RSS

[BOUQUINS] Muriel Houri – Jeux, Tue, Ils

03 Jan

M. Houri - Jeux, tue, ilsCela faisait déjà quelque temps que je n’avais pas mis les éditions Flamant Noir à la une de ces chroniques, il faut croire que j’attendais le titre qui fasse tilt pour me lancer. Le second roman de Muriel Houri, Jeux, Tue, Ils m’a tout suite fait des appels du pied.
Alice et Julien, forment un jeune couple ravagé par la perte de leur fille, Sally. Quand elle apprend, par un message anonyme, que son mari la trompe avec une certaine Myriam, Alice, bien que bouleversée, décide de prendre sur elle. Quelque temps plus tard, un SMS anonyme, MYRIAM EST MORTE, donne le go d’un sinistre jeu de piste orchestré par un inconnu qui semble en savoir beaucoup sur Alice et ses proches…
Avec son précédent roman, Menace (aussi disponible chez Flamant Noir), Muriel Houri avait démontré qu’elle savait manier à la perfection toutes les ficelles du thriller psychologique. Autant dire qu’elle avait placé la barre haut et que son second opus serait attendu par des lecteurs plein d’espoir et d’attentes. Alors kezaco de ce nouveau roman ?
Nul doute que les lecteurs qui ont aimé Menace seront comblés par ce second roman. Avec Jeux, Tue, Ils l’auteure, tout en restant fidèle au thriller psychologique, donne une autre dimension à son roman. Ici pas de réelle menace sur les personnages, quoique… mais plutôt le poids des mensonges et des non-dits.
L’intrigue se noue essentiellement autour d’Alice, une jeune femme effacée qui a un mal de chien à surmonter la perte de sa fille. C’est presque malgré elle qu’elle va se retrouver impliquée dans un troublant jeu de piste destiné à lui faire découvrir la vérité sur son entourage.
L’entourage en question est essentiellement constitué de Julien, son mari, Martin, le frère de ce dernier et de Judith et Gilles, des amis du couple. Peu à peu on va découvrir les liens / relations qui unissent tout ce beau monde. Et Dieu qu’il y a beaucoup à découvrir en grattant la surface des apparences… Jusqu’au bout vous n’en finirez pas de vous poser des questions, nul doute non plus que le final ne manquera pas de vous surprendre.
Avec peu d’action et un rythme plutôt lent, Muriel Houri installe rapidement une grosse tension nerveuse, tension qui ne se relâchera pas avant d’avoir tourner la dernière page du roman. Et encore, même une fois le bouquin refermé vous n’aurez aucune certitude. Ca pourrait sembler frustrant mais pour ma part j’ai aimé cette pointe d’incertitude ; inutile de chercher à combler le vide, l’auteure ne dispense aucun indice permettant d’y répondre.
Cerise sur le gâteau, même si en numérique le visuel peut avoir moins d’importance, un soin particulier a été apporté à la couverture du roman. Un sans faute pour Muriel Houri et encore une pépite pour Flamant Noir.

MON VERDICT
jd4

Publicités
 
11 Commentaires

Publié par le 3 janvier 2016 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,

11 réponses à “[BOUQUINS] Muriel Houri – Jeux, Tue, Ils

  1. Yvan

    3 janvier 2016 at 16:36

    Tu vois, heureusement que tu es là ! Oui j’ai grande confiance en ton avis.
    Et pourtant, il y a un point où on n’est pas d’accord. C’est la couverture… On dirait celle d’un bouquin de la collection Harlequin… Un vrai repoussoir pour moi, heureusement qu’il y a ta chronique !

     
    • Lord Arsenik

      3 janvier 2016 at 19:03

      Je constate d’ailleurs que tu ne t’es pas encore penché sur le cas (et le catalogue) de Flamant Noir, une lacune à combler mon ami 😉

       
      • Yvan

        3 janvier 2016 at 19:05

        Je sais oui 😉

         
  2. stelphique

    3 janvier 2016 at 20:29

    Je me le note tiens! 😉

     
    • Lord Arsenik

      4 janvier 2016 at 06:15

      Très bon éditeur, qui plus est il joue vraiement le jeu du numérique 😉

       
  3. Nathalie M

    3 janvier 2016 at 21:40

    Je suis complètement d’accord avec yvan pour la couverture. .. 🙂
    Même si je suis une fille, le côté Harlequin me fait fuir plus vite qu’une meute de zombies affamés. C’est dire. .
    Bon ceci dit, peu importe le flacon pourvu qu’on ai l’ivresse non ?

     
    • Lord Arsenik

      4 janvier 2016 at 06:17

      Tout à fait, ne fuyez pas devant la couv’ ; le roman est vraiment au top.

       
      • Nathalie M

        4 janvier 2016 at 07:00

        Bien msieur 🙂

         
  4. edea3108edea

    5 janvier 2016 at 04:46

    Comme Yvan et Nathalie la couverture est rédhibitoire pour moi ! mais tu as l’air d’insister alors je le note dans un coin quand même !

     
    • Lord Arsenik

      5 janvier 2016 at 09:07

      Marrant la couv’ ne m’a posé aucun problème… d’un autre côté je connaissais déjà le talent de l’auteure du coup je suis peut être moins regardant sur ce genre de détail.

       
  5. Foumette

    17 janvier 2016 at 20:37

    Je l’attends avec impatience…et j’aime bien la couverture moi!hihihih

     

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :