[BOUQUINS] Arthur Machen – Le Grand Dieu Pan

A. Machen - Le Grand Dieu PanComme annoncé hier, après la lecture de Revival, je me suis rué sur Le Grand Dieu Pan de Arthur Machen, un livre qui, de son propre aveu, a hanté la vie de Stephen King. Impossible de résister plus longtemps, il me fallait le lire au plus vite.
Le docteur Raymond modifie par la chirurgie l’esprit d’une jeune femme, Mary, pour lui permettre de voir le monde tel qu’il est réellement. À la suite de l’opération, Mary perd la raison après avoir vu le dieu Pan. Des années plus tard, une jeune femme fait son entrée dans la société londonienne et ruine la vie de plusieurs hommes fortunés. (Source : Wikipedia).
Avant de lire Revival je n’avais jamais entendu parler d’Arthur Machen et de son roman, il m’était donc impossible de le situer dans le temps. Un premier jet paraît dans une revue en 1890, il faudra attendre 1894 pour que la version définitive, corrigée et complétée, soit publiée. Bin voilà je me coucherai moins con ce soir ! Merci Wikipedia.
Une lecture vite expédiée étant donné que la chose se concentre sur une petite centaine de pages. Le Grand Dieu Pan est considéré comme un classique des récits d’horreur, désormais je pourrai dire que je l’ai lu. Mais ai-je pour autant été convaincu ?
Dans sa construction le récit fait penser à Lovecraft, c’est l’ambiance qui prime sur la démonstration. L’horreur est suggérée plutôt que décrite. Un exercice certes pas très « visuel » mais qui doit nécessiter une bonne dose de talent pour fonctionner. Et ici en l’occurrence ça fonctionne même si j’ai un peu buté sur le style au début.
L’auteur maintient un suspense permanent autour de la mystérieuse Helen Vaughan, qui est -elle ? Ou pire, qu’est-elle ? D’où vient cette peur indicible qu’elle semble inspirer ? Autant de questions qui font que l’on avale les pages et les chapitres, avide de révélations. Et sur ce coup je suis resté sur ma faim, la fin ne m’a pas du tout convaincu.
Je ne pense pas que ce récit hantera longtemps ma vie et mes nuits… à vrai dire ça m’étonnerait même qu’il ne me hante plus d’une fraction de seconde. Sans doute qu’au XIXème siécle ce genre de récit pouvait être dérangeant mais aujourd’hui il faut plus que ça pour ébranler les lecteurs habitués à la littérature horrifique.

MON VERDICT
jd3