ; mais l’auteur parvient rapidement à nous familiariser avec tout ce beau monde. Complexe ? Oui. Brouillon ? Jamais.
L’intrigue est courte mais intense, il faut tout le talent de conteur de George R.R. Martin pour nous offrir un tel condensé d’action sur un peu plus de 100 pages. Le moins que l’on puisse dire c’est que l’on ne s’ennuie pas, c’est à peine si on le temps de respirer entre deux revirements de situation.
La « Danse des Dragons » fera l’objet d’un récit plus détaillé dans l’ouvrage Fire And Blood, consacré à la dynastie Targaryen, dont la publication est prévue après la fin de la saga. Il n’en reste pas moins que cette nouvelle reste incontournable pour tous les fans du Trône de Fer.
Je n’irai pas jusqu’à dire qu’elle fait aussi office de mise en bouche avant la sortie de tome 6 de la saga, aucune date n’étant encore officiellement annoncée… Seule certitude : « pas avant 2016 » selon les mots de l’éditeur. Merci, on avait remarqué !

MON VERDICT
jd4

 
Poster un commentaire

Publié par le 21 septembre 2016 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,

[BOUQUINS] Edith Couture Saint-André – Mon Eté Avec Lucifer

ECSA - Mon été avec LuciferDirection le Québec pour cette nouvelle chronique, au menu du jour, Mon Eté Avec Lucifer, signé Edith Couture Saint-André.
Mathilde a 60 ans, comme bon nombre de ses semblables elle aimerait échapper aux méfaits du temps qui s’écoule inexorablement. Sa rencontre avec la jeune et truculente Lucy Fériale pourrait bien être la réponse tant attendue. Mais faut-il prendre au sérieux sa proposition ? Mathilde lui donne trois noms, trois personnes qui lui ont pourri la vie ; non seulement Lucy se débarrasse des « cibles » mais en plus elle lui redonne les années perdues par leur faute. Tentant, certes, mais conclure un pacte avec le Diable n’est jamais sans conséquences…
Un titre arrivé entre mes mains par le biais de ChrisEbouquin, numérisatrice de son état, pour Flamant Noir notamment, mais aussi à son propre compte, comme ce fut le cas pour ce roman. Déçue par le (non) travail de son éditeur, l’auteure a pris contact avec Chris afin de repartir sur de bonnes bases… sur les pistes (parfois cahoteuses) de l’édition indépendante.
Parce qu’il faut bien lui coller une étiquette, j’ai opté pour fantastique (on cause tout de même de Lucifer, ce n’est pas tous les jours qu’on le croise à la boulangerie). Mais le cantonner à cet aspect serait trop réducteur. Le roman a aussi une certaine dimension, sinon sociale, à tout le moins humaine ; nous sommes tous confrontés au vieillissement, au temps qui passe et à ses conséquences, sans parler de l’issue qui nous attend tous au bout du chemin. Je suppose que pour nous, les hommes, la question n’est peut être pas aussi préoccupante que pour la gente féminine (quoique, quand je vois le développement de la gamme cosmétique pour hommes je me dis que je dois être l’un des derniers dinosaures).
Même sans se sentir directement concerné il faut bien avouer que ce sont des thèmes plutôt sérieux, mais rassurez vous, pas de coup de blues à l’horizon après avoir lu ce bouquin. Au contraire l’auteure opte d’emblée pour un ton décalé, bourré d’humour et de traits d’esprit ; rien de tel pour dédramatiser et booster les zygomatiques.
Si vous me suivez depuis déjà quelques temps vous n’êtes pas sans savoir que je suis un athée, non seulement je l’assume mais en plus je revendique le droit de le crier haut et fort. A ce titre je dois bien reconnaître que la réécriture de certains passages de la Bible par Lucy est purement est simplement jouissive, quelle poilade (les grenouilles de bénitier ont dû finir avec des ampoules aux doigts à force de se singer… oups, signer… oui je sais, c’est petit).
J’ai passé un très bon moment avec Mathilde et Lucy, sans oublier bien entendu les amis de Mathilde, dont Sandy (qui use et abuse de tous les moyens possibles et imaginables pour lutter contre les signes du temps) et Philippe (le confident de toujours, pour le meilleur et pour le pire). Le style est léger, la lecture fluide et la bonne humeur omniprésente. Oooh, I feel good !
Un grand merci à Edith et à Chris pour cette découverte. Il me tarde de retrouver tout ce petit monde. Ah oui j’oubliais… il y a une suite. Et vous savez quoi ? Elle devrait très vite faire l’objet d’une prochaine chronique.

MON VERDICT
jd4

Une preuve de plus, même si j’en suis de plus en plus convaincu, que l’auto-édition et l’édition indépendante n’ont pas à rougir face aux grosses machines à fric commerciales. Ces derniers temps je suis tombé sur de véritables pépites.
Un grand merci à vous qui avez su me faire rêver sans saigner à blanc mon portefeuille : Sébastien Tessier, Sara Greem, Jac Barron, Sosthéne Desanges, Frédéric Gynsterblom, Frédéric Clémentz, Céline Barré, Paul Clément, Elen Brig Koridwen et Edith Couture Saint-André. Et mille pardons à ceux que j’ai oublié de citer.

 
4 Commentaires

Publié par le 20 septembre 2016 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , ,

[BRD] Captain America – Civil War

Captain America - Civil WarPetite séance cinéphile histoire de bien finir le week-end, au menu du jour Captain America : Civil War, réalisé par Anthony et Joe Russo, déjà aux manettes des deux premiers Captain America. Troisième film dédié à Steve Rogers et treizième dans l’univers cinématographique de Marvel ; il inaugure la phase 3 dudit univers, phase qui devrait s’achever en 2018/2019 avec Avengers : Infinity War (décliné en deux parties).
Au cours d’une intervention en Afrique, sous le commandement de Steve Rogers / Captain America (Chris Evans), le pire est évité mais les dommages collatéraux sont lourds, très lourds. De fait l’ONU décide de placer les Avengers sous tutelle d’une unité de commandement international. Une décision qui divise l’équipe, d’un côté, les partisans du projet, menés par Tony Stark / Iron Man (Robert Downey Jr) et de l’autre, ses opposants dirigés par Steve Rogers. Lorsque la réunion de l’ONU est interrompue par un attentat meurtrier, et que tout semble accuser Bucky Barnes / Le Soldat de l’Hiver (Sebastian Stan) ; l’affrontement entre les deux parties semble désormais inévitable…
Un troisième volet de Captain America qui pourrait presque être un Avengers 2.5 tant le nombre du super-héros est impressionnant. On trouve bien entendu certains des Avengers « historiques », avec Natasha Romanoff / La Veuve Noire (Scarlett Johansson) et Clint Barton / Hawkeye (Jeremy Renner) mais aussi des héros ayant intégré le groupe en cours de route tels que le Colonel James Rupert / War Machine (Don Cheadle), Sam Wilson / Le Faucon (Anthony Mackie), Vision (Paul Bettany) et Wanda Maximoff / La Sorcière Rouge (Elizabeth Olsen) et même le dernier venu, non encore membre des Avengers, Scott Lang / Ant-Man (Paul Rudd).
Histoire d’apporter un peu de sang neuf, deux nouveaux héros, et non des moindres viendront grossir les rangs ; j’ai nommé Peter Parker / Spiderman (Tom Holland) et le Prince T’Challa / Black Panther (Chadwick Boseman). Soit dit en passant chacun aura le droit à son long métrage dédié, respectivement en 2017 et 2018.
Après une séquence d’ouverture explosive (c’est le moins que l’on puisse dire), l’on entre dans le vif du sujet. Ce n’était déjà pas le grand amour entre Steve Rogers et Tony Stark mais cette fois le torchon brûle, et ça ne va pas aller en s’améliorant. Et forcément quand des super-héros s’en foutent plein la gueule, il y a de la casse… et pas qu’un peu ! L’affrontement à l’aéroport restera certainement dans les anales de l’univers Marvel : spectaculaire, mené à un rythme d’enfer et ponctué tout de même par quelques touches d’humour.
En effet même si ce film reste certainement l’un des plus sombres de l’univers cinématographique Marvel, l’humour reste un ingrédient incontournable. En l’occurrence c’est Spiderman qui remporte la palme du comique dans ce film, même au coeur de l’action il ne peut s’empêcher de jacasser comme une pie (ce qui ne nuit nullement à son efficacité). Ca tranche avec le sérieux de Black Panther, il faut dire que ce dernier est surtout motivé par son désir de vengeance.
Ai-je besoin de préciser que les effets spéciaux sont irréprochables ? A force de lire mes chroniques des films Marvel, vous devez finir par le savoir ; donc je vais éviter de radoter.
Bien que n’étant pas fan du personnage de Captain America, je m’attendais quand même à du lourd avec ce film. Et je n’ai pas été déçu ! Tout est parfaitement maîtrisé, j’en viendrai presque à apprécier notre capitaine d’une soirée pour le coup.
A l’issue du film on peut légitimement se demander ce qu’il va advenir des Avengers. Qui sera au casting d’Infinity War ? Et forcément quels seront les absents ? On peut bien entendu aussi s’attendre à voir apparaître de nouveaux venus, outre Spiderman et Black Panther, Dr Strange et Captain Marvel auront eux aussi le droit à un film dédié d’ici là. Une seule certitude, les Avengers bénéficieront du renfort des Gardiens de la Galaxie… pour affronter Thanos ! Tout un programme pour les fans de l’univers Marvel.

PS: n’oubliez pas de rester jusqu’à la toute fin du générique. Il y a en effet deux séquences post-génériques qui vous attendent.

♥♥♥♥

 
4 Commentaires

Publié par le 19 septembre 2016 dans DVD / BRD

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

Tête à tête (virtuel) avec Elen Brig Koridwen

Bonjour Elen, merci d’avoir accepté de te prêter au jeu de ces questions-réponses par mails interposés.

Commençons par le commencement, peux-tu présenter rapidement ?

Cinquante-cinq ans, divorcée, des enfants. J’ai eu une vie très agitée où j’ai couru le monde et exercé de nombreux métiers. Aujourd’hui, je suis en longue maladie et je vis seule avec 6 chats recueillis à la SPA ou dans la rue.

Désolée, je n’ai pas grand-chose d’autre à dire : la discrétion m’est une seconde nature et je ne fonctionne que sous pseudonymes.

Comment t’est venue l’envie d’écrire ?

Je suis née avec ! 🙂 Mes parents avaient été libraires avant de se reconvertir dans l’enseignement. Mon père avait également connu un certain succès en tant qu’auteur. Mon parrain est membre de l’Académie française. Dans la famille, tout le monde était amoureux des livres. Chez mes parents, il y avait une fabuleuse bibliothèque de près de deux mille livres, reliés pour la plupart : chacun représentait pour nous un objet d’art, aussi bien par sa forme que par son contenu…

Ma mère m’a appris à lire à l’âge de trois ans, et ensuite je n’ai plus cessé ; pour m’encourager, on m’autorisait même à lire à table. À 10 ans, quand j’ai attaqué les « Flicka », la série des Trois mousquetaires, Jack London, Jules Vernes, Dickens…, je lisais au moins un livre par jour, et ça m’est resté jusqu’à l’âge adulte, où j’ai dû freiner un peu par moments. J’avais écrit mes premiers poèmes à l’âge de 5 ans, été publiée à 9 ans dans une revue, et j’ai commencé mon premier roman à 13 ans, même si la poésie m’était plus naturelle. Dans un milieu comme le mien, tout cela semblait couler de source,…

Plus tard, au lycée, les profs me laissaient libre d’écrire pendant les cours. Ils disaient à mes camarades que je serais écrivain ; cela avait l’air d’être une évidence pour tout le monde. Un prof est allé jusqu’à faire étudier l’un de mes poèmes en classe. C’était une situation très embarrassante. J’en ai retenu que l’interprétation de nos écrits est parfois d’une grande extravagance, et que l’on prête sans doute aux écrivains défunts des intentions très éloignées des leurs !

Tu as fait le choix de l’auto-édition, pourquoi ?

Je connais bien – trop bien – le milieu de l’édition. J’ai reçu des encouragement flatteurs, notamment de Laudenbach, le fondateur des Éditions de la Table Ronde, et bien plus tard, deux offres des éditions Robert Laffont (aventures complètement folles que j’ai racontées sur le site monBestSeller : http://www.monbestseller.com/actualite-litteraire-du-cote-des-auteurs/du-cinema-dans-ledition-elen-brig-koridwen-robert-laffont). Il y a eu aussi une occasion ratée d’un cheveu chez Gallimard. Par ailleurs, aux détours d’une vie tumultueuse, j’ai pas mal travaillé comme « nègre » (écriveur/réécriveur pour d’autres auteurs : ce que les anglo-saxons appellent ghostwriter).

Tout cela m’a permis d’entrevoir des aspects qui froissaient mes principes. J’adorais le dieu Littérature, et j’assistais, consternée, à toutes les petites faiblesses et compromissions de ses Grands Prêtres… Dans l’édition comme dans beaucoup de milieux, le relationnel est crucial, ce qui entraîne des décisions parfois très arbitraires. Cela ne donne ni envie ni confiance.

Et puis, malgré ma tentation de m’en remettre à beaucoup plus compétent que moi, je ne rêvais pas d’être un poulain dans une écurie ; j’aspirais à galoper dans de plus vastes étendues… En clair, être édité c’est accepter que son roman soit calibré, formaté pour entrer dans telle ou telle collection, plaire à tel ou tel public. Or je suis « atypique et paradoxale », je touche à tous les genres, souvent en les panachant dans un même texte, ce qui est un vrai péché aux yeux d’un éditeur. Et je change de style au gré des ambiances : c’est un atout pour un ghostwriter, mais on me l’a reproché chez Gallimard en tant qu’auteur. Seulement, c’est comme ça que j’aime écrire !

 Un choix courageux mais aussi un parcours du combattant parfois, non ? Entre écriture, corrections, mise en page, numérisation… comment t’organises tu ?

Très mal. 🙂 Je suis écartelée entre mes activités d’auteur et ma « vie sociale » sur facebook. Je gère des groupes d’aide ou de promotion pour les auteurs, mais aussi les blogueurs et autres intervenants du monde du livre. Je m’emploie à épauler d’autres auteurs : je fais de la correction bénévole voire de la réécriture, je conseille, j’oriente, je soutiens. Enfin, autant que possible je lis, chronique ou du moins commente mes pairs, parce que nous avons tous besoin d’avis pour progresser et pour gagner en visibilité. À côté de cela, j’ai toujours une petite activité « pro » de ghostwriter pour aider à faire bouillir la marmite.

Tu as raison de souligner que l’autoédition est un travail d’homme/femme-orchestre. Il faudrait avoir de nombreuses compétences, que je suis bien loin de toutes maîtriser. Depuis quelque temps, j’essaie de promouvoir l’idée qu’il serait utile de s’organiser en mini-coopératives d’auteurs maîtrisant divers savoir-faire, afin de produire des ouvrages aboutis dans tous les domaines, comme pourrait le faire une maison d’édition. La correction finale doit toujours bénéficier d’un œil extérieur ; à force, l’auteur ne voit plus ses propres fautes. (Et ne parlons pas de la réécriture, qui permettrait à bien des auteurs ayant conçu une bonne histoire d’en faire un roman à succès : exactement le travail accompli par les grandes maisons d’édition sur la plupart des manuscrits.) La mise en page et la mise en ligne nécessitent des compétences technologiques que possèdent peu d’auteurs. La couverture est un autre domaine nécessitant un vrai savoir-faire, et il en est de même pour le marketing (choisir un format, rédiger un résumé, une biographie de l’auteur, réaliser une vidéo de présentation, définir des modes de promotion…) Enfin, la promotion elle-même est plus efficace quand elle est effectuée par un tiers. Qu’est-ce que tu trouves plus convaincant : « Lisez le livre de Machin, j’ai adoré ! » ou « Lisez mon livre, il est super ! » ? 🙂 Donc, j’encourage les auteurs à se regrouper à 2, 3 ou 4 personnes qui s’apprécient et s’entendent bien, afin de mutualiser leurs compétences pour parfaire leurs ouvrages et multiplier leurs chances de succès, quitte à se partager les droits : mieux vaut être à quatre sur un best-seller que tout seul sur un flop… 😉 Enfin, c’est mon point de vue.

Il existe bien sûr un système moins formalisé d’échanges de services ou de coups de main bénévoles. Un auteur dont j’ai corrigé la saga m’a offert de mettre mes ouvrages en format ePub et prochainement sur Create Space ; un autre a entrepris sans contrepartie de réaliser mes couvertures. C’est l’une des merveilleuses vertus du milieu indé, un esprit de camaraderie qui, je l’espère, perdurera très longtemps…

Récemment, dans le cadre de mes coups de main bénévoles, j’ai accompagné « mon padawan », le jeune auteur Morgan of Glencoe, pour son premier roman Si loin du soleil. Du travail éditorial à la promotion, si bien que Morgan me présente comme son éditeur ! 😀 Cette expérience a été un vrai régal. Et elle prouve que grâce à un travail d’équipe, un roman refusé par l’édition traditionnelle dans sa version d’origine peut faire un très joli succès en autoédition.

Avec tout cela, il me reste peu de temps pour l’écriture, et c’est ce qui m’a amenée à inventer le concept d’Apéribook : des ebooks assez courts pour goûter à une ambiance ou une autre ; en fait, un assortiment de nouvelles de tailles et de genres variés, un peu comme des tapas. Cela me permet de continuer à conter des histoires sans y consacrer plusieurs mois, et les lecteurs peuvent les lire entre deux romans plus consistants, par exemple dans les transports ou dans une salle d’attente. S’ils aiment mes styles, ils peuvent ensuite passer à plus « lourd », comme tu l’as fait en goûtant à Une proie sans défense avant de te lancer dans Élie et l’Apocalypse, qui est un copieux plat de résistance ! 🙂

Enfin, je travaille aussi sur EELA, et j’essaie d’autoéditer peu à peu toutes les œuvres restées dans mes tiroirs. Tout cela représente un travail de longue haleine, mais si EELA trouve son public, je m’y consacrerai davantage : le plan de toute la saga est  rédigé, je pourrais aller assez vite.

Quels conseils donnerais-tu as un auteur qui hésite à franchir le pas de l’auto-édition ?

Avant tout, faire en sorte de ne publier qu’un livre parfaitement au point. La littérature indépendante souffre d’une réputation de médiocrité qui, hélas, est trop souvent justifiée. Récemment, une blogueuse exaspérée a dit, en gros, qu’il faut filtrer des tonnes de boue pour trouver quelques paillettes… Et il faut reconnaître que pour une perle, écrite avec talent et impeccablement présentée, il y a des milliers d’écrits qui auraient dû faire l’objet d’une relecture attentive et d’une mise en page soignée.

C’est fabuleux que grâce au numérique, il soit si facile de mettre ses écrits en ligne. Mais c’est aussi un piège, car cela incite les aspirants auteurs à le faire trop à la légère. S’autoéditer n’est pas simplement s’autopublier ; cela nécessite un travail éditorial, c’est-à-dire que le texte doit être évalué, amélioré autant que possible, corrigé, mis en forme. On ne peut pas faire n’importe quoi, sous peine non seulement de se dévaloriser, de s’attirer des commentaires souvent acerbes sur les sites de publication, mais aussi de nuire à tous ses petits camarades en contribuant à entretenir l’idée que les autoédités sont des ratés, les nuls rejetés par l’édition…

Ensuite, il faut s’entourer de conseils. Le milieu des indés est dynamique et solidaire, l’entraide y est assez courante. Je suis loin d’être la seule à corriger bénévolement les manuscrits d’autrui. Il y a des sites de bêta-lecture comme CoCyclics, et aussi des groupes facebook, comme Auteurs indépendants sur Kindle ou mon groupe Auteurs cherchent avis, chronique ou bêta-lecture, où l’on peut poser des questions et recevoir de l’aide.

Quelques mots ou conseils pour les auteurs auto-édités qui se plaignent de ne pas trouver d’éditeur ?

Je les renvoie à cet article sur mon blog : « Vouloir être édité ? Mais pourquoi, nom d’un chien ? » 😉

http://www.blog-elenbrigkoridwen-elieapocalypse.fr/2016/07/vouloir-etre-edite-mais-pourquoi-nom_98.html

Que dirais tu aux lecteurs qui considèrent encore l’auto-édition comme de la littérature bas de gamme ?

Je leur dirais qu’ils se trompent : dans l’autoédition cohabitent des nanars illisibles et de petits chefs-d’œuvre, mais évidemment, dans l’état actuel des choses il faut fouiner dans un océan de publications pour trouver des trésors. C’est pourquoi j’essaie de promouvoir l’idée d’une liste d’ouvrages de qualité qui serviraient de vitrine pour amener le grand public à la littérature indépendante.

Parlons maintenant de ta saga, Elie et l’Apocalypse (EELA pour les intimes). Comment t’est venue l’idée de te lancer dans un projet aussi ambitieux ?

J’ai rêvé cette histoire d’une traite il y a… tiens, presque 9 ans ! Dès mon réveil, j’ai décidé de m’y atteler. J’étais alitée, gravement malade, alors au départ je voulais  faire d’EELA une sorte de testament à l’intention de mes enfants : un « Ce que je crois » leur dressant un tableau du monde et résumant mes convictions. J’y parle de la tolérance, de l’empathie, du respect de la Nature et des animaux, du sens de la vie, de l’attitude face à la mort. En filigrane, s’exprime mon horreur des dogmes et plus généralement de toutes les doctrines, science incluse, qui rejettent et condamnent par principe les autres opinions, les autres angles d’approche. « La dictature des courtes vues » convaincues d’avoir raison, est un travers très répandu !… Alors que le salut du genre humain réside dans les nuances, l’ouverture d’esprit, l’acceptation que chacun peut avoir son propre regard sur le monde et s’en porter très bien, du moment que cela ne nuit à personne.

Comme je l’ai signalé dans ma chronique, c’est un roman multi-genres et multi-thèmes ; si tu devais le « vendre » à un lecteur hésitant, comment tu t’y prendrais ?

Aaah ! C’est là que l’on se dit que rien ne vaut un regard extérieur. Un auteur est souvent piètre promoteur de son propre ouvrage, il manque de recul et peine à dégager une vue d’ensemble… Surtout pour un livre aussi dense et multiforme.

Comme tu l’as remarqué dans ta chronique, la « colonne vertébrale » de la saga est une intrigue transversale de type Da Vinci Code, que l’on peut résumer ainsi :

« Le plus célèbre livre de toute l’Histoire, la Bible, renferme une « erreur » jamais divulguée.
Elle est le seul indice d’un incroyable complot, la clé d’un secret scellé depuis la nuit des Temps.
Alors que l’humanité court à sa perte, ce mystère sera-t-il enfin élucidé ?
Il peut changer la vie. Changer la mort. Sauver le monde. »

Mais EELA est un roman à plusieurs niveaux de lecture et qui aborde de nombreux sujets. Donc, sur ma page auteur, j’ai plutôt écrit :

« En créant « EELA », j’ai eu envie de dire tout ce qu’un auteur rêve d’exprimer, partager, faire découvrir. En même temps, je souhaitais que mes lecteurs rient, pleurent, tremblent sans reprendre leur souffle, à travers un grand conte fantastique plein de surprises et de rebondissements – celui-là même que j’avais rêvé de bout en bout la nuit du 4 novembre 2007. J’ai choisi d’écrire un livre abordable sous plusieurs angles, afin que chaque âge y trouve son compte, de 15 à 95 ans. Alors, bienvenue aussi dans mon univers ! Comme l’a dit une chroniqueuse littéraire, Élie et l’Apocalypse a été écrit pour VOUS. »

Mais en vérité, je préfère passer la main aux blogueurs, ces nouveaux et très précieux acteurs du monde du livre. Votre énorme travail désintéressé est vital pour les auteurs indépendants, qui bien souvent n’ont pas d’autre moyen de se faire connaître. Sur Amazon, je cite un petit florilège d’avis de blog’litt qui se sont penchés sur le tome 1 :

« Un roman très prometteur, digne des romans fantasy à succès. » (Book n’Geek)

« Elen Brig Koridwen pose des valeurs, des questions, des problématiques très humaines et on ne peut qu’en être touché. Fort, spécial et talentueux ! » (La voix du livre)

« On sort grandis de notre lecture » (Palace of Books)

« Un super roman qui est parti pour conquérir le monde ! » (Le cinéma des livres)

« Une œuvre qui ne ressemble à aucune autre » (Passion littéraire)

« Tout le monde y trouve son compte » (Lecture en blog)

« Un roman solidement construit, de lecture très agréable, où l’on ne s’ennuie jamais. Et l’omniprésence d’un humour qui n’épargne personne… » (Chapitre zéro)

« Un livre qui peut se lire à tous les âges avec un point de vue différent à chaque fois » (Manque de sommeil chroniques)

« Passé le premier chapitre on entre vite dans l’addiction… on veut savoir… on lit et on lit… Lecture, fascinante, émouvante, initiatique, envoûtante, stressante parfois, mais une lecture où l’on veut savoir la suite. » (La mélodie des crayons)

« Une vraie pépite, riche, bien écrite, palpitante, drôle, émouvante,… Un grand bravo ! » (Ma bouquinerie)

« Une saga en cours d’écriture qui gagne à être connue, car elle fera à mon avis le bonheur de beaucoup de lecteurs. » (Arieste overblog)…

On trouve dans ton roman beaucoup de références scientifiques, mystiques, symboliques… ; ça représente un gros travail de recherche et de documentation, comment procèdes-tu ?

En effet, ma culture générale n’y suffirait pas, même si la saga touche aussi à certains de mes domaines de compétence. Entre 2007 et 2009, j’ai lu de nombreux livres afin d’approfondir certains sujets, tels que l’ésotérisme.

En dehors de cela, Google est mon ami. 🙂 Je recherche des sources fiables et je recoupe toujours le plus de documents possible pour vérifier les informations ; du coup, j’ai dû ingurgiter des centaines de pages de textes parfois ardus, d’où la lenteur de rédaction du premier tome : plus de 10 000 heures de travail, rien que pour la première édition de 2012 ! Désormais, cela va plus vite.

Par précaution, je fais valider tous les éléments scientifiques par des personnes compétentes.

Tout cela au fil de l’écriture, et non pas en amont ; ce qui m’a permis en de nombreuses occasions d’étoffer mes intrigues ou d’ajouter des développements imprévus, à partir d’un élément intéressant découvert au passage.

Comment travailles-tu sur la suite d’EELA ? Tu as déjà la trame complète en tête, juste les grandes lignes ou tu es en roue libre ?

Dès le départ, j’avais une idée précise de l’histoire dans son ensemble ; j’ai peaufiné les détails au fil de mes recherches documentaires.

Le plan général a été rédigé dès le départ ; c’est indispensable dans le cas d’une saga aussi longue, avec des intrigues aussi fouillées. Comme le regretté Robert Jordan, je tiens des notes qui, s’il m’arrivait malheur, permettraient éventuellement à un autre auteur d’achever EELA.

Mais je me réserve toujours une part d’improvisation, d’une part pour que les intrigues demeurent vivantes et fécondes, d’autre part pour m’adapter au contexte géopolitique et aux avancées technologiques, deux aspects qui tiennent une grande place dans la saga.

Comme tout lecteur passionné je suis du genre impatient ; sais-tu approximativement combien de temps il te faudra pour achever ton « grand oeuvre » ?

Je fais te faire une réponse de Normand : ça dépend.

Tu emploies le mot Grand-Œuvre : EELA est effectivement mon œuvre la plus ambitieuse, celle que je tiens à achever avant de mourir. J’y travaille chaque fois que je peux, et je m’y consacrerais entièrement si, du fait de mon état de santé, je n’avais pas de si maigres revenus que chaque vente d’un autre titre compte beaucoup pour m’aider à boucler mes fins de mois. Car pour le moment, le succès d’EELA demeure confidentiel, malgré un certain buzz à sa sortie en 2012 (mais alors, j’étais éditée ; puis l’éditeur a pris sa retraite, et j’ai dû repartir de zéro en 2015).

Cette nouvelle situation a une autre conséquence. Même si je peux écrire très vite, je fonctionne beaucoup à l’enthousiasme. EELA bénéficie de quelques fidèles soutiens, mais j’aurais grand besoin d’un nouveau fan-club pour souffler sur les braises  et me maintenir dans l’action. C’est pourquoi je te suis très reconnaissante de t’intéresser à son cas ! 🙂

Pour faire patienter / baver tes lecteurs, peux-tu nous donner des indices sur la suite du parcours d’Elie ?

Oui, bien volontiers. À partir du tome 2, dont le premier volume (sur 3) L’Arbre des Mondes est déjà paru, Élie va accomplir un tour du monde à la découverte d’autres cultures, d’autres formateurs… et d’autres péripéties : Dans le tome 1 Les trois Sages elle séjournait en Bretagne ; dans le tome 2 Rendez-vous au Paradis elle sera au Sahel et en Afrique sub-saharienne ; dans le tome 3 L’Alliance, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient ; dans le tome 4 Les sauveurs aux mains nues, en Asie du Sud-Est et en Océanie ; dans le tome 5 Les sept Sphères, en Extrême-Orient ; dans le tome 6 Cybervie, en Amérique centrale et aux deux Pôles ; dans le tome 7 L’Arbre d’or, en Amérique du nord ; dans le tome 8 Le marais des âmes, en Amérique du sud ; et dans le tome 9 Jugement dernier, en Europe, où l’histoire s’achève d’une façon qui, je l’espère, scotchera les lecteurs. 🙂

À chaque fois, Élie vieillit d’un nombre d’années correspondant au numéro du tome : elle a 10 ans à la fin du tome 1, 12 à la fin du tome 2, 15 à la fin du tome 3… et 54 à la fin du dernier tome. Toujours la symbolique du chiffre 9.

Après / pendant l’écriture d’EELA, as-tu déjà d’autres projets en tête ?

J’ai toujours au moins trois ou quatre projets en parallèle, ce qui me permet de varier les travaux d’écriture en fonction de mon humeur ou de ma disponibilité. Un Apéribook, c’est entre 1 et 5 jours d’écriture, donc une semaine de travail en contrepoint de mes autres activités. Je termine ou peaufine aussi d’anciens manuscrits restés dans mes tiroirs ou sur mes disques durs. Comme il faut bien subsister, j’ai depuis peu un projet plus « alimentaire », comme on dit : une idée rigolote de polar, peut-être une future série, mais  dont l’écriture ne nuirait pas trop à celle d’EELA.

Tu touches un peu à tous les genres à travers tes romans et nouvelles, as-tu un genre de prédilection ? Et a contrario un genre auquel tu ne te frotteras pas ?

Je peux difficilement parler d’un genre de prédilection, dans la mesure où la plupart de mes ouvrages sont multigenres. J’aime toucher à tout, j’ai même écrit de l’érotique et de l’horreur. 🙂 En revanche, je ne me verrais pas faire de la littérature industrielle, soigneusement dépourvue de style et bourrée de clichés – je dis bien « soigneusement », parce qu’il est prouvé que c’est la recette standard pour que cela se vende comme des petits pains.

Il en faut pour tous les goûts et je me veux tolérante, mais je suis tout de même hostile à la littérature industrielle, qui, en plus de ne pas mériter le nom de littérature, a le grave inconvénient d’abaisser peu à peu le niveau d’exigence du grand public ; lequel, du coup, boude les ouvrages plus élaborés (« normaux », quoi !) qu’il trouve trop compliqués. Il n’y a qu’à lire certaines chroniques pour comprendre le malaise…

Les fast-foods ont habitué le palais des Français à la malbouffe, bien que nous soyons un pays de haute gastronomie. De même, les fast-books rodent le lectorat à des livres minimalistes, avalés juste pour l’histoire, voire « pour se vider la tête », sans souci de qualité. Même en France, qui fut aussi un pays d’immense rayonnement culturel, cette dérive fait les choux gras de l’édition, dont le but est de vendre des produits de grande consommation : aussitôt lus, aussitôt oubliés, et au suivant !

Tout cela pour dire que je serais incapable de me forcer à écrire vite fait mal fait un livre genre 50 nuances de Grey ou Twilight, ou encore une romance style Harlequin, même si la recette est très facile à mettre en œuvre et si c’est quasiment le seul moyen de vivre de sa plume… Je ne veux certes pas dénigrer les auteurs de ces genres-là, qui ont raison, après tout, et maîtrisent souvent un savoir-faire très respectable. Seulement, ce n’est pas mon truc ! Je sais que certains lecteurs me jugeront élististe, voire arrogante, mais je persiste et signe : la facilité n’a jamais tiré personne vers le haut, et je souhaite à tout le monde de voler plutôt que de ramper. Or, si les pouvoirs absolus ont toujours aimé brûler des livres, et si aujourd’hui, l’on enterre la soif de culture avec autant de complaisance, c’est parce que le meilleur moyen de mener les gens par le bout du nez, c’est de les abrutir de divertissements creux. Alors, la romance industrielle, c’est mieux que la télé, mais guère… Je ne suis pas du tout d’accord avec les personnes qui proclament « peu importe, pourvu qu’ils lisent ! ». Je préférerais que l’on ait à cœur de nourrir ces lecteurs avec des mets de choix, qu’on les rende exigeants, compétents, pointilleux ; ils/elles ne s’en laisseraient plus conter par le premier escroc, charmeur ou politicien qui passe.

Est-ce que Elen la lectrice a les mêmes goûts que Elen l’auteure ?

Oui : les deux sont très éclectiques. Je lis et écris absolument dans tous les genres, sans aucun a priori ! Sauf quant à la qualité. Je l’avoue, je suis de plus en plus difficile, et je ferme neuf livres sur dix dès la première page : fautes, clichés, platitudes, maladresses me rebutent, il y a tant de belles œuvres que je ne pourrais pas lire en cent vies ! Quand le thème ou le ton me séduisent malgré tout, je propose parfois une réécriture bénévole. Sinon, je passe mon chemin. À force de lire (un jour, des amis se sont amusés à calculer avec moi : j’avais quelque 7 000 livres au compteur ^^), on devient tatillon.  Ou facile à contenter, au contraire, si l’on ne lit que du fast-book ! Tout lecteur est l’otage de sa bibliothèque…

Merci de m’avoir consacré un peu de ton temps. En bon gentleman, je te laisse le mot de la fin.

Merci à toi, my Lord, pour cette belle rencontre. C’est la devise d’EELA : « le hasard n’existe pas »… 😉

 
11 Commentaires

Publié par le 17 septembre 2016 dans Bouquins

 

Étiquettes : , ,