[BOUQUINS] Jussi Adler-Olsen – Profanation

J. Adler-Olsen - ProfanationIl est des bouquins inscrits au programme de mon challenge 100% thriller que je brûlais d’impatience de lire, le deuxième tome des enquêtes du Département V (un Cold Case à la sauce danoise) en faisait incontestablement partie ; j’avais vraiment apprécié le premier opus, Miséricorde, autant pour son intrigue que pour ses personnages atypiques, c’est donc avec plaisir que je me suis plongé dans Profanation de Jussi Adler-Olsen.
De retour de vacances l’inspecteur Carl Morck réintègre le Département V et retrouve son assistant Assad ; à peine le temps de se poser et voilà qu’il apprend qu’on lui adjoint, pour son plus grand déplaisir, une secrétaire, Rose. Le Département décide de se pencher sur une ancienne affaire, un double homicide impliquant de richissimes fils-à-papa, innocentés par les « aveux » spontanés du supposé assassin ; sauf qu’un examen approfondi du dossier révèle de nombreuses zones d’ombre et une enquête bâclée. Contre l’avis de ses supérieurs et malgré les tentatives d’intimidation Carl persiste, aidé par ses deux acolytes, il n’hésite pas à remuer la merde qui se cache sous le vernis de la haute société danoise…
Ce second roman confirme toutes les bonnes impressions que m’avait laissé Miséricorde ; on retrouve la paire improbable constituée de Carl, plus bourru et grognon que jamais, et Assad avec sa bonne humeur permanente mais on en apprend aussi un peu plus sur eux (notamment sur Assad), enfin la touche féminine apportée par Rose, une jeune femme au caractère bien trempé, met un peu de renouveau au sein du département (et apporte aussi une touche d’humour, les premiers contacts avec Carl sont plutôt tendus). L’intrigue rythmée et pleine de surprises n’est pas laissée pour compte même si cette fois on connait les coupables et leurs motivations ça n’en reste pas moins intéressant de savoir comment la police va faire tomber ces salopards (je ne trouve pas de mots plus politiquement corrects pour les qualifier, par contre dans un style plus méprisant j’en ai un paquet qui me viennent à l’esprit sans trop avoir à réfléchir) ; pour tout vous dire, et au risque de passer, une fois de plus, pour un sadique, je souhaitais ardemment que ce soit Kimmie (qui vaut à peine mieux que les autres soit dit en passant) qui les trouve avant la police, leur châtiment serait alors bien plus expéditif et moins coûteux pour le contribuable… Ce plaisir sadique a-t-il pu être assouvi ? Il va vous falloir lire le bouquin pour le savoir… Qui plus est on découvre aussi de nouveaux éléments concernant la fusillade qui a coûté la vie à un coéquipier de Carl et cloué le second sur un lit d’hôpital sans espoir de pouvoir à nouveau bouger ; cette « continuité » dans le récit tend à rendre le contexte plus humain et d’ailleurs on a hâte de connaître le fin mot de l’histoire (les soupçons d’Hardy sont-ils fondés ? Si oui, pourquoi ?)
Pour moi Jussi Adler-Olsen a amplement gagné sa place parmi mon top des auteurs nordiques « qui comptent », au côté de feu Stieg Larson, Jo Nesbo et Henning Mankell (et certainement bien d’autres qu’il me reste à découvrir) ; d’ores et déjà le troisième bouquin de la série, Délivrance, a rejoint mon Stock à Lire Numérique, je pense m’y plonger dès la fin de mon challenge 100% thriller, à moins que l’impatience ne soit plus forte… Un quatrième opus est paru au Danemark, Journal 64, mais n’a pas encore été traduit…