RSS

[BOUQUINS] Tom Cooper – Les Maraudeurs

06 Juin

T. Cooper - Les MaraudeursBorn on the Bayou chantait John Fogerty (oublions la très quelconque reprise de Francis Cabrel, Né dans le Bayou) ; une mélodie plutôt joyeuse emplie de nostalgie. Tout le contraire du Bayou qui sert de toile de fond au roman de Tom Cooper, Les Maraudeurs. L’hymne du Bayou ressemblerait davantage à Noir c’est noir. A la décharge de ses habitants notre bayou s’est pris de plein fouet l’ouragan Katrina en aôut 2005, une catastrophe naturelle qui a laissé des cicatrices indélébiles dans le décor mais aussi dans les coeurs et les âmes (1 577 morts en Louisiane). En avril 2010, la Lousiane est le premier état américain touché par la marée noire suite à l’explosion de Deepwater Horizon, la plate-forme pétrolière exploitée par BP ; une catastrophe économique sans précédent pour le premier état producteur de crevettes aux USA (sans parler des conséquences écologiques et environnementales).
À Jeanette, en Louisiane, on survit tant bien que mal grâce à la pêche, de génération en génération, mais depuis le passage de l’ouragan Katrina rien n’est plus pareil. Et quand la marée noire vient polluer les côtes, les habitants sont de nouveau confrontés au pire…
Le bouquin est construit selon le principe des PoV (Point of View) popularisé par Le Trône De Fer ; chaque chapitre se concentre sur un personnage phare de l’intrigue. Par ordre d’apparition, nous ferons connaissance avec :
– Les frères Toup, des jumeaux, charmants agriculteurs, un tantinet psychopathes qui vivent de la culture à grande échelle de cannabis qu’ils font pousser dans les marais.
– Lindquist, un pêcheur manchot qui passe le peu de temps libre dont il dispose à courir après le supposé trésor du flibustier Jean Lafitte ; quand il n’est pas défoncé par l’alcool et les médocs.
– Wes Trench, un ado résigné à vivoter de la pêche à la crevettes, mais déterminé à prendre ses distances avec son père acariâtre.
– Cosgrove & Hanson, deux losers bien déterminés à devenir riches, de préférence en faisant le minimum d’efforts… Et tant pis si leur business n’est pas franchement légal.
– Grimes, mandaté par la BP suite à la marée noire afin de convaincre les habitants d’accepter un règlement à l’amiable via une indemnisation minable.
C’est quasiment par hasard que ces personnages vont se croiser, se lier d’amitié, se détester ou même se traquer. La tension monte crescendo dans la moiteur hostile du Bayou.
Pour un premier roman, Tom Cooper signe une oeuvre magistrale, une fois que vous aurez plongé dans le Bayou en compagnie de ses personnages, déglingués et malmenés, vous ne pourrez plus lâcher le bouquin. Non que ce soit un condensé d’action, mais juste par vous serez possédé par le Bayou et ses habitants ; vous aurez de partager ses tranches de vie, que vous aimiez ou que vous détestiez le personnage auquel le chapitre est dédié. Les lecteurs du Trône De Fer comprendront sans mal ce que je veux dire par là, pour les autres je vous invite à vous lancer dans cette expérience.
Un roman qui par son ambiance n’est pas sans me rappeler la recueil Chiennes De Vie de Frank Bill, un bouquin qui m’avait bien pris aux tripes lors de sa lecture. Si ces tranches de vie, qu’elles se déroulent dans l’Indiana ou en Louisiane, sont pour nous des histoires fictives, il ne faut pas perdre de vue que pour certains elles sont le reflet de leur triste réalité. C’est sans doute cet ancrage dans le monde réel qui rend ce type de bouquin particulièrement percutant. Un régal à lire mais on garde un arrière goût de bile dans la gorge. Bravo et merci monsieur Cooper.

MON VERDICT
jd5Coup double

Advertisements
 
13 Commentaires

Publié par le 6 juin 2016 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , , , ,

13 réponses à “[BOUQUINS] Tom Cooper – Les Maraudeurs

  1. stelphique

    7 juin 2016 at 02:13

    alors lui, faut vraiment que je e découvres!!!!Vous voir à chaque fois, sur le coup de coeur, me donne bien envie de m’y mettre!!!!;) J’adore en plus l’ambiance du Bayou…..

     
  2. Yvan

    7 juin 2016 at 03:43

    bon, je n’ai pas été capable d’aller loin dans ma lecture de Chiennes de vie, trop noir pour moi. Du coup je doute…

     
    • Lord Arsenik

      7 juin 2016 at 07:56

      C’est nettement moins dur que Chiennes de Vies mais on y retrouve le même ancrage dans le monde réel.
      Faut dire que je l’ai attaqué tout de suite après Visions de Feu ; très éloigné de la réalité donc 🙂

       
    • belette2911

      10 juin 2016 at 01:03

      Yvan, chiennes de vie, c’est un monument de la littérature noire ! Une tuerie, ce livre et moi, faible femme, je l’ai lu et même pas de cauchemars, tiens ! 😛

       
      • Yvan

        10 juin 2016 at 15:57

        Trop noir pour moi, j’ai besoin d’un peu de lumière

         
      • Lord Arsenik

        11 juin 2016 at 06:58

        Lis Chiennes de vie en écoutant Patricia Kaas : Entrer dans la lumière… en boucle 😀

         
      • Yvan

        11 juin 2016 at 07:03

        Ahah, ça risque de me faire encore plus peur 😉

         
      • belette2911

        14 juin 2016 at 14:28

        Ben allume-là grand bêta ! Angie te fourni pas la lumière ? Engie… GDF ? Sinon, te reste les mecs qui se pointaient toujours en costard cravate à 8h le dimanche et qui disaient amener la lumière !

        Allez, on lit le livre et au trot !!

         
      • Yvan

        15 juin 2016 at 04:44

        Je vais réfléchir à ta suggestion. Ah bon c’était une menace ? 😉

         
  3. belette2911

    10 juin 2016 at 01:04

    Moins noir que Chiennes de vie, en effet, mais jouissif, amusant, drôle, dur, émouvant, amusant (je l’ai déjà dit, biffez celui que vous ne voulez pas). Un vrai coup de coeur aussi pour moi, ce roman ! ❤

     
    • Lord Arsenik

      10 juin 2016 at 07:36

      Au départ c’est le bandeau signé SK qui a attiré mon attention mais j’avais encore des doutes (me suis déjà fait avoir par ces foutus bandeaux), ton billet m’a convaincu.
      Et le bouquin m’a plus que convaincu, un petit bijou.

       
      • belette2911

        11 juin 2016 at 00:48

        Pour une fois que le bandeau-titre ne mentait pas ! Ça mérite d’être surligné !

        Oui, un vrai bijou !

         

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :