RSS

[BOUQUINS] Frank Bill – Donnybrook

25 Juin

F. Bill - DonnybrookeMême sans ce challenge Coupe du Monde des Livres je comptais bien lire, dans des délais relativement brefs, ce Donnybrook de Frank Bill ; disons que le délai s’est raccourci de quelques jours, voire quelques semaines…
Le Donnybrook c’est le must du combat clandestin, deux fournées 20 combattants, trois jours de castagne. Le dernier debout empoche le pactole de 100 000 dollars. Pour Earl Marine c’est une occasion unique à saisir s’il veut refaire surface et s’offrir un nouveau départ avec sa femme et ses gosses…
Si vous avez lu Chiennes De Vies vous ne serez pas totalement dépaysé, en quelque sorte le roman fait suite à la nouvelle L’Amour Brut, certains des personnages que vous croiserez sur ce Donnybrook ne vous seront pas inconnus. Mais bon cela est plus anecdotique qu’autre chose, le roman peut parfaitement être lu indépendamment de la nouvelle.
Vous l’aurez compris, une fois de plus Frank Bill ne vous invite pas au Pays des Bisounours, retour dans son Indiana du Sud et ses rednecks, retour au pays où la meth est reine ! Et sans surprise vous croiserez, au fil des pages, bon nombre de paumés à la dérive…
Dans mon pitch je ne vous parle que d’Earl, peut être parce que c’est le personnage le plus « noble » de ce Donnybrook ; OK ce n’est pas non plus un saint, pour trouver le fric nécessaire à son inscription au tournoi il n’hésitera à employer des moyens plutôt musclés. Pour couronner quelques mauvaises rencontres viendront compromettre sa participation au tournoi…
Deux autres personnages se partagent la vedette. Angus, une légende du Donnybrook qui s’est reconverti dans le trafic de meth suite à un accident ; et sa frangine, Liz, une junkie un tantinet nympho qui a eu la mauvaise idée de vouloir le doubler.
Tandis que Earl essaye tant bien que mal de se la jouer discret, le frère et la soeur foutent un joyeux bordel tout le long de leur course poursuite. Forcément on se doute que tout ce beau monde va finir par se croiser et que le résultat sera plutôt explosif.
L’auteur nous dresse un portrait au vitriol de ses personnages, sa plume n’a rien perdu de son efficacité en passant de la nouvelle au roman. Et une fois de plus j’ai été sous le charme de cette noirceur qu’il dépeint si bien.
Il en va de même avec son intrigue aux rebondissements multiples, l’auteur ne vous laisse pas une minute pour reprendre votre souffle. N’espérez pas une promenade de santé : ça arnaque, ça cogne, ça flingue, sans foi, ni morale ; seule la survie importe ! Et oui c’est glauque, mais qu’est-ce que c’est bon !!! Le bouquin est relativement court (240 pages) mais ô combien percutant, intense et jouissif.
Honnêtement je pense que même si je n’avais jamais entendu parler de Chiennes De Vies, ce bouquin m’aurait fait de l’oeil (au beurre noir) et un joli sourire (aux lèvres explosées), la couv’ aurait immanquablement éveillé ma curiosité et le pitch aurait fait le reste. Avec Chiennes De Vies l’auteur marquait un essai qui ne demandait qu’à être transformé, avec Donnybrook non seulement il transforme l’essai mais en marque un second transformé d’emblée… Même les All Black au mieux de leur forme ne sauraient faire mieux !
Un individu qui sait apprécier un Turkey 101 (comprendre Wild Turkey 101 proof, un bourbon du Kentucky qui affiche fièrement 50.5% d’alcool) avec une bière (de la Bud en l’occurrence) en écoutant Lynyrd Skynyrd (Call Me The Breeze) ne peut qu’avoir un bon fond… Bin non pas chez Frank Bill ! Irrécupérable la chose en question…
L’éloignement a du bon, au niveau des drogues on est relativement à l’abri, à part l’herbe qui pousse et circule sans vraiment prendre la peine de se cacher. Un peu d’ecstasy occasionnellement et de la coke dans les hautes sphères ; mais ça reste très confiné. Franchement quand j’ai lu le procédé de fabrication de la meth je me suis dis qu’il fallait vraiment être tombé très bas pour se réfugier dans une pareille merde.

Advertisements
 
15 Commentaires

Publié par le 25 juin 2014 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , , ,

15 réponses à “[BOUQUINS] Frank Bill – Donnybrook

  1. gruznamur

    26 juin 2014 at 03:55

    quand j’ai vu ton équipe de livres je me suis dit : vivement cette chronique !
    Ben j’ai pas eu besoin d’attendre longtemps et maintenant je sais ! 😉

     
    • Lord Arsenik

      26 juin 2014 at 05:31

      Comme je l’avais sous le coude 🙂
      C’est moins glauque que Chiennes de Vies mais nettement plus violent. J’espère que mes quelques mots donneront envie de plonger dans ce bouquin

       
      • gruznamur

        26 juin 2014 at 05:35

        entre glauque et violence mon cœur balance 😉

         
      • Lord Arsenik

        26 juin 2014 at 08:35

        Pourquoi choisir ? Prenez les deux mon capitaine !

         
  2. belette2911

    26 juin 2014 at 16:15

    Je dois le lire et il est dans mes gardiens de but de mon équipe de foot. Oui, moi j’ai deux gardiens ! 😉

    Bon, dès que je rentre au pays, je le lis ! 😀

     
    • Lord Arsenik

      27 juin 2014 at 02:27

      T’as raison deux gardiens c’est plus sûr. Faudrait demander à la FIFA de changer les règles.
      Après tout Platini demande bien aux brésiliens de faire une trêve pendant la CdM.

       
      • belette2911

        27 juin 2014 at 04:17

        Bien sûr ! Z’ont qu’à crier leurs revendications après la fiesta, ces crétins de pauvres ! Nous, on a le droit de dépenser en une journée ce qu’ils gagnent en dix ans, ils doivent la fermer, non mais !

        Tout ceci n’est que de l’ironie, bien entendu… j’en collerais bien trois à Platini, celui qui leva la coupe alors que des morts étaient dans les tribunes de notre stade du Heysel de sinistre mémoire…

        Le fric, my lord ! Le fric est un dieu et tant que l’argent sera une finalité pour certains, rien ne changera dans ce bas-monde.

        Je me sens déprimée, là, tout à coup… :/

         
      • Lord Arsenik

        27 juin 2014 at 13:20

        Je ne crache pas sur le fric… sinon comment je pourrai me payer mes bouquins ?
        Mais ce n’est pas non plus une obsession, ni une finalité.

        Bah on va se faire des cheveux blancs pour un monde qui part en couille. J’ai pas d’héritier donc je culpabilise moins 🙂

         
      • belette2911

        27 juin 2014 at 15:46

        Pas d’héritiers non plus, un soucis de moins, je peux dormir en paix, au moins… 😉

        Le fric est agréable à gagner, sans lui, pas de bouffe, de toit sur la tête, d’habits, de livres… mais c’est pour moi un moyen de subsistance, pas un but ou une fin en soi.

        Le problème vient des gens qui en ont déjà beaucoup mais qui en veulent encore plus… comme nous avec nos livres !! 😛

         
      • Lord Arsenik

        28 juin 2014 at 07:57

        Idem, je ne crache pas dessus mais ce n’est pas une quête existentielle.
        Ah merde je me rnds compte que je n’ai aucune quête existentielle…

         
      • belette2911

        29 juin 2014 at 20:28

        Alors, il te faut une quête existentielle ! Une sorte de « précieux » à toi tout seul…

        On ne va pas cracher dessus, mais je ne cours pas derrière comme certains, prêts à écraser ou spolier les autres pour en avoir encore plus… pour thésauriser.

        Bonne quête ! Celle du dimanche à la messe n’entre pas en ligne de compte ! La quête des sous, on oublie ! 😉

         
      • Lord Arsenik

        1 juillet 2014 at 08:09

        Hmmm finalement un quotidien sans quête existentielle ça me va… veux pas finir comme Gollum.

         
      • belette2911

        2 juillet 2014 at 05:23

        Y’a du boulot pour finir comme lui !! Vu sa tête et son odeur… 😆

        La quête est de lire toute sa PAL, ou d’acheter des livres… 😛

         
      • Lord Arsenik

        2 juillet 2014 at 10:27

        Vaincre la PàL… Voilà une sacrée quête existentielle.
        Une PàL comme une hydre, tu lis un bouquin et hop il y en a deux qui repoussent. Mode Hercules ON.

         
      • belette2911

        2 juillet 2014 at 19:20

        oui, c’est tout à fait ça !! 😆

         

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :