RSS

Archives Mensuelles: mars 2016

[BOUQUINS] Caryl Férey – Condor

C. Férey - CondorDécidément ce mois de mars est riche en sorties littéraires, difficile de suivre de rythme et, à défaut, de choisir quel titre privilégier par rapport aux autres. J’ai opté pour une excursion exotique en compagnie de Caryl Férey et son dernier roman, Condor. Nul doute que cette escapade chilienne ne sera pas de tout repos…
Des enfants meurent dans l’indifférence générale à La Victoria, faubourg très pauvre de la banlieue de Santiago. Gabriela Wenchwn, une jeune Mapuche, vidéaste amateure, contacte Esteban Roz-Tagle, avocat spécialisé dans les causes désespérées, afin qu’il vienne en aide aux familles endeuillées. Au cours de leur enquête ils vont rapidement s’apercevoir que leurs recherches et questions dérangent en haut lieu…
Quatre ans après Mapuche, Caryl Férey reste en Amérique du Sud, mais direction le Chili pour sa nouvelle intrigue. Un pays encore lourdement marqué par les années Pinochet, une dictature hyper répressive qui s’est faite au détriment du peuple chilien mais avec la bénédiction (voire la collaboration) des Etats Unis et de l’Europe. Un régime totalitaire en grande partie amnistié dans un simulacre de pardon national… Un terrain propice pour l’auteur qui ne manquera pas de rappeler les grandes lignes (et certains détails oubliés) de l’histoire contemporaine du Chili.
Difficile de trouver un duo plus atypique que celui formé par Gabriela et Esteban. Une jeune Mapuche qui a décidé de couper les liens avec ses racines pour tenter sa chance en ville et se retrouve dans l’un des faubourgs les plus miséreux de Santiago. Un avocat issu d’une richissime famille, révolté contre son milieu et ses origines dont l’aisance lui parait injustement acquise. Deux personnages aux personnalités bien marquées et une rencontre qui ne manquera pas de faire des étincelles.
Les autres personnages ne sont pas pour autant négligés, tous sont travaillés en profondeur. Il faut dire que le contexte permet à l’auteur de puiser dans des origines diverses et variées parmi les plus contrastées, notamment entre anciens opposants/victimes du régime Pinochet et anciens chefs de file/tortionnaires de la dictature.
Fidèle à son habitude l’auteur propose une intrigue richement documentée, intense et pleine de rebondissements. Une intrigue qui carbure à l’adrénaline et ne vous laissera pas un moment de répit. Une fois que vous aurez plongé le nez dans le bouquin, vous ne le lâcherez qu’à regrets.
La plume de Caryl Férey fait mouche sans jamais faillir, acérée, avec une pointe de vitriol en option, elle n’hésite pas à taper là où ça fait mal, sans concession, aucune. Une plume engagée certes, mais pour la bonne cause, ou plutôt contre la mauvaise cause, voire la pire des causes.
El Condor pasa… et ne devrait laisser personne indifférent. L’intrigue vous prend aux tripes pour ne plus vous lâcher jusqu’au clap de fin, et quelle fin ! Redoutablement efficace, on en redemande, encore et encore ; même (surtout) si ce n’est pas de tout repos nerveusement parlant.

MON VERDICT
jd5Coup double

Morceaux choisis

Extermination d’opposants politiques sans jugements ni procès : le concept avait été mis au point par les militaires français en Algérie avant que Washington ne généralise la méthode en Amérique du Sud. Avec l’aide d’agents de la CIA, Pinochet et ses généraux avaient, sous le nom de Plan Condor, étendu l’opération criminelle et secrète non seulement au Chili mais dans les dictatures voisines – Uruguay, Brésil, Argentine, Paraguay, Bolivie –, puis ils avaient poursuivi la traque dans le monde entier.
Soixante mille morts : une hécatombe intercontinentale, silencieuse. On retrouvait des opposants réfugiés en Europe empoisonnés, suicidés, accidentés de la route ou froidement abattus lors d’attentats jamais revendiqués ou alors par des organisations fantoches.

Les militaires ayant piétiné cent fois le droit international, Pinochet avait modifié la Constitution pour graver dans le marbre les rouages du système économique et politique (une Constitution en l’état immodifiable) et s’octroyer une amnistie en se réservant un poste à vie au Sénat, où les lois se faisaient. La mort du vieux Général au début des années 2000 n’y changea rien. Manque de courage civil, complicité passive, on parlait bien de mémoire mais tout participait à tordre les faits, à commencer par les manuels scolaires où le coup d’État contre Allende était dans le meilleur des cas traité en quelques pages, voire pas du tout…

La probité du vieux Général ? Possédant une simple voiture le jour du coup d’État, il avait vécu dans un bunker doré, détournant des millions de dollars sans jamais répondre d’aucun de ses crimes, du sang jusque sur les dents.

Les lits électrifiés où on attachait les gens comme elle, les électrodes dans le vagin et le rectum qui les convulsaient de douleur, leurs hurlements de terreur sous les yeux de leurs frères ou maris qu’on forçait à regarder, les baignoires où on les étouffait, les viols, les viols collectifs, les viols par des bergers allemands, ceux qu’on jetait des hélicoptères attachés à des rails de chemin de fer pour éviter qu’ils ne remontent à la surface, le cadavre d’un enfant retrouvé trente ans plus tard avec douze balles dans le corps, les sévices qu’il fallait « interpréter dans le contexte », tous ces mensonges avalés maelstrom, tourbillon, pourriture, Allende autopsiant les enfants le cœur brisé, le même acculé au suicide dans la Moneda en flammes, Víctor Jara supplicié, quarante ans et autant d’impacts de balles dans la peau, un massacre riant pour des bourreaux qui savaient à peine lire, Catalina la petite pute rouge qui avant de devenir une rose en avait pris pour son grade : les larmes qui avaient coulé ce jour-là à la Villa Grimaldi coulaient toujours.

 
9 Commentaires

Publié par le 31 mars 2016 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,

[BRD] Star Wars – Le Réveil De La Force

sw7lrdlfSorti en fin d’année dernière au ciné, j’ai été fortement tenté de remettre les pieds dans un cinéma (la dernière fois c’était pour Titanic), mais finalement mon asociabilité chronique aura eu raison de ma curiosité. J’ai donc, fidèle à mes habitudes, attendu sagement la sortie en Blu-ray (tout en fuyant les spoilers) avant de visionner Star Wars – Le Réveil De La Force, réalisé par J.J. Abrams.
Trente ans après la victoire de l’Alliance Rebelle l’avenir reste incertain pour la Nouvelle République. Une nouvelle menace, le Premier Ordre, dirigé par le Suprême Leader Snoke (Andrew Serkis) et son acolyte Kylo Ren (Adam Driver), rallie les nostalgiques de l’Empire Galactique…
Bien que fan de la première heure de la saga Star Wars j’avoue que l’annonce de ce septième volet m’a laissé sceptique (voire pire si non affinités). D’une part je me demandais ce que pourrait donner l’univers Star Wars entre les mains de Disney ; je m’étais posé la même question lorsque Disney a racheté la licence Marvel, Avengers puis Les Gardiens De La Galaxie ont définitivement balayé mes doutes sur le devenir de nos super-héros préférés. Espérons qu’il en soit de même pour l’univers Star Wars
Quand le nom du réalisateur, J.J. Abrams, est tombé le doute s’est de nouveau immiscé dans mon esprit. Je ne peux pas dire que j’ai été totalement convaincu par sa reprise en main de Star Trek. D’un autre côté, et pour être tout à fait franc, je n’ai jamais aimé la saga Star Trek, donc il n’y avait pas de raison particulière pour que j’accroche à ces suites…
Enfin restait en suspens la question du scénario. Les inconditionnels de l’univers étendu Star Wars (les romans qui viennent prolonger l’histoire de la saga) sont bien placés pour savoir qu’il y a de quoi puiser des idées à foison, et surtout des scénarios de qualité (je pense notamment à La Croisade Noire du Jedi Fou de Timothy Zahn ou encore, quitte à prendre des distances avec la saga initiale, Le Nouvel Ordre Jedi). Mais que nenni, Disney annonce un scénario 100% original ! La douche froide… Bien qu’étant le premier déçu par ce choix je vais pourtant essayer de me faire l’avocat du diable, un tel choix aurait exigé, afin de rester crédible, de choisir de nouveaux acteurs pour incarner les personnages phares de la saga… Pas certains que les fans auraient apprécié de voir leurs héros changer de tronche… Sans parler du poids qui aurait pesé sur les épaules des acteurs chargés de donner une nouvelle jeunesse à Luke Skywalker, Han Solo et consorts…
Voilà pour le fond, il serait peut être dans de se plonger dans la forme, et de vous donner mes impressions après avoir visionné Le Réveil De La Force.
Certes l’intrigue est bien ficelée mais reste parfois assez (trop ?) proche de celle de l’Episode IV, Un Nouvel Espoir, jusqu’à certaines scènes qui semblent quasiment copier-coller d’un film à l’autre. Heureusement cette impression de déjà-vu reste diffuse, pour être tout à fait honnête avec vous, c’est surtout après avoir vu le film dans son intégralité que les ressemblances sautent aux yeux. A chaud la magie Star Wars fonctionne, on se prend aisément au jeu.
Au niveau des personnages, l’idée de combiner nouveaux héros et anciennes figures emblématiques de la saga (par ordre d’apparition, Han Solo, Chewbacca, Leia Organa et Luke Skywalker) plutôt bien trouvée. Je ne vous ferai pas un portrait détaillé des nouveaux venus mais ils s’intègrent plutôt bien à l’intrigue et donnent une seconde jeunesse à la saga. Au niveau des gentils, et donc futurs rebelles, on trouve Rey (Daisy Ridley), une jeune femme qui vivote en pillant des épaves et va se retrouver embringuée dans l’intrigue presque malgré elle, et Finn (John Boyega), un stormtrooper déserteur qui souhaite mettre le plus de distance possible entre le Premier Ordre et lui. Des personnages qui trouvent pleinement leur place dans l’intrigue mais méritent de s’étoffer. Gros coup de coeur par contre pour le droïde BB-8 ; je veux le même !
Au niveau des méchants de service, et donc les rangs du Premier Ordre, le Leader Suprême reste un entouré d’un voiie de mystère. Ses seconds se livrent à une bataille d’ego avec d’un côté le Général Hux (Domhnall Gleeson), militaire pur et dur adepte de la force brute, et de l’autre Kylo Ren, apprenti de Snoke et chef des Chevaliers de Ren. Au niveau du Premier Ordre le bât blesse, Hux est le parfait cliché du militaire aussi belliqueux qu’ambitieux, et Ren apparaît comme souvent comme un gamin gâté colérique. Ca manque cruellement de profondeur dans les rangs, espérons que les choses amélioreront dans les épisodes suivants (au moins du côté de Ren, je doute qu’un militaire borné soit une denrée récupérable).
Même si ça me donne l’impression d’enfoncer des portes ouvertes, je tiens à préciser que visuellement le film est irréprochable. Les décors et les effets spéciaux sont parfaitement maîtrisés, on retrouve de nombreux éléments qui contribuent à la richesse de l’univers Star Wars.
En conclusion (il était temps diront certains), j’ai passé un très bon moment devant ce septième volet de la saga Star Wars, mais j’en espérais davantage (quitte à me répéter, surtout en connaissant la richesse de l’univers étendu). Il n’y a pas eu d’enthousiasme débordant, ni de WAOW, bouche bée et les yeux en soucoupes… Ce qui ne m’empêchera pas d’être fidèle au rendez-vous pour les prochains films.

♥♥♥♥

 
1 commentaire

Publié par le 29 mars 2016 dans DVD / BRD

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,

[BOUQUINS] Jac Barron – Addictions

J. Barron - AddictionsAh bin voilà un titre qui aura su faire attendre, désirer même. Annoncé depuis 2013 la sortie d’Addictions de Jac Barron a été maintes fois repoussée, on en arrivait presque à se demander si on ne courrait pas après une chimère. Heureusement la persévérance de Jac Barron a fini par payer, le roman a enfin pu voir le jour chez NumerikLivres et nous avons enfin pu satisfaire notre curiosité mise à rude épreuve.
Paris. Les cadavres se multiplient, chaque fois le meurtre semble repousser encore plus loin les limites de l’ignominie. Le préfet de police confie l’enquête aux commissaires Dylan Loiseau et Salim Alaoui, jusqu’alors cantonnés aux cold cases. Un unique point commun semble relier les différentes scènes de crimes : la présence d’un ou plusieurs frelons près des corps…
Sans entrer dans les détails (que je ne connais d’ailleurs pas forcément) je voudrai tout de même signaler que le parcours que Jac Barron a dû affronter pour nous faire partager son travail tient davantage du parcours du combattant que de la promenade de santé. Heureusement sa collaboration avec NumerikLivres semble lui ouvrir un horizon nettement plus dégagé.
Un parcours chaotique qui fait que l’auteur n’a sans doute pas encore acquis toute la notoriété qu’il mérite. Nul doute que Addictions devrait lui ouvrir une voie royale en ce sens. Tendance qui devrait se confirmer avec la prochaine réédition des deux premiers opus de la Trilogie des Pulsions, et la joie de découvrir prochainement sa conclusion (avec Impulsions, l’ultime volet). Pour ma part j’ai été totalement accro dès la lecture de Cicatrices, même si l’aspect fantastique apparu dans Plasma m’a un peu dérouté, pas que je sois fermé au mélange des genres (loin s’en faut) mais plutôt du fait de l’impression de rupture des genres entre le premier et le second opus de la trilogie… Mais revenons à nos moutons et plus exactement à Addictions.
Les lecteurs de ses précédents romans ne seront pas surpris de retrouver la griffe Jac Barron dans la trame narrative et le style. L’auteur qualifie ses romans de thrillers psychiques, un terme parfaitement adapté au contenu. Chaque chapitre nous fait vivre l’intrigue via le regard, le vécu et le ressenti d’un des protagonistes. Au fil des chapitres on alterne entre les points de vue, du coup on vit une intrigue à plusieurs dimensions et surtout en totale immersion dans l’esprit des personnages. On est à la limite du viol psychique tant on se sent proche des personnages.
Niveau style Jac Barron nous offre du brut de décoffrage, pas de fioritures inutiles, c’est le rythme qui prime. Parfois cru mais jamais gratuitement vulgaire. Il faut dire que l’intrigue ne ressemble pas vraiment à un épisode des Bisounours ou de Oui-Oui. Là encore on est dans le brut de décoffrage, cash et trash (âmes sensibles s’abstenir) mais au service d’un scénario qui tient globalement bien la route.
Au niveau de la galerie de portraits vous allez être gâté. Chaque personnage dispose de sa propre personnalité, traitée en profondeur sans une once de manichéisme. Vous n’avez pas fini de vous poser des questions sur tel ou tel personnage, avant de revenir sur vos certitudes, puis de douter à nouveau. Une chose est sûre, Jac Barron ne ménage pas ses personnages et s’ils doivent passer de vie à trépas ils ne le feront pas tranquillement pendant leur sommeil.
Questionnements, certitudes et doutes qui vous accompagneront aussi tout au long de l’intrigue. Et s’il y a bien un point sur laquelle je n’ai aucun doute, c’est que Jac Barron saura vous surprendre plus d’une fois. Là encore il faut vous attendre à du lourd, dans tous les sens du terme, au propre comme au figuré.
Bref Addictions mérite largement son titre, il aura été pour moi hautement addictif. Toutefois le roman rate d’un chouïa le 5/5 et le coup de coeur. J’ai en effet trouvé la partie dans laquelle Dylan et son équipe sont dans la péniche un tantinet too much dans la surenchère. Ce petit bémol n’aura pas suffit à gâcher mon plaisir, j’ai me suis vraiment éclaté avec Addictions, j’aime que l’on joue avec mes nerfs et que l’on mette mon palpitant à rude épreuve.
Avec cette chronique je n’espère pas convaincre les lecteurs qui connaissent et apprécient déjà Jac Barron, ceux là ne pourront qu’être de nouveau sous le charme. J’espère surtout avoir réussi à donner envie à ceux et celles qui ne connaissent pas encore l’auteur de se plonger dans ce bouquin. Si vous aimez les thrillers, foncez ! Vous ne le regretterez pas. Ce mec est complètement ouf mais qu’est-ce que c’est bon !!!
Je me fais peut être des illusions mais la fin laisse envisager une possible rencontre entre les personnages des Pulsions et ceux d’Addictions ; mais ne comptez pas sur moi pour vous en dire plus !

MON VERDICT
jd4dCoup de poing

 
20 Commentaires

Publié par le 26 mars 2016 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , ,

[BOUQUINS] Stephen King – Carnets Noirs

S. King - Carnets noirsUn nouveau roman de Stephen King est toujours un événement très attendu par ses nombreux, qui plus est quand celui-ci est présenté comme la suite du très convaincant, Mr Mercedes. Mes lectures en cours m’ont empêché de me ruer dessus dès son achat, mais c’est désormais chose faite et je peux vous livrer mes impressions sur Carnets Noirs, second opus de la trilogie Bill Hodges.
1978. Morris Bellamy abat froidement John Rothstein, un écrivain à succès à la retraite. Son mobile : il n’ pas du tout aimé ce que Rosthein a fait de son personnage fétiche, Jimmy Gold. Avec ses deux complices ils embarquent le contenu du coffre-fort de l’écrivain, de l’argent et des manuscrits inédits.
2009. Peter Saubers, un adolescent dont les parents doivent faire face à de grosses difficultés financières et ne cessent de se disputer, trouve par hasard l’argent et les manuscrits. l’argent lui apparaît comme une manne pour sortir ses parents du gouffre.
Cette suite n’en est pas vraiment une puisqu’elle commence plus de trente ans avant que le Tueur à la Mercedes ne fasse un carnage à la foire de l’emploi du City Center. Puis les événements se télescopent (le père de Peter sera grièvement blessé au City Center). Tout cela fait l’objet de la première partie du roman. Les seconde et troisième partie se passent après que Brady Harstfield ait été neutralisé.
Pas vraiment une suite mais si vous souhaitez lire la trilogie je vous recommande de la prendre dans l’ordre de parution, de nombreux éléments décisifs de Mr Mercedes sont révélés dans ce second opus, le lire avant son aîné gâcherait sérieusement l’effet de surprise (voire même le plaisir, tout simplement). Sinon vous avez toujours l’option de lire Carnets Noirs en faisant l’impasse sur Mr Mercedes (ce qui serait un gâchis selon moi, mais c’est vous qui voyez).
On retrouve bien entendu Bill Hodges, devenu détective privé, qui va devoir prendre les choses en main afin de découvrir, à la demande de Tina, la petite soeur de Peter, ce qui semble tant inquiéter son frère. Il pourra (et c’est plutôt une bonne surprise pour les lecteurs de Mr Mercedes) compter sur l’aide ses complices, Holly, embauchée en tant qu’assistante de Bill, et Jerome, de retour à la maison pour les vacances d’été. Un trio atypique toujours aussi efficace que complémentaire.
Parmi les nouveaux venus j’ai beaucoup aimé Peter et Tina, les enfants Saubers. Pour faire face aux coups durs ils ont développé une relation quasi fusionnelle, à tour de rôle (Peter plus souvent que Tina, grand frère oblige) ils se protègent et se couvrent. Par moments ils apparaissent même plus matures que leurs parents, trop empêtrés dans leurs propres emmerdes pour faire réellement attention à leurs enfants.
Par contre je n’ai pas ressenti la moindre once d’empathie pour le personnage de Morris Bellamy. Au mieux j’ai été indifférent à ce qui pouvait lui arriver, au pire (le plus souvent) j’ai pris un malin plaisir à le détester chaque fois un peu plus que la précédente.
Comme d’hab le King maîtrise à la perfection son intrigue, il fait prendre la sauce lentement mais sûrement, puis nous impose un rythme de plus en plus soutenu. Une fois que vous aurez entamé la troisième et dernière partie, il vous sera impossible de refermer le bouquin avant d’en avoir lu le dernier mot.
La relation entre l’écrivain et le monde qui l’entoure a été au centre de nombreux romans de Stephen King. Qu’il s’agisse de l’écrivain en proie à une fan un tantinet psychotique (Misery), de l’écrivain face à sa création (La Part Des Ténèbres), l’écrivain face au blocage de la page blanche (Sac D’Os) ou encore l’écrivain et son inspiration (Histoire De Lisey). Le postulat de départ est un peu le même que pour Misery (un fan, Morris Bellamy, reproche à un auteur, John Rothstein, le sort réservé à un de ses personnages récurrents), mais les deux récits n’ont que ça en commun, vous l’aurez compris Carnets Noirs prend une toute autre direction dans le développement de son intrigue.
Inutile de vous dire qu’il me tarde de retrouver Bill Hodges. D’une part parce que Stephen King nous offre des thrillers mâtinés de noir de très haut de gamme. De l’autre du fait de la possible orientation (confrontation ?) de cet ultime opus… ce n’est que supposition de ma part et de toutes façons je ne dirai rien de plus.

MON VERDICT
jd5Coup de Coeur

Morceaux choisis

L’une des révélations les plus électrisantes dans une vie de lecteur, c’est de découvrir qu’on est un lecteur – pas seulement capable de lire (ce que Morris savait déjà), mais amoureux de la lecture. Éperdument. Raide dingue. Le premier livre qui donne cette impression ne s’oublie jamais et chacune de ses pages semble apporter une nouvelle révélation, une révélation qui brûle et qui enivre : Oui ! C’est ça ! Oui ! Je l’avais vu aussi ! Et, bien sûr : C’est exactement ce que je pense ! C’est ce que je RESSENS !

Un bon romancier ne guide pas ses personnages, il les suit. Un bon romancier ne crée pas les événements de son histoire, il les regarde se dérouler et ensuite il les écrit. Un bon romancier finit par réaliser qu’il est secrétaire, et non pas Dieu.

 
9 Commentaires

Publié par le 22 mars 2016 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , , ,

[TAG] Book FanBooking Award : le prix de l’addict lecture

Un tag récupéré chez Dame Belette.
Comme je ne vois pas pourquoi ce tag devrait être exclusivement féminin je l’ai donc rebaptisé sans sexisme 🙂

Etape 1 – Répondre aux cinq questions du tag original

De quel auteur achèterais-tu n’importe quel livre, sans même lire le résumé ?

Sans hésitation, Stephen King. Même si j’aime bien jeter un oeil à la quatrième de couv’ pour savoir de quoi il va être question.

Ton coup de cœur de 2015 ? Dis m’en un peu plus ?

Là encore pas la moindre hésitation. J’ai eu plusieurs coups de coeur mais le plus marquant aura certainement été Nous rêvions juste de liberté de Henri Loevenbruck.

Pourquoi lui et pas un autre ? Déjà pour le formidable talent de conteur de Henri Loevenbruck. Ensuite parce que violent et parfois sombre ça demeure avant tout une ode à la liberté et à l’amitié. Enfin pour la petite larmiche finale.

Combien de livres lis-tu par an ?

Je n’ai pas de quota imposé. Ca varie d’une année sur l’autre en fonction du temps que je peux libérer pour la lecture.
On va dire entre 60 et 90 en moyenne. 69 en 2015 et 97 en 2014.

Pourquoi une PàL ? Qu’est ce que ça représente pour toi ? Un besoin, une envie irrépressible, la fièvre acheteuse ? Peux tu m’expliquer l’effet PàL ?

Pourquoi une PàL ? Pour m’assurer de longues heures de lecture d’avance… Bon Ok avec un peu plus de 1000 titres en stock, j’ai plutôt quelques années d’avance !

Je suis consommateur compulsif, c’est plus fort que moi dès que je vois un livre qui me plait alors je le prends.
Avec le numérique c’est encore plus facile, même plus besoin d’aller jusqu’à la librairie, quelques clics suffisent pour que le bouquin rejoigne la PàL ! Et en sortant des clous on peut la nourrir sans remords, même pas besoin de dégainer la Carte Bleue.

Donc oui en partie victime de fièvre acheteuse, mais ce n’est qu’un des symptômes de ma PàL, et pas le plus grave. Avant tout c’est une série d’envies irrépressibles. Même si je sais que j’ai de quoi lire pendant des années je continue à me ruer sur les nouveautés, de coup la PàL connaît une croissance exponentielle.

L’effet PàL ? Pour moi c’est justement cette croissance exponentielle, pour un livre retiré (donc lu), trois livres ajoutés. Comme je n’ai pas l’intention de changer mes habitudes je sais que je tirerai ma révérence ne laissant dérrière moi une PàL monumentale. Mais guère encombrante puisqu’elle tient sur une carte MicroSD.

Hé, dis moi ! Comment est né ton blog ?

En l’état actuel il est né en 2009. Mais en fait il faut remonter à 2005, pour le fun je me suis créé un site hébergé chez iFrance, puis au fil des années mon enthousiasme s’est érodé jusqu’à ce que je décide d’abandonner.

En 2009 j’ai découvert WordPress, sa simplicité d’emploi m’a donné envie de remettre le pied à l’étrier. Je ne savais pas alors si j’allais tenir dans la durée ou si, à contrario, la motivation s’était définitivement fait la malle. Comme je suis encore là en 2016 il faut croire que ce second souffle aura été le bon.

Etape 2 – Répondre aux cinq questions posées par le précédent tagué

Voici donc les questions (sans le moindre sens caché, cela va de soi) de dame Belette.

Est-ce que la taille est importante pour toi ?

Je préfère la qualité à la quantité, les deux ne vont pas forcément de pair. Avec Trois jours et une vie, Pierre Lemaitre a prouvé brillamment que l’on peut faire court mais efficace et intense.

Et la profondeur ? Tu aimes ça ? Si oui, où exactement ?

Tout dépend de ce que je suis en train de lire. Dans les thrillers par exemple la profondeur est un élément majeur pour la sauce prenne ; qu’il s’agisse du déroulé de l’intrigue en général ou dans le traitement des personnages.

Par contre au contraire si je me plonge dans un bouquin Feel Good, c’est que je recherche davantage de légéreté.

Tu le fais dans quelle position ?

En général vautré dans le canapé.

Assis dans 99% des cas. Quelques chapitres le matin, entre le réveil et le lever, pour le dernier pourcent.

Le weekend dans mon bain.

Tous les jours ou tu es capable de jeûner dans ce plaisir ?

Je n’envisage pas passer une journée sans lire. Ca peut aller de quelques minutes à plusieurs heures dans la journée, mais en aucun cas ma liseuse ne restera fermée.

Seul(e) ou à plusieurs ?

Généralement seul. Ce qui ne m’empêche pas de partager mes avis (blog, FB, Babelio…).

A plusieurs ça reste 100% virtuel, dans le cadre d’un Book Club. Mon entourage n’a pas forcément les mêmes goûts que moi, donc difficile de partager nos impressions.

Etape 3 – Posez cinq questions à vos tagués

Voici mes cinq questions.

Roman isolé ou saga / série ?

Numérique ou papier ?

Auteurs français ou étrangers ?

Ton genre de prédilection ? Pourquoi ?

Les critiques des autres peuvent-elles influencer ton choix ?

Je ne désigne personne, comme d’hab. Qui voudra bien jouer le jeu, jouera le jeu. Les autres passeront leur chemin.
Et c’est très bien comme ça !

 
9 Commentaires

Publié par le 19 mars 2016 dans Bouquins

 

Étiquettes :

[BOUQUINS] Pierre Lemaitre – Trois Jours Et Une Vie

P. Lemaitre - Trois jours et une vieAprès le magistral (et fort justement goncourisé) Au Revoir Là-Haut, les lecteurs attendaient de pieds fermes Pierre Lemaitre. D’autant qu’avec ce roman l’auteur a prouvé qu’il pouvait faire autre chose que du thriller pur et dur, et le faire foutrement bien qui plus est. C’est donc confiant que j’ai ouvert Trois Jours Et Une Vie, son dernier opus.
Décembre 1999. La commune de Beauval est en émoi suite à la disparition de Rémi Desmedt, un petit garçon de six ans. Pour Antoine, douze ans, ce drame prend une tournure bien plus personnelle, il est en effet le seul à savoir que Rémi n’a pas seulement disparu, et pour cause…
Visuellement déjà le bouquin en jette, la couv’ est superbe avec son paysage forestier. Passons maintenant à la prise en main (façon de parler, ayant lu le bouquin en numérique), c’est léger, trés léger. A peine 240 pages ! Dites Monsieur Lemaitre, nous faire attendre 3 ans pour ça, c’est limite, non ?
Permettez-moi de répondre à la place de l’auteur. Que nenni les amis ! C’est léger mais ça envoie du lourd ! Ces 240 pages sont d’une rare intensité. Bien qu’écrit à la troisième personne, l’auteur nous fait vivre les événements via le personnage d’Antoine. Un adolescent effacé qui, dans un moment d’égarement, va commettre l’irréparable. Un drame qui ne cessera jamais de le hanter, un peur qui ne le quittera jamais. Une fois de plus le formidable talent de conteur de Pierre Lemaitre déploie toute son efficacité, on vit le récit en totale immersion. Les tripes vrillées et les nerfs en pelote… comme Antoine.
L’essentiel de l’intrigue se déroule en 1999, l’occasion pour l’auteur de mettre en avant des personnages d’adolescents, un groupes d’amis plus ou moins proches, tous concernés par la disparition de Rémi. Les adultes, bien que présents et jouant un rôle important, sont comme relégués en arrière plan. Pour que la sauce prenne il fallait donner une véritable profondeur à ces ados, Pierre Lemaitre le fait avec brio.
La seconde partie du récit nous expédie en 2011. On y retrouve nos adolescents devenus adultes, chacun ayant suivi sa propre voie. Des retrouvailles au cours d’une soirée, un écart de conduite lourd de conséquences. Décidément le sort s’acharne sur Antoine (qui ne se pose jamais en victime soit dit en passant).
La troisième et dernière partie, un unique chapitre, nous conduit en 2015. Une conclusion qui vous réserve une ultime surprise de taille.
Alors trop court ce roman ? Force est de constater que non. Tout a été dit et bien dit. Chapeau bas Monsieur Lemaitre, une fois de plus vous réussissez à nous surprendre, une fois de plus nous avons été sous le charme de votre plume.
Les maniaques du classement se demandent peut être à quel genre rattacher ce roman. Je vous souhaite bien du courage ! On est dans la littérature générale avec quelques touches bien noires et l’ensemble se lit comme un thriller.

MON VERDICT
jd4Coup de poing

 
24 Commentaires

Publié par le 17 mars 2016 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , ,

[BOUQUINS] Grégoire Lacroix – Jazz Band : Eros Héros Sept

G. Lacroix - Jazz BandImpossible (ou presque) pour moi de résister au catalogue de Flamant Noir, j’y ai découvert tellement de perles que chaque nouveau titre titille ma curiosité. C’est donc sans hésitation que je me suis jeté sur leur dernier bébé, Jazz Band, de Grégoire Lacroix.
Jazz Band est un agent du SORG (Service Opérationnel des Renseignements Généraux). Son arme : une guitare Gibson qui lui permet d’infiltrer incognito les clubs de jazz. Son atout : une intelligence et un esprit d’analyse hors du commun. Ses faiblesses : aucune, bien entendu ! C’est à lui que l’on fait appel dans les situations les plus désespérées…
Vu comme ça l’intrigue pourrait ressembler à n’importe quel (ou presque) scénario d’espionnage pour romans de gare (je hais ce terme puant d’élitisme mais je l’emploi fort à propos… et fort modestement) ; mais il ne faut pas se fier aux apparences. Jazz Band est à James Bond ce que le Canada Dry est à la bière ! On est davantage dans la parodie que dans l’imitation.
Le personnage de Jazz Band vaut à lui seul le détour. Autoproclamé surdoué et convaincu d’avoir un charme irrésistible, il pourrait être la parfaite tête à claque mais les clichés sont poussés si loin qu’il en devient pathétiquement risible. Rassurez-vous c’est l’effet recherché.
Notre cher JB prend aussi un malin plaisir à rabaisser ses interlocuteurs. Il faut dire que son adjoint, Duglantier, qu’il surnomme Dugu alors que Dugland lui conviendrait mieux, ne brille ni par sa perspicacité, ni par son enthousiasme face au boulot. Même le ras des pâquerettes ça lui passe largement au-dessus !
JB, puisqu’il s’agit d’un récit à la première personne, nous raconte deux affaires sur lesquelles il a dû intervenir. Exit James Bond, welcome Austin Powers ! On quitte le monde des possibles pour la quatrième dimension tellement l’improbable est de rigueur.
Je vous laisse juger par vous même. Affaire n°1 : retrouver le Professeur Dhozone, inventeur de la couche du même nom, qui a été enlevé. Affaire n°2 : neutraliser Intersecte, un groupe criminel qui compte unifier toutes les sectes du monde sous une seule enseigne. Avouez que c’est du lourd…
Si je me limitais à ces seuls aspects, très second degré, du roman je passerai (et vous aussi, que j’espère pourtant bien convaincre) de l’essentiel. Le fond n’est qu’un prétexte pour mettre en avant la forme : le style narratif du bouquin. Ami(e)s de la langue française vous allez vous régaler, l’auteur multiplie les jeux de mots en tout genre (calembours, contrepèteries, déconstructions/reconstructions…). Au final on obtient un phrasé qui semble issu d’un croisement linguistique entre Sacha Guitry, Frédéric Dard et Raymond Devos.
J’avoue que pour ma part j’aurai apprécié que la forme soit mise au service d’un fond un peu plus conséquent. Un bémol modéré par l’épaisseur du bouquin, un peu moins de 300 pages ; un bon format pour apprécier les bons mots sans que le jeu ne devienne lassant. J’espère que ma note ne paraîtra pas trop sévère, mais à force de nous habituer à du très haut de gamme on devient exigeant quand on pioche dans le catalogue de Flamant Noir.

MON VERDICT
jd3

 
7 Commentaires

Publié par le 15 mars 2016 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , ,

Sorties littéraires à surveiller

Pour une raison inconnue la page dédiée à ma PàL Number One avait mystérieusement disparu de mon blog. Du coup j’en ai profité pour la mettre à jour à partir de ma bibliothèque Calibre ; de fait elle est nettement plus exhaustive que dans sa version précédente. Je ferai en sorte de la mettre à jour en fonction de mes lectures et acquisitions… Baissera-t-elle au fil des mois ? J’en doute au vu des sorties littéraires annoncées.

Transition idéale pour signaler que j’ai justement créé une nouvelle page listant, pour les trois prochains mois, les sorties à surveiller. Je ne prétends pas lister l’intégralité des sorties programmées, je me concentre sur les titres qui me font de l’oeil. J’ai construit cette liste à partir de la page précommande d’Amazon ; là encore j’essaierai de la mettre régulièrement à jour.

 
8 Commentaires

Publié par le 12 mars 2016 dans Trucs en vrac

 

Étiquettes :

[BOUQUINS] Mallock – Le Principe De Parcimonie

Mallock - Le Principe De ParcimonieLa perspective de retrouvailles avec Mallock (aussi bien l’auteur que son commissaire homonyme) est une quasi certitude de passer un bon moment de lecture. Faute à un emploi du temps qui m’a justement laissé trop peu de temps, j’ai tardé à me lancer dans ce cinquième opus des Chroniques Barbares, Le Principe De Parcimonie.
Afin d’inaugurer leurs nouvelles infrastructures, Mallock et son équipe se voit confier une affaire d’envergure : on a volé La Joconde ! Une opération sans faille qui laisse un blessé grave sur le marbre du Louvres. Rapidement un certain Ockham revendique le vol. Ce n’est que son premier forfait, narguant la police il va aller de plus en plus loin dans sa fureur criminelle…
Pour faire simple le Principe de Parcimonie (aussi appelé Rasoir d’Ockham) peut se résumer à un concept élémentaire : « Les entités ne doivent pas être multipliées par-delà ce qui est nécessaire« . Et c’est exactement ce qu’entend faire Ockham, nettoyer la société de ceux et celles qui la polluent inutilement… en les punissant par là où ils ont péché !
Certes on est dans la fiction mais je ne suis pas certain « que toute ressemblance avec des personnages existant soit purement forfuite » selon la formule d’usage. Un philobobosophe chevelu autoproclamé qui se prend pour un puits de sagesse ; ça ne vous rappelle rien ? Un indice, il adore les tartes à la crème… à moins que ce ne soient les tartes à la crème qui l’adorent. Entre tartes on se comprend !
Si dans ce cas précis le rapprochement saute aux yeux, d’autres victimes d’Ockham peuvent aisément se voir accoler un visage et un nom, ce ne sera pas forcément le même pour tout le monde mais en fouinant dans les tiroirs de la télé-poubelle ou des milieux pourritiques de tout bord vous trouverez votre bonheur. Malheureusement ces espèces ne sont pas en voie de disparition.
Mais je m’égare. N’allez surtout pas croire que je cautionne les actes d’Ockham, pour en arriver à de telles extrémités il faut vraiment avoir un problème au niveau des fusibles. Incontestablement Ockham est fou, un fou furieux qui ira crescendo entre chacun de ses forfaits. Et bien entendu c’est le branle-bas de combat au Fort Mallock, fou peut être, mais loin d’être con. Notre polichinelle sanguinaire ne laisse aucun indice exploitable dérrière lui, au contraire il semble jouer avec la police, et plus particulièrement avec Mallock (le commissaire) dans de macabres mises en scènes.
Sans surprise Mallock (l’auteur) nous entraîne dans une intrigue rondement menée, maîtrisée de A à Z et hautement addictive ; comme l’eau de la Seine la tension monte au fil des chapitres pour ne retomber que dans les dernières pages. Le palpitant et les nerfs seront mis à rude épreuve ; pour notre plus grand plaisir ! La dernière partie est une véritable course contre la montre.
Pourquoi diable est-ce que je vous parle de la Seine et de ses caprices ? En toile de fond de l’intrigue nous avons la crue centennale de la Seine (après l’inondation de 1910, le fleuve semble bien décidé à sortir de son lit histoire de venir lécher les pieds aux parisiens). Visionnaire le Mallock (l’auteur), le bouquin a été écrit en 2014, et en cette année 2016, du 7 au 18 mars, des exercices de simulation grandeur nature vont se dérouler afin de limiter l’impact d’une telle inondation (considérée par les experts comme un « risque majeur que la région sera un jour amenée à connaître« ).
Les lecteurs des précédentes Chroniques Barbares ne seront pas dépaysés par les différents acteurs croisés dans ce roman. Outre l’équipe du Fort, on retrouve Léon, Sigismond et Margot. Et puis bien entendu il y a Mallock himself, un tantinet moins mystique dans cette enquête ; il faut dire que Ockham ne lui laisse guère le temps de se livrer à de longues introspections. Moins gourmand aussi, la recette du jour m’a manqué ! heureusement sa verve et son cynisme habituel étaient bel et bien au rendez-vous.
Mais Mallock (l’auteur) c’est aussi et avant tout un style unique. Une richesse verbale et des tournures de phrase qui se lisent comme on écouterait une mélodie entêtante, obsédante. Les mots nous bercent, chantent à nos oreilles, même quand c’est pour nous infliger les pires horreurs, ça reste beau à lire, une poésie macabre sans la moindre fausse note. Juste sur le cul, une fois de plus ! Mallock vainqueur par KO technique.

MON VERDICT
jd4d

Morceau choisi (coupé pour éviter tout spoil et réordonné)

« Ils vous ont châtré, coupé la bite, mon cher commissaire. Avant, souvenez-vous, vous pratiquiez vous aussi le rasoir d’Ockham. Vous aussi, vous en avez coupé des têtes, ramené des scalps. Et puis, peu à peu, on vous a convaincu, commissaire, vaincu, interdit les coups de feu et les mises à mort. Les moutons crétins vous ont arraché les crocs un par un. En bon chien de chasse, vous ramenez maintenant la proie dans votre gueule jusqu’aux pieds de vos maîtres pour qu’ils festoient à votre place. Ne vous laissant que la seule fragrance du sang entre les dents.
C’est l’hypocrisie et la cupidité, la mode et la vanité qui construisent désormais le monde, et ceux que vous défendez, Mallock. Même nus avec des plumes dans le cul, le vrai et le juste n’intéressent plus personne. Tout est faux, tout est danger, leurre, baudruche, fumisterie, vulgarité, deuil et trompe-l’œil. Ne vous faites pas d’illusions, les messes caritatives, les senteurs humanitaires ou les nombreux remugles d’égalité ne sont que les effluves de nos dictatures modernes, commissaire. Et toi, commissaire, c’est eux que tu sers ? Mais qui est le fou dans cette histoire ? Qui est le traître ? Vous ou moi ? »

Le plus douloureux dans cette diatribe, c’était qu’elle correspondait à une vision de lui-même que Mallock redoutait. Celle d’un type aux ordres qui, un jour, ne servirait plus la vérité, ni même la justice, mais leurs grimaces : les lois.

 
14 Commentaires

Publié par le 11 mars 2016 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , ,

[BOUQUINS] Robert Charles Wilson – Les Affinités

R.C. Wilson - Les AffinitésRobert Charles Wilson fait partie des auteurs dont je m’étais promis de découvrir leur univers littéraire. Au premier contact, avec la trilogie Spin, le courant n’est pas passé ; mais je compte bien donner une seconde change à cette saga encensée par bon nombre d’adeptes (ou pas) de SF. En attendant c’est avec son dernier roman, Les Affinités, que je tente une nouvelle immersion dans son monde livresque.
Les humains peuvent se classer en vingt deux groupes appelés Affinités, vingt trois si l’on compte ceux qui n’appartiennent à aucune Affinité. Les Affinités veulent révolutionner les relations entre individus d’un même groupe en les optimisant. Mais les révolutions ne se font pas sans violences. C’est ce que va découvrir Adam Fisk lorsqu’il intègre l’Affinité Tau, l’une des plus influentes Affinités…
Avant d’entrer dans le vif du sujet je voudrai juste préciser que la téléodynamique sociale, qui est le point de départ des Affinités, est un concept bien réel. Selon son créateur, Terrence W. Deacon, elle « pourrait nous aider un jour à comprendre les interactions sociales« . Partant de cette théorie Robert Charles Wilson s’est projeté quelques années dans le futur pour poser les bases de son roman.
Ce bouquin est un diesel, il lui faut un certains temps pour chauffer mais une fois lancé il enclenche le turbo. La première partie est lente, on découvre ce que Tau peut apporter à Adam et comment fonctionne une Affinité. Un rythme lent mais un contenu captivant, à aucun moment je ne me suis ennuyé, au contraire je brûlais d’envie d’en savoir plus. La seconde partie est la montée en régime, l’intrigue prend une autre dimension en se densifiant. Quant à la troisième partie c’est là où le turbo s’enclenche, impossible de lâcher l’affaire avant d’avoir le fin mot de l’histoire. Captivé de la première à la dernière page !
Vous l’aurez compris à la lecture du titre, l’intrigue repose essentiellement sur les relations sociales qui se tissent entre individus ; l’humain est donc le centre de gravité de tout le bouquin. L’auteur le rend parfaitement en nous offrant un récit plein d’humanité. Ecrit à la première personne on partage les souvenirs d’Adam Fisk avec la même intensité que si c’étaient nos propres souvenirs. Bref le bouquin se lit d’une traite (deux en l’occurrence, faute de disponibilité), tant par la qualité de son contenu que par celle de son écriture (malgré quelques lourdeurs de traduction).
N’allez pas croire que l’auteur se contente de nous pondre un futur idéal à la Bisounours où le genre humain se répartirait en vingt deux groupes sociaux. D’une part il y a ceux qui n’appartiennent à aucune Affinité, soit parce qu’ils n’ont pas été retenus au terme de leur évaluation, soit parce qu’ils ne se sont pas fait évaluer. D’autre part, l’humain étant ce qu’il est, il faut bien que certaines Affinités tentent de s’imposer en lorgnant vers toujours plus de pouvoir… ce que les autres n’acceptent pas forcément de gaieté de coeur, d’autant moins qu’elles ont la même idée.
Je ne sais ce que vous en pensez, mais personnellement, l’idée de vivre au sein d’un groupe qui partage la même vision des choses que moi ne m’enchante pas vraiment. Je pense que si un tel réseau social devait se mettre en place j’opterai pour la non évaluation.
S’il me fallait une motivation supplémentaire pour donner une seconde chance à Spin c’est désormais chose faite. Mais pas tout de suite, avant j’aimerai poursuivre mon exploration « Wilsonienne » avec Les Derniers Jours Du Paradis et Julian. Si vous avez d’autres suggestions Wilsoniennes…

MON VERDICT
jd5Coup de Coeur

 
12 Commentaires

Publié par le 10 mars 2016 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,