RSS

[BOUQUINS] Justin Cronin – Les Douze

27 Mai

J. Cronin - Les DouzeJe pensais que mes prochaines lectures étaient bien planifiées mais que nenni, v’là t’y pas en effet que mon regard est attiré par un nom, Justin Cronin, puis un titre, Les Douze, enfin !!! J’ai vraiment hâte de découvrir le second opus du Passage. Bon d’accord c’est pas encore de la science fiction mais on s’en rapproche, lentement mais surement…
Une fois n’est pas coutume je ne vous propose aucun pitch sur ce bouquin, simplement parce que je ne suis pas parvenu à pondre un texte satisfaisant et que la quatrième de couverture ne me convient pas d’avantage. Il faudra faire avec et se contenter de savoir que l’histoire démarre 5 ans après Le Passage.
Riche idée de proposer un prologue sous forme de journal qui résume rapidement les principaux événements survenus dans Le Passage, après un an j’avoue que j’avais oublié la chronologie exacte des choses ainsi que certains détails. Ce second opus est un peu moins épais que son prédécesseur mais affiche tout de même 727 pages (à en croire Amazon, au format numérique le nombre de pages n’est jamais le même). Alors que Le Passage suivait  un découpage chronologique il n’en est rien ici, après une très courte première partie consacrée au présent de l’intrigue (l’an 97 de l’après V, V pour Virul) on fait un saut en arrière pour revenir en l’an 0 de l’après V à la rencontre de nouveaux personnages confrontés à la menace virule. C’est un peu déconcertant de prime abord mais l’auteur use de ce biais pour introduire une nouvelle dimension à son scénario et surtout de nouveaux personnages clés (quand d’autres se perdront corps et âmes dans la fin du monde). Retour à la chronologie « normale » pour la suite du récit.
On retrouve donc avec plaisir des personnages connus, dont bien entendu l’énigmatique Amy, mais aussi Peter et Alicia (entre autres), pris au coeur d’une intrigue à entrées/sorties multiples ; à tel point que l’on a un peu de mal à trouver des points d’ancrage mais on se laisse quand même embarquer avec plaisir, faisons confiance en l’auteur. Le style privilégie l’action et une lecture remarquablement fluide.
Sans vouloir trop en dire je peux d’ores et déjà vous annoncer que nos héros vont devoir affronter un nouvel ennemi, en plus des Douze (qui ne sont plus que onze), les vampires originels à l’origine des hordes de viruls. Je ne m’appesantirai pas sur ce nouvel adversaire afin de laisser intacte la surprise mais il est clair que leur fief, la Nation, fait penser à certains camps de détention historiques (camps de concentration, goulags, prisons khmères ou argentines…) ; le but premier est de déshumaniser les captifs. Il faudra se montrer patient pour en apprendre plus sur cette mystérieuse faction mais je peux vous assurer que ça apporte beaucoup de piment à une intrigue déjà bien fouillée (en premier lieu une Résistance mais chut).
Quid de l’intrigue à proprement parler donc ? Le fait que l’histoire se déroule simultanément en plusieurs lieux n’est pas vraiment un problème, il suffit de suivre pour rattacher les événements les uns aux autres ; par contre certains points auraient mérités d’être sinon éclaircis, au moins approfondis (là encore je ne peux développer afin de ne pas trop en dire). Espérons, même si j’en doute, que les réponses manquantes nous seront fournies par le troisième et dernier tome, The City Of Mirrors (sortie US annoncée pour 2014). Soit dit en passant je suis curieux de savoir ce que nous réserve ce dernier opus d’une saga qui tient haut la main toutes ses promesses sans faillir…

Advertisements
 
4 Commentaires

Publié par le 27 mai 2013 dans Bouquins

 

4 réponses à “[BOUQUINS] Justin Cronin – Les Douze

  1. gruznamur

    28 mai 2013 at 01:43

    Tu carbures aux gros pavés en ce moment toi 😉

     
    • Lord Arsenik

      28 mai 2013 at 05:25

      J’essaye de réduire ma consommation… Je suis sur la bonne voie !

       
  2. Eleven

    20 juin 2013 at 22:28

    « moins épais que son prédécesseur mais affiche tout de même 727 pages (à en croire Amazon, au format numérique le nombre de pages n’est jamais le même) »

    Qu’est-ce qu’on en a à faire du format virtuel ? Tu vas me dire que tu l’as lu en virtuel et non en format papier ? Si c’est ça, c’est bien triste.

     
    • Lord Arsenik

      21 juin 2013 at 06:03

      Je n’ai aucun remord à lire des ebooks. Chez moi le numérique et le papier cohabitent parfaitement… Il faut vivre avec son temps !

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :