RSS

[BOUQUINS] Tom Sharpe – Wilt 1

18 Juin

T. Sharpe - Wilt 1Un Book Club inhabituel proposé par la Team AlexandriZ pour ce mois de juin puisqu’il s’agit d’un hommage à Tom Sharpe, écrivain britannique spécialisé dans l’humour, décédé le 6 juin 2013. Une fois le principe acté il restait à choisir un titre, c’est tout naturellement Wilt, premier du nom (la série compte cinq romans), qui s’est imposé étant donné que c’est ce roman, publié en 1976, qui lui a valu d’être reconnu comme l’un des plus grands humoristes anglais contemporains. Titre que je résumerai à Wilt 1 mais dont le titre complet est Wilt 1 ou Comment Se Sortir D’Une Poupée Gonflable Et De Beaucoup D’Autres Ennuis Encore, prometteur non ?
A l’approche de la quarantaine Henry Wilt se fait chier dans sa vie, aussi bien au niveau professionnel, où il enseigne la Culture Générale dans un lycée technique à des élèves qui n’en ont franchement rien à cirer, qu’au niveau personnel, où il a de plus en plus de mal à supporter sa femme, Eva. Et ce n’est certainement la nouvelle amie d’Eva, Sally Pringsheim , une américaine aussi délurée que manipulatrice, qui va arranger les choses. Aux grands maux les grands remèdes, Wilt est bien déterminé à ne plus se laisser marcher sur les pieds ; mais même avec la meilleure volonté du monde il n’est pas au bout de ses peines…
Ca faisait un moment que j’avais inscrit les Wilt dans ma liste de bouquins à lire, mais vous savez ce que c’est, le Stock à Lire grossit encore et encore et comme j’ai tendance à piocher parmi les dernières entrées il y a forcément des titres qui sombrent dans l’oubli, attendant l’occasion de remonter à la surface. Dommage pour Tom Sharpe que ladite occasion fut son décès (d’un autre côté à 85 ans ça fait partie des risques de la condition humaine) ; ajoutez à cela une proposition dans le cadre du Book Club de la Team et toutes les conditions sont réunies pour vous proposer cette chronique.
J’avoue avoir eu un peu de mal à entrer dans l’histoire lors des premiers chapitres, heureusement la soirée chez les Pringsheim (qui justifie la première partie du titre) met le feu aux poudres et à partir de là les situations absurdes et les quiproquos se succèdent pour notre plus grand plaisir. A ce titre si je ne devais retenir qu’une (longue) partie du récit je conserverai sans hésitation toute la période de garde à vue de Wilt et ses joutes verbales avec l’inspecteur Flint ; c’est franchement jouissif. Mais au-delà de l’absurde l’auteur prend un malin plaisir à dénoncer les travers de la société de consommation, de la course aux apparences et d’une certaine pseudo-liberté de penser et d’agir. Critique qui reste toujours de mise à l’heure actuelle, 37 ans après la première parution du bouquin.
Que dire des personnages d’Eva et de Henry Wilt ? Finalement aucun n’est réellement attachant, Henry peine à affirmer sa personnalité et sa femme manque cruellement de jugeote ; alors que chacun déploie une énergie monumentale (volontairement ou non) à pourrir la vie de l’autre on sent toutefois qu’il existe entre eux un lien fort, certes quelque peu enfoui par le poids des années (sans parler des engueulades et autres brimades) mais toujours présent. Les autres personnages, bien que secondaires, sont tous hauts en couleurs (mention spéciale pour le révérend Saint John Froude) et viendront pimenter, plus ou moins longuement l’intrigue.
Le style  est aussi agréable qu’abordable, ça se lit tout seul et ça devient rapidement addictif. Nos zygomatiques alternent entre sourires et rires (attention, une lecture en public pourra vous attirer des regards réprobateurs, voire plus), l’auteur joue à la fois sur un comique de situation et sur un comique de mots ; un peu de bonne humeur dans la grisaille ambiante ne se refuse pas.
Une chose est sure je ne regrette pas d’avoir découvert l’univers littéraire de Tom Sharpe, je continuerai avec plaisir la saga Wilt (je ne les lirai pas d’affilée, un de temps en temps quand je rechercherai une lecture légère) et, si l’occasion se présente, m’aventurerai vers ses autres titres.
La littérature humoristique est une denrée suffisamment rare pour en profiter pleinement quand on tombe sur de pareilles pépites, toutefois, sans vouloir faire dans le chauvinisme primaire, et quitte à me faire lyncher, je placerai Gilles Legardinier un poil au-dessus de Tom Sharpe mais ce jugement n’engage que moi…

Advertisements
 
2 Commentaires

Publié par le 18 juin 2013 dans Bouquins

 

Étiquettes : , , , , ,

2 réponses à “[BOUQUINS] Tom Sharpe – Wilt 1

  1. Zofia

    18 juin 2013 at 19:11

    J’ai lu (et chroniqué) les deux premiers tomes. Ce volume est absolument génialissime, j’ai adoré le personnage de Wilt et ce super sous-titre plein de promesses 😉
    Le second est bien mais un peu moins cinglant mais on retrouve avec plaisir cet humour wiltien !

     
    • Lord Arsenik

      19 juin 2013 at 04:57

      C’est d’ailleurs ton post qui m’avait poussé à m’intéresser au cas Wilt… Pas de regrets après la lecture de ce premier tome.

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :