RSS

Archives du 14 avril 2013

[BOUQUINS] Jean-Christophe Grangé – Le Serment Des Limbes

JC Grangé - Le Serment Des LimbesPour mon avant dernier bouquin de mon challenge 100% thriller je reviens vers Jean-Christophe Grangé pour m’attaquer à l’unique roman de l’auteur que je n’ai pas encore lu, j’ai nommé Le Serment Des Limbes. Je suppose qu’au moment de sa sortie en grand format mes finances ne devaient pas être au beau fixe, puis j’ai zappé la sortie en poche pour finalement me l’offrir en livre-audio sans jamais prendre le temps de l’écouter ; finalement c’est grâce au numérique que je peux enfin combler cette lacune.
Mathieu Durey, flic à la Criminelle, a du mal à accepter que son ami d’enfance, Luc Soubeyras, lui même flic aux Stups, ait pu tenter de se suicider. En effet les deux amis se sont connus grâce à leur foi commune en Dieu, pour Mathieu il est inimaginable que Luc ait pu comettre un tel acte. Au fil de son enquête Mathieu va apprendre que Luc menait une enquête personnelle sur un probable crime sataniste, bien déterminé à poursuivre les investigations de son ami Mathieu va s’enfoncer progressivement dans un monde où le Mal régne sans partage…
Ce roman, paru en 2007, est le second volet d’une trilogie dédiée à ce que l’auteur nomme « la compréhension du mal sous toutes ses formes« , bien que chaque bouquin soit totalement indépendant chronologiquement celui-ci se glisse entre La Ligne Noire (2004) et La Forêt Des Mânes (2009). De prime abord je dirai que Le Serment Des Limbes a une seconde place parfaitement adaptée, moins glauque que son prédécesseur et plus prenant que son successeur. Une des originalités de ce récit est qu’il se concentre sur une série de crimes commis par le passé (entre 14 ans et 6 mois plus tôt), il faut même attendre la troisième partie du bouquin pour que les ennemis du flic s’en prennent à lui. C’est aussi le moins « exotiques » de la trilogie puisqu’on reste en Europe (France, Italie, Suisse et Pologne).
L’auteur semble prendre un malin plaisir à nous laisser mariner dans nos doutes et questionnements, distillant les indices au compte-gouttes et parsemant çà et là quelques fausses pistes et de nombreux rebondissements inattendus (« Un pur chaos, où chaque réponse posait une nouvelle question » pour reprendre une pensée de Mathieu à propos de son enquête). Le roman étant écrit à la première personne on plonge dans l’intrigue à travers le regard et le ressenti de Mathieu Durey, le rythme va crescendo au fur et à mesure que son enquête progresse. Fidèle à son habitude Grangé réussi à nous scotcher à son intrigue (même si l’on devine bien avant Mathieu ce qui a poussé Luc au suicide) richement documentée (médecine légale, rituels religieux et sataniques…), du coup le pavé (650 pages) se lit avec aisance ; il m’aura fallu des années avant de me décider à le lire mais moins d’une semaine pour le dévorer.
Je dois reconnaître que dans les premiers chapitre j’ai crains que tous ces salamalecs de cul-bénit ne me freinent mais finalement ça s’intégre parfaitement à l’intrigue, j’ai même réussi à trouver le personnage de Mathieu attachant, malgré sa forte imprégnation religieuse il est plus complexe qu’on ne pourrait le croire (à titre d’exemple le gars passe de séminariste à bénévole au Rwanda avant de devenir flic… plutôt atypique comme parcours).
Petit bémol adressé à l’éditeur plus qu’à l’auteur : la quatrième de couverture est bien trop « bavarde », même si elle ne dévoile pas l’essentiel (heureusement vu que le final est … ) elle donne trop de détails sur l’intrigue en général ; heureusement le plaisir reste intact grâce au talent de l’auteur qui rend la quête de Mathieu franchement captivante. Pour ma part j’essaye de proposer un pitch qui ne s’étend pas au-delà de 10 à 15% du bouquin ; je déteste les critiques qui spoilent à tout va donc pas question de m’y risquer.

 
8 Commentaires

Publié par le 14 avril 2013 dans Bouquins