RSS

Des nouvelles… Qui veut des nouvelles ?

16 Juin

Pondre une chronique sur une nouvelle est toujours, pour moi, un exercice délicat, du coup j’essaye de faire des posts groupés, même quand, comme c’est le cas ici, les deux titres n’ont pas grand chose en commun. Au menu de ce post, Caryl Férey (Les Nuits De San Francisco) et Stephen King (A La Dure) ; ça pourrait être pire…

C. Férey - Les Nuits De San Francisco

Commençons par le cas Caryl Férey, N’y voyez là aucun chauvinisme de ma part j’ai simplement procédé à un choix alphabétique. Il vous en coûtera moins de 9 € pour parcourir 127 pages qui vous feront visiter les USA de la crise et des paumés.
Sam, un indien déraciné, croise la route, après moults dérives, de Jane, une handicapée qui semble tout aussi paumée que lui. Une nuit pas tout à fait comme les autres pour deux âmes perdues au coeur de San Francisco…
Que dire de cette nouvelle ? Noir c’est noir (tiens ça me rappelle quelque chose)… Bon pour la légèreté on repassera. Caryl Férey est égal à lui même, une plume implacable pour nous dépeindre la dérive, la souffrance et la mort. Pas vraiment le rêve américain tel qu’on se l’imagine…
Sam, le résigné et Jane, l’écorchée vive parfois aigrie (mais elle de quoi l’être), deux personnalités totalement différentes et deux parcours tout aussi opposés, leur point commun : les galères et le ras-le-bol. Envie de s’en sortir ? Peut être… Plus certainement d’en finir ! Sauf que merde nous on voudrait bien voir un peu de bonheur éclairer leur avenir ; et l’auteur lui, qu’est-ce qu’il leur réserve ? Ne comptez pas sur moi pour répondre à cette question.
Le récit se divise en deux parties, une pour chacun de ses anti-héros, d’abord leur parcours personnel, puis leur rencontre vécue à travers chacun. Rappelez vous que les deux personnages ne se ressemblent pas, donc ils vivront et interpréteront cette rencontre chacun à sa façon.
Le récit se lit d’une traite mais il ne manquera de vous vriller les tripes, une claque ! Une plus pour le Lord Masochist !!!

S. King - A La Dure

Cette nouvelle a été intégrée dans l’édition poche du recueil Nuits Noires, Etoiles Mortes (ce fut aussi le cas lors des sorties américaines et britanniques du recueil), n’ayant aucunement l’intention de raquer deux fois pour le même bouquin je me suis rabattu sur sa version numérique (moins de 1 € pour 27 pages).
Suite à un cauchemar récurrent Brad Franklin se réveille silencieusement afin de laisser sa femme, Ellen, dormir étant donné qu’elle a besoin de repos pour récupérer d’une bronchite. Il commence alors sa routine quotidienne en essayant d’oublier ce mauvais rêve…
La nouvelle faisant moins de trente pages n’espérez pas que je vais m’épancher encore et encore dessus. Pour faire simple on va dire qu’elle s’intègre parfaitement au recueil, dommage même que l’auteur ne l’ait pas incluse dès le départ. On retrouve un type ordinaire face à une situation qui le dépasse.
Toutefois comme le reste du recueil je me contenterai d’une lecture agréable sans être transcendante ; on a connu mieux venant du King, mais aussi du moins bien (jamais rencontré de franchement mauvais).

Publicités
 
13 Commentaires

Publié par le 16 juin 2014 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , ,

13 réponses à “Des nouvelles… Qui veut des nouvelles ?

  1. gruznamur

    16 juin 2014 at 15:01

    Le Férey c’est pour la semaine prochaine 😉
    Quant à la nouvelle du King, elle est effectivement pas mal, mais rien d’extraordinaire. Par contre on n’est pas en phase sur le reste du recueil Nuit noire, étoiles mortes qui pour moi n’est rien de moins qu’un chef d’oeuvre dans le genre

     
    • Lord Arsenik

      17 juin 2014 at 06:53

      Mon appréciation mitigée tient sans doute au fait que je n’apprécie que moyennement les nouvelles.

       
      • gruznamur

        17 juin 2014 at 15:43

        La nouvelle est un exercice difficile, je trouve que le King y excelle

         
      • Lord Arsenik

        18 juin 2014 at 06:40

        Force est de reconnaître que dans le genre il est aussi un King.

         
  2. belette2911

    17 juin 2014 at 04:09

    Je note Caryl !!! et je ne te remercie pas ! 😛

     
  3. Zofia

    17 juin 2014 at 07:04

    J’aime bien lire des nouvelles, ça permet de faire une courte pause entre deux gros bouquins ou entre deux bouquins difficiles, ça permet de se changer les idées 🙂

     
    • Lord Arsenik

      18 juin 2014 at 06:33

      En ce moment je fais dans le pavé, après Sérum (1100 pages) je me lance dans L’Echiquier du Mal (1300 pages).
      Donc une nouvelle de temps en temps c’est comme l’alka seltzer, ça fait digérer 🙂

       
      • Zofia

        19 juin 2014 at 19:15

        Oh là là oui c’est sur ^^ à ta place j’en aurais besoin ! ça permet de changer d’univers sans se plonger dans une grosse lecture

         
  4. marielle

    22 juin 2014 at 20:43

    LiLivre trop court.

     
  5. marielle

    22 juin 2014 at 20:47

    Le commentaire est parti trop vite.Je voulais ajouter,que ça doit ètre une commande de l’editeur.Caryl,tes lecteurs n’en peuvent plus.Ecris moi cent grosses lignes,apres,on verra.Cary ferey ecrit des trucs bien mieux,encore plus violents.J’attends son suivant.Là,on peut pas juger,c’est un livre qu’il a dû ecrire à la plage (De Nouméa??).

     
    • Lord Arsenik

      23 juin 2014 at 12:00

      On va dire que c’est une mise en bouche en attendant le prochain roman.

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :