[BDR] Destination Finale – La totale !

Destination FinaleHistoire d’étrenner notre nouveau home cinéma (la version DVD de Sony ayant cédé la place à une version Blu-Ray de Samsung) nous nous sommes offerts les cinq chapitres de Destination Finale d’affilée, signé par trois réalisateurs différents : James Wong pour les premier et troisième, David R. Ellis, décédé en début d’année, pour les second et quatrième et Steven Quale pour le dernier en date.
Je ne vais pas vous présenter les cinq films un par un, le pitch de base étant le même on va faire une chronique groupée. Un petit groupe de personnes échappe de justesse à une catastrophe (dans l’ordre des films : un crash aérien, un énorme carambolage, le déraillement d’un grand huit, un accident sur une course automobile et l’effondrement d’un pont suspendu) après que l’un d’eux ait eu une prémonition. A peine le temps de se réjouir que les rescapés commencent à mourir dans des circonstances pour le moins inhabituelles ; la Mort veut terminer son travail et les survivants vont tout mettre en oeuvre pour déjouer ses plans…
Le gros atout de ces films est de ne pas miser toutes ses billes sur la carte du film d’horreur (même si certaines morts sont bien trash et gores) mais de jouer aussi la carte de l’humour (noir cela va de soi) et du second degré. Les scènes de morts (pas vraiment des morts naturelles vous l’aurez compris) constituent bien sûr le point d’orgue des films et bien que peu probables, sont particulièrement soignées (j’adore la réaction en chaîne qui précède chaque mort, au départ un événement anodin qui va enfler jusqu’à l’issue fatale). Les films sont naturellement riches en effets spéciaux et cascades en tout genre plutôt soignés et efficaces. Enfin même si les films sont indépendants les uns des autres (le groupe de rescapés n’étant jamais le même) vous aurez de nombreuses références et autres clins d’oeil à la saga. De fait mater les films les uns à la suite des autres ne m’aura pas dérangé outre mesure, les ficelles restent les mêmes mais les mises à mort sont sans cesse renouvelées.
Certes on est bien loin du film d’auteur hautement intellectuel mais perso je privilégie le divertissement à l’enrichissement intellectuel quant je mate un film (si je peux avoir les deux je n’ai rien contre), en l’occurrence on peut dire que j’ai été servi en matière de divertissement, un tantinet sadique je l’admets et à ne pas forcément mettre entre toutes les mains, certaines scènes étant bien gores, les amateurs du genre apprécieront (on est loin du gore dérangeant façon Saw).
Deux autres volets devaient être développés autour de la saga mais je ne sais pas si c’est toujours d’actualité ou non, pour le moment le public a toujours répondu présent et la qualité était au rendez-vous mais à force de vouloir user et abuser de la franchise ça risque de faire plus de mal que de bien, ce serait dommage que la stratégie marketing finisse par nuire à la saga.
Pour les curieux et intéressés voici les liens sur Allociné :
Destination Finale (2000)
Destination Finale 2 (2002)
Destination Finale 3 (2005)
Destination Finale 4 (2009)
Destination Finale 5 (2011)