RSS

[BOUQUINS] Nathalie Hug – L’Enfant-Rien

13 Août

N. Hug - L'Enfant-RienJe reste dans le roman court mais avec un total changement de registre. Avec L’Enfant-Rien, Nathalie Hug se lance dans l’écriture en solo dans un genre bien loin des thrillers qu’elle signe à quatre mains avec son mari, Jérôme Camut. Il n’en fallait pas plus pour titiller ma curiosité…
Adrien guette chaque semaine l’arrivée du père de sa demi-sœur, dans l’espoir de recueillir un regard, une parole ou un geste tendre mais sans jamais rien obtenir de cet homme qui l’ignore. Le jour où sa mère se fait renverser par une voiture et tombe dans le coma, la possibilité d’une vie nouvelle s’ouvre à lui. Mais Adrien peut-il vraiment trouver sa place dans une famille qui n’est pas la sienne ?
D’entrée de jeu vous pouvez constater, si vous me suivez depuis déjà quelque temps, que ce n’est pas franchement dans mes habitudes de lecture. Non que j’éprouve un quelconque rejet pour ce genre de récit, c’est juste qu’on ne peut pas tout lire et qu’il faut savoir faire des choix. Sans la signature de Nathalie Hug je serai passé à côté de ce bouquin. A tort ou à raison ? Je vous laisse décider à la lecture des lignes qui vont suivre.
Nathalie Hug a fait le choix d’une écriture à la première personne afin de nous faire partager les pensées et la vision des choses d’Adrien ; le résultat est bluffant, vraiment criant de vérité et forcément plein d’émotions.
EmotionS, et j’insiste sur le S final, est bien le maître mot de ce roman, court mais intense, on en prend la gueule avec Adrien. Un brave gamin de 10 ans à la santé fragile (une néphropathie visiblement) qui n’a jamais connu son père et vit avec une mère qui n’est que l’ombre d’elle même (avant l’accident déjà). Arrivé dans cette nouvelle famille (celle du père de sa demi-soeur, Isabelle, son aînée) il ne demande qu’à être accepté et aimé mais ne rencontre qu’une froide indifférence. Adrien, l’Enfant-Rien comme il se qualifie lui même, nous offre un cri où se mêlent amour et désespoir, un cri qui ne manquera de nous prendre aux tripes.
« Le mo­ment d’ac­cep­ter l’in­évi­table était ar­rivé. Notre mère n’exis­tait pas. Isa­belle avait la sienne, belle et gaie, éprise d’un homme, et moi, j’avais la mienne, bri­sée et vide, mon fan­tôme triste et so­li­taire. » C’est en ses termes que Adrien définit sa mère après avoir vu des photos de sa vie d’avant.
Adrien confronté à un homme qui ne veut rien savoir de lui (on devine rapidement le pourquoi du comment de la chose ; à défaut de l’excuser on peut le comprendre) mais surtout à une tante qui est une vraie vipère, une langue de pute dans toute sa médiocrité. A travers ces quelques pages vous partagerez avec Adrien des moments forts qui ne devraient pas vous laisser indifférent et nul doute que la fin vous laissera sur le cul.
« Je m’ap­pelle Adrien. Dans Adrien, il y a rien.« 
En lisant les remerciements j’ai été surpris d’y trouver les prénoms de Clara et Louis, les deux enfants de la tétralogie Les Voies De L’Ombre ; seraient-ce « eux » qui lui ont donné l’envie de se lancer en solo ?

Publicités
 
13 Commentaires

Publié par le 13 août 2014 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , ,

13 réponses à “[BOUQUINS] Nathalie Hug – L’Enfant-Rien

  1. belette2911

    13 août 2014 at 18:03

    Là, j’ai envie de noter le livre pour chialer un coup en le lisant…

     
    • Lord Arsenik

      13 août 2014 at 19:06

      Bon point si tu veux te tirer des sentiers battus

       
      • belette2911

        14 août 2014 at 06:15

        Je vais y penser… mais ma route est longue ! 🙂

         
      • Lord Arsenik

        14 août 2014 at 07:09

        M’en parle pas, la route 66 à côté c’est de la gnognotte

         
      • belette2911

        15 août 2014 at 03:53

        Oui, même la route de la Soie et celle du Sel sont de la gnognotte à côté de cette route livresque qu’il nous reste à faire.

         
  2. choupynette

    13 août 2014 at 19:09

    j »avais repéré un autre livre d’elle écrit en solo, 1, rue des petits pas. tu l’as lu?

     
    • Lord Arsenik

      14 août 2014 at 07:06

      Il me semble u’il y en a deux autres, pas encore lu et pas encore dans ma PàL

       
  3. Foumette

    14 août 2014 at 02:22

    J’ai trop adoré ce livre!!!

     
    • Lord Arsenik

      14 août 2014 at 07:04

      Excellent ça me change de mes lectures habituelles. Je ne me suis pas encore remis de la fin 🙂

       
      • Foumette

        14 août 2014 at 09:19

        Elle est terrible cette fin hein!!!

         
      • Lord Arsenik

        15 août 2014 at 11:22

        On ne reste pas sur sa faim… mais sur le cul !

         
  4. Zofia

    18 août 2014 at 20:45

    Je viens de me le procurer 🙂 il me semblait bien qu’avec un titre comme ça, la lecture ne serait pas facile…

     
    • Lord Arsenik

      19 août 2014 at 06:42

      L’histoire est dure mais le bouquin se lit d’une traite

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :