RSS

Archives du 15 juillet 2013

[BRD] Die Hard – Belle Journée Pour Mourir

Die Hard - Belle Journée Pour MourirSeconde et dernière escapade cinéphile du weekend plus contemporaine puisque nous opterons pour Die Hard – Belle Journée Pour Mourir, cinquième opus de la saga Die Hard avec cette fois John Moore aux commandes.
L’inaltérable John McClane (Bruce Willis) se rend cette fois à Moscou afin de voir dans quel pétrin s’est fourré son fils, Jack (Jai Cooper), emprisonné pour meurtre. Le jour du procès le tribunal est pris d’assaut par des hommes lourdement armés, Jack parvient à s’enfuir avec Yuri Kamorov (Sebastian Koch), un milliardaire que la mafia russe souhaite récupérer afin de mettre la main sur un arsenal nucléaire. Les deux hommes sont pris en chasse par une équipe de tueurs dirigée par Alik (Radijove Bukvic). John de son côté se joint à la course poursuite…
Le réalisateur change mais la recette reste la même, toujours plus d’action, de pétarades et d’explosions ; on est clairement dans le cinéma 100% divertissement avec zéro prise de tête, et à ce titre ce cinquième opus ne dénote pas dans la saga. Outre son lot de scènes aussi spectaculaires qu’improbables (encore que le réalisateur affirme avoir eu recours aux effets numériques que pour le strict minimum, le majorité des effets étant assurés à l’ancienne), le scénario, bien qu’un peu vide (on est loin des premiers films signés John McTiernan), réserve toutefois quelques surprises. Si je ne devais garder qu’une scène du film, je conserverai sans aucune hésitation la scène de course poursuite dans les rues de Moscou, elle vaut vraiment le détour et bat des records au niveau de la tôle froissée…
On aime ou on n’aime pas chacun voit midi à sa porte, perso je n’ai rien contre le cinéma musclé qui s’assume et offre des vacances à mon pauvre neurone défaillant. D’ailleurs, et histoire d’enfoncer le clou dans le postérieur des râleurs de tout poil, sachez qu’un sixième film est d’ores et déjà annoncé (sortie prévue en 2015), on connait le titre (Die Hardest), le scénariste (Ben Trebilcook) et le pays qui subira les foudres de John McClane (le Japon)… C’est à peu près tout ce qui filtre pour le moment (Jai Copper sera-t-il de la partie ? Wait and see). Par contre je vous rassure à en croire Bruce Willis ce sera la dernière fois qu’il incarnera le rôle de McClane, notre cher flic qui a le don de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment devrait donc pouvoir, enfin, jouir d’une retraite bien méritée.
En attendant, et malgré certaines critiques très négatives, ce cinquième film de la franchise s’est avéré être une bonne opération au box office mondial puisqu’il a d’ores et déjà engrangé 305 millions de dollars (pour un budget de 92 millions).

Publicités
 
4 Commentaires

Publié par le 15 juillet 2013 dans DVD / BRD

 

Étiquettes : , , , , ,

[BRD] Django Unchained

Django UnchainedPour notre première pause cinéphile du weekend nous nous plongerons dans l’univers regretté du western-spaghetti avec Django Unchained de Quentin Tarantino.
1858, Texas. Le Dr Schultz (Christoph Waltz), chasseur de prime d’origine allemande, affranchi Django (Jamie Foxx), un esclave, afin que celui-ci l’aide à identifier trois frères, des négriers particulièrement pervers. Leur mission accomplie les deux hommes s’associent pour une saison de chasse, après quoi ils décideront d’un plan afin de tirer Broomhilda (Kerry Washington), la femme de Django, des griffes de Calvin Candie (Leonardo DiCaprio), son propriétaire, un puissant homme d’affaire qui dirige d’une main de fer le domaine de Candieland.
Ne tournons pas autour du pot : Quentin Tarantino signe là un hommage particulièrement brillant à un genre très en vogue dans les années 70/80 et c’est une totale réussite. Un  casting irréprochable (j’y reviendrai), des scènes dignes des plus grands westerns (je pense notamment à l’âge d’or de Sergio Leone), quelques touches d’humour bienvenues (le personnage de Schultz ne manque pas de finesse) et une bande son qui colle parfaitement au film (fidèle à son habitude Tarantino pioche dans sa discothèque personnelle, sans surprise on retrouve donc ici des titres d’Ennio Morricone).
Outre la casquette de réalisateur Quentin Tarantino est aussi à l’origine du scénario et s’offre même un petit rôle explosif. Ce qui m’amène donc à vous dire quelques mots du casting justement, outre le duo Jamie Foxx/Christoph Waltz qui fonctionne à merveille, on peut retenir la prestation de Leonardo DiCaprio qui campe, pour la première fois un personnage méprisable au plus au point et s’en sort à merveille, pour l’anecdote c’est la première fois depuis Mort Ou Vif (1995) qu’il n’occupe pas le haut de l’affiche. Difficile aussi de ne pas signaler la prestation de Samuel L. Jackson, qui incarne Stephen, le majordome de Calvin Candie et rivalise avec son maître pour se rendre haïssable.
Le film a raflé deux Oscars et deux Golden Globe (meilleur scénario et meilleur second rôle pour Christoph Waltz), signalons que Christoph Waltz a été « poussé » vers une carrière internationale par Quentin Tarantino dans Inglorious Basterds, son interprétation du Colonel SS Hans Landa lui avait déjà valu l’Oscar du meilleur second rôle.
Parlons gros sous pour terminer, une fois de plus Tarantino signe un film plus que rentable, avec une mise de départ de 100 millions de dollars le film a déjà rapporté, au box-office international, le pactole de 423 millions.

 
4 Commentaires

Publié par le 15 juillet 2013 dans DVD / BRD

 

Étiquettes : , , , , , , , , ,