[BOUQUINS] Hugh Howey – Silo

H. Howey - SiloRetour à mon challenge SF avec un invité surprise, du pur jus SF cette fois, promis juré. Un titre à côté duquel je serai certainement passé sans un regard si je n’avais pas été intrigué par la quantité de critiques élogieuses qui foisonnent sur le Net. Place donc à ma chronique de Silo de Hugh Howey, premier volume d’une trilogie annoncée.
Dans un futur apocalyptique indéterminé les rescapés vivent dans d’immenses bunkers souterrains. Les seules images qu’ils reçoivent de l’extérieur sont celles, inhospitalières et floues, transmises par d’anciennes caméras de surveillance. Cependant certains doutent de la réalité de ces images, pour eux, comme pour les dissidents, une seule alternative : la sortie. Un aller simple vers la mort ou vers l’inconnu ?
La genése du bouquin mérite que l’on s’y attarde un moment avant d’entrer dans le vif du sujet. En 2011, Hugh Howey met en ligne une nouvelle qui pose les bases de ce qui deviendra Silo, le roman. L’accueil est enthousiaste, les internautes réclament une suite à l’auteur. Bon prince celui-ci s’exécute et se lance dans l’écriture de quatre nouveaux épisodes. Les cinq épisodes sont compilés dans un roman, divisé en cinq parties, qui deviendra rapidement un best seller international. Best-seller qui aujourd’hui se décline aussi sous la forme d’un Comics et dont les droits d’adaptation pour le cinéma seraient en cours de discussion.
Vous l’aurez compris on est clairement dans la dystopie post-apocalyptique, un semblant de société formatée régie par une autorité toute puissante (un maire et un shérif… à moins que le vrai pouvoir ne soit ailleurs) qui impose sa vision des choses. Toute remise en cause du système vaudra au coupable l’exclusion du silo, synonyme de mort. Un schéma classique du genre me direz-vous. Certes (même les survivants « souterrains » ne sont pas vraiment un scoop) mais l’auteur réussit à faire du neuf avec du vieux, on trouve une réelle originalité dans ce récit (tant dans sa construction que dans son intrigue).
En fait on est à mi-chemin entre le roman et le recueil de nouvelles, chaque partie suit un ordre chronologique ayant pour fil rouge le fameux silo et certains personnages sont récurrents d’un texte à l’autre (atttention à ne pas trop vous attacher, l’auteur souffre du syndrome de GRR Martin), les deux premiers épisodes peuvent sembler indépendants mais restent solidement ancrés à l’ensemble. Au final on est bel et bien en présence d’un roman, un peu à l’image d’un roman-feuilleton.
Le premier épisode place la barre très haut en répondant du même coup à la question concernant la survie à l’extérieur. Le second est certes moins rythmé du point de vue action mais il pose les bases de l’organisation et du fonctionnement du silo. Les trois suivants repassent à la vitesse supérieure et proposent une histoire continue, ça file même crescendo au fil des pages. La tension est palpable et les rebondissements sont légion.
Le silo ? Un énorme cylindre de 144 étages reliés par un escalier métallique en colimaçon. Trois parties (bas, milieu et haut) qui représentent trois niveaux de hiérarchie, du plus anodin au plus puissant. Bien que l’on soit résolument dans un monde futuriste ne vous attendez à découvrir un foisonnement de haute technologie révolutionnaire, pour tout dire c’est presque le contraire, hormis la conception même du silo la technologie semble avoir fait un bond en arrière de plusieurs années.
Les personnages s’étoffent au fil des épisodes, j’ai eu coup de coeur pour Juliette mais j’ai pris tout autant de plaisir à détester Bernard, tout comme j’ai souvent maudit la passivité de Lukas. La preuve que l’auteur parvient à vous prendre dans les mailles de son filet. Il réussit à nous offrir un bouquin de SF qui a la même intensité qu’un thriller et la même noirceur qu’un roman noir ; un régal !
La question du pourquoi et du comment du silo est à peine abordée, comme souvent dans la dystopie, les informations sont délivrées au compte goutte et ne suffisent pas à répondre à toutes les questions que l’on serait amené à se poser. Mais rassurez-vous, le second opus de la trilogie, Origines, déjà disponible (et dans mon Stock à Lire Numérique), est une préquelle qui devrait combler les vides.
En commençant ce premier opus (après avoir longuement hésité entre l’ordre chronologique et l’ordre de parution), je me suis demandé si j’aurai envie d’enchaîner directement sur le suivant (ou le précédent selon l’option choisie plus haut). Peut être pas tout de suite histoire de continuer à varier les plaisirs mais très rapidement, je peux vous le garantir au vu du plaisir que j’ai eu à parcourir ce premier volume.
Je connaissais l’éditeur Actes Sud essentiellement par le biais de sa collection Actes Noirs, dédiée au polar et au thriller et comprenant de nombreux auteurs nordiques dans son catalogue ; avec la collection Exofictions, dont Silo est le titre inaugural, l’éditeur ouvre brillamment et intelligemment ses portes à la SF.
Je ne sais pas si une curiosité typographique que j’ai relevé est propre à la version numérique ou si elle existe aussi dans le livre papier, parfois le tiret semi-cadratin (–) est utilisé en lieu et place des points de suspension (…) ; ça surprend un peu mais rien de rédhibitoire.

21 réflexions au sujet de « [BOUQUINS] Hugh Howey – Silo »

  1. Comme toi, à force de lire des avis positifs, il est monté assez haut dans ma pile des livres à acheter avant qu’il ne soit trop tard (c’est pas ton avis qui à changé les choses, au contraire) 😉

    1. Je t’encourage à craquer… il mérite bien de faire chauffer la carte bleue.
      Ou alors tu attends le 22 octobre pour prendre la trilogie d’un coup.

      1. J’avoue que je ne suis pas forcément le calendrier des sorties. Heureusement sinon je serai condamné à ne lire que des nouveautés. Bon OK y’a pire comme sanction… mais il y a aussi tellement de pépites plus anciennes à découvrir

  2. Dingue, on peut mettre les gens dans ce que l’on veut, il y aura toujours une hiérarchie selon que vous êtes un misérable ou un plus élevé !

    Bon, je note mais du bout de mon crayon…

  3. ah et bien moi je ferais ca…j’attends le 22!!! j’aime bien lire tout d’un coup, si j’aime…….Mais bon cette couverture est pas mega attirante….Mais les critiques souvent très bonnes….alors a bientôt trilogie prometteuse……..Merci de cet avis accrocheur.;)

    1. Présentement l’histoire se termine donc la (courte) attente sera moins frustrante.
      Encore un titrexqui devra beaucoup à Internet, un auteur inconnu au bataillon et une couv’ bof bof… ce n’était pas gagné d’avance. Surtout si, comme moi, on n’avait jamais entendu parler du succès en ligne

  4. Je dois être la seule à ne pas avoir accroché 😥 J’ai abandonné…L’intrigue a l’air excellente mais j’en avais marre de monter les escaliers si lentement 😉

      1. J’ai arrêté à la remontée des marches…j’avais trop mal aux jambes 😉

  5. Je lis surtout des polars, mais mon premier amour litteraire, c’était la SF ! Un moment comme toi que je vois des article élogieux sur ce bouquin et j’avoue que j’ai bien tout ce qui tout à la survivance, au post apocalyptique. Effectivement le thème n’est pas nouveau comme tu le signales, mais si comme tu l’indiques toujours, l’auteur arrive à renouveler le thème, alors je me laisserai bien tenter de le lire ! Belle chronique en tout cas ! A bientôt

  6. J’ai beaucoup aimé ce livre aussi, surtout au début pour sa construction en poupée russe. J’ai un peu regretté que l’auteur ne continue pas ainsi, mais c’est vrai que la tension qu’il installe ensuite est très prenante.

    1. Les deuxième « épisode » casse un peu l’ambiance mais après ça redémarre sur les chapeaux de roue… Merci Juliette 🙂
      Tu as lu le suivant (ou précédent) ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s