RSS

[BOUQUINS] Sophie Hénaff – Poulets Grillés

15 Juil

S. Hénaff - Poulets GrillésAu menu du jour une chronique coup de foudre (ce qui n’implique pas obligatoirement un coup de coeur), la couv’ du bouquin m’a de suite tapé dans l’oeil, le titre m’a fait sourire et le pitch a achevé le travail. Il est temps pour moi de vous livrer mes impressions sur Poulets Grillés, premier roman de Sophie Hénaff.
Six mois après sa mise à pied, la commissaire Anne Capestan est réintégrée au 36, mieux on lui confie une brigade à gérer. Forcément ça sent le coup foireux, en effet ladite brigade est composée de tous les « rebuts » de la Crim’, des indésirables que l’on veut isoler dans un placard. Mais Capestan est bien décidée à relever le défi et à prouver à sa hiérarchie que sa brigade ne va pas se la couler douce. Reste à motiver ses troupes…
L’auteure nous offre un polar plein de bonne humeur servi par une écriture fraîche et pétillante, un style auquel j’ai tout de suite adhéré. Si Sophie Hénaff mise beaucoup sur l’humour et ses personnages elle n’en néglige pas pour autant l’aspect polar ; son intrigue tient parfaitement la route et ne manque pas de surprises. Sans révolutionner le roman policier, l’auteure fait preuve d’une belle maîtrise des règles du genre.
Comme je l’ai dit plus haut le bouquin repose aussi et surtout sur sa galerie de flics atypiques à commencer par Anne Capestan, flic efficace un tantinet sanguine et retorse à toute forme d’autorité. C’est d’ailleurs son tempérament impulsif qui lui a valu une mise à pied et sa promotion/placard.
Quant au reste de l’équipe je vous laisse le plaisir de la découvrir par vous même, en guise de mise en bouche voilà comment Buron, le divisionnaire, la présente à Capestan :
« — Très bien, Capestan, je vous résume la chose : on nettoie la police pour faire briller les statistiques. Les alcoolos, les brutes, les dépressifs, les flemmards et j’en passe, tout ce qui encombre nos services mais qu’on ne peut pas virer, on le rassemble dans une brigade et on l’oublie dans un coin. Sous votre commandement. En septembre. »
Et plus loin, toujours lors de l’échange entre Buron et Capestan :
« — Agent Santi, en congé maladie depuis quatre ans, capitaine Merlot, alcoolique…
— Alcoolique ? Il va y avoir du monde dans cette brigade…
Buron referma le dossier et le lui tendit.
— Je vous le laisse, vous l’étudierez tranquillement.
Elle le soupesa, il valait bien son Bottin de Paris.
— On est combien ? C’est la moitié de la police, votre « nettoyage » ? »
Les missions de la brigade : enquêter sur les affaires non résolues qui polluent les statistiques des autres brigades. Sauf que non seulement Capestan va devoir faire avec les présumés « tocards » de la Crim’ mais en plus il faudra composer avec un manque totale de moyens et de pouvoirs… On est bien loin de Cold Case ou du Département V :
« Ça, on est moins dans Cold Case que dans Case Cons, renchérit Merlot. »
Bref au final le coup de foudre s’est bien transformé en coup de coeur, coup de coeur accordé avec l’indulgence due à un premier roman. J’espère vivement que nous retrouverons Capestan et sa brigade pour de nouvelles aventures.

MON VERDICT
jd5Coup de Coeur

Advertisements
 
21 Commentaires

Publié par le 15 juillet 2015 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,

21 réponses à “[BOUQUINS] Sophie Hénaff – Poulets Grillés

  1. gruznamur

    15 juillet 2015 at 15:49

    dire que j’avais l’occasion d’acheter le bouquin à l’auteur au salon de Lyon, que j’ai hésité pour ensuite renoncer. Bref c’était peut être bien une erreur 😉

     
    • Lord Arsenik

      16 juillet 2015 at 07:11

      Encore possible de rattraper le coup 🙂

       
    • collectifpolar

      16 juillet 2015 at 12:17

      ah ben mince, si j’avais été là je t’aurais tiré par le bras. 😉

       
      • gruznamur

        16 juillet 2015 at 15:42

        arrête de me pousser Geneviève, je n’arrive plus à suivre 😉

         
      • collectifpolar

        17 juillet 2015 at 15:07

        Mais si, tu vas t’en sortir 😉

         
  2. belette2911

    15 juillet 2015 at 17:46

    Quand tu te nommes Merlot, faut pas t’étonner d’aimer le pinard un peu trop… Je note ce roman qui m’a l’air bien drôle ! Les réparties le sont déjà. 😉

     
    • Lord Arsenik

      16 juillet 2015 at 07:14

      C’est sûr que c’est un nom qui te prédestine à certaines orientations futures 🙂
      Marrant et bien ficelé, dommage de s’en priver

       
      • belette2911

        17 juillet 2015 at 00:12

        J’adore le cépage Merlot, en plus. Mieux que le cabernet. Le merlot et moi, on s’est déjà mis chocolat bleu pâle durant les vacances… une fois, j’ai dû rentrer au gîte en mettant mes mains devant moi pour bien viser la porte !

        Je vais le chercher ton merlot… heu, ton livre !

         
      • Lord Arsenik

        17 juillet 2015 at 07:05

        Je bois peu de vin mais je connais mes classiques 😉
        Me suis jamais cuité au pinard, ça dit quoi le lendemain ?

         
      • belette2911

        18 juillet 2015 at 07:08

        Rien ! Pas de gueule de bois, un palais de velours et une forme olympique ! J’adore !

         
      • Lord Arsenik

        18 juillet 2015 at 14:01

        C’est bon à savoir 🙂

         
      • belette2911

        18 juillet 2015 at 15:42

        ça dépend peut-être d’un métabolisme ou pas, ou d’un cépage ou pas… la méthode aussi… les bons vins ne donnent pas mal au crâne… c’est peut-être une vérité ! qui sait. je vais l’étudier de plus près.

         
      • Lord Arsenik

        19 juillet 2015 at 08:21

        Tiens nous au courant de l’évolution de tes expérimentations… Quel sens du sacrifice !

         
      • belette2911

        20 juillet 2015 at 16:48

        Je vous tiens au courant, hips, de l’évolution de, hips… ze me zacrifie pour vous, les gars !! ♫ c’est à boire à boire à boire, c’est à boire qu’il nous faut ♪

         
  3. stelphique

    15 juillet 2015 at 18:45

    Ca a l’air marrant 😉
    Je crois que c’est l’humour qui me plairait le plus 😉

     
    • Lord Arsenik

      16 juillet 2015 at 07:15

      L’humour joue beaucoup sur les échanges entre les personnages, puis sur certaines situations qui, sans être totalement improbables, sont bien décalées. Et en priime l’enquête policière tient la route.

       
  4. Zofia

    15 juillet 2015 at 21:04

    Ah c’est vrai que ça a pas l’air mal ! ça ne me donne envie de rencontrer ces flics 😉

     
    • Lord Arsenik

      16 juillet 2015 at 07:16

      Ca change de SDPJ93 de Victor Costes… Mais il doit bien y en avoir quelques uns comme ça aussi 🙂

       
  5. collectifpolar

    16 juillet 2015 at 12:16

    Je me suis bien eclater avec ce bouquin. Quand la comédie policière est de ce niveau, il ne faut pas bouder son plaisir.
    J’espère avoir l’occasion de rencontrer l’auteur. J’ai vraiment envie d’en savoir plus sur la genèse de ce titre.
    Merci cherLord pour cette belle chronique. J’adore 🙂

     
    • Lord Arsenik

      16 juillet 2015 at 15:39

      L’auteure a un parcours très « polyvalent »… Je serai curieux aussi d’en savoir plus que les quelques infos glanées çà et là

       
      • collectifpolar

        16 juillet 2015 at 17:07

        Oui, cela serait intéressant, en effet 🙂

         

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :