RSS

[BOUQUINS] Caryl Férey – Mapuche

17 Jan

C. Férey - MapucheIl y a encore quelques temps j’aurai commencé par « nouveau détour par la Nouvelle-Zélande pour la suite de mon challenge 100% thriller », allez savoir pourquoi j’étais convaincu que Caryl Férey était un écrivain néo-zélandais (sans doute parce que je connaissais de lui que sa Suite Maorie, regroupant Haka et Utu). Retour en France donc pour la suite de mon challenge 100% thriller avec un roman conseillé par Lilou via Babelio, il s’agit de Mapuche (de Caryl Férey pour ceux qui n’auraient pas compris/suivi/lu mon intro).
Jana, une indienne Mapuche ayant fui la pampa pour Buenos Aires, vivote tant bien que mal de ses sculptures, quand un ami travesti est retrouvé sauvagement assassiné elle cherche à faire toute la lumière sur cette affaire qui ne semble pas passionner la police. Ruben Calderon, rescapé des geôles de la junte militaire, exerce comme détective privé dans la capitale argentine, à la demande d’un ami journaliste il accepte d’enquêter sur la disparition d’une photographe, fille d’un puissant et trouble homme d’affaire local. Rien ne rapproche ces deux individus et ces deux affaires, contre toute attente leurs chemins vont se croiser et leurs enquêtes se télescoper…
Pour une découverte j’avoue que j’ai été très agréablement surpris, si l’auteur semble aimer les intrigues exotiques (Nouvelle-Zélande, Afrique du Sud et maintenant Argentine) il nous peint ici un portrait sans concession d’une Argentine bouffée par la pauvreté et la corruption, pas franchement la toile de fond idyllique d’un guide touristique. Son style haché et tranchant (un peu déconcertant au début mais l’on s’y fait rapidement) restitue parfaitement la noirceur et la dureté du quotidien (ou du passé, qu’il s’agisse des exactions en tout genre de la Junte militaire ou de l’élimination des Mapuche par les carabiniers). Au départ j’ai eu un peu de mal à entrer dans l’intrigue, et pas seulement à cause du style, ça commence lentement (trop lentement à mon goût) mais heureusement une fois que les choses se décantent l’auteur nous tient en haleine de rebondissements en surprises sur un rythme de plus en plus endiablé jusqu’au bouquet final. L’un des points forts du bouquin étant les personnages de Jana et Ruben, au travers leur histoire on découvre celle de l’Argentine mais aussi le pourquoi du comment de leurs caractères bien trempés quoique radicalement opposés.
D’ores et déjà Caryl Férey a annoncé qu’un prochain roman devrait avoir pour cadre l’Amérique du Sud (le Chili plus précisément) et les Mapuche, toutefois il ne s’agira pas d’une suite mais bel et bien d’une nouvelle intrigue avec de nouveaux intervenants (au même titre que Haka et Utu qui n’ont que la Nouvelle-Zélande et la culture maorie en commun). En attendant ce roman m’a donné envie de me plonger plus en avant dans l’univers de l’auteur, encore un français qui n’a rien à envier à ses illustres voisins d’outre-Atlantique…
Il est rare que je cite des extraits des bouquins que je lis mais je trouve celui-ci tellement paradoxal que je me devais de le partager avec vous :
– Tu as grandi où ? demanda-t-il depuis le banc qui lui faisait face.
– Dans le Chubut, répondit Jana.
– En territoires mapuche ?
– Oui… (Elle saisit un pétale de rose au hasard de la nappe, le déchira avec application.) Mais on a été expulsés de nos terres, elle ajouta. Une multinationale italienne…
– United Colors ?
– Oui. On ne devait pas avoir la bonne…
L’ironie cachait mal l’amertume.
Au cas où vous ne l’auriez pas compris il s’agit de Benetton et sa marque United Colors dont les pubs vantent le mélange pluri-ethnique et le pire c’est que c’est authentique ; le groupe Benetton serait en effet propriétaire de 900 000 hectares de terrain (9% des terres cultivables de Patagonie) extorqué par la force aux indiens Mapuche par les autorités argentines.

Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le 17 janvier 2013 dans Bouquins

 

2 réponses à “[BOUQUINS] Caryl Férey – Mapuche

  1. zenlilou

    18 janvier 2013 at 09:48

    ah je suis contente que tu ais apprécié Mapuche et Caryl Ferey ! il vaut le coup ce gars là…. tu me donneras des nouvelles aussi de Zulu par exemple ! 🙂
    et comme tu dis, le pire c’est que tout est authentique… ça fait froid dans le dos
    par contre, je ne savais pas qu’il allait écrire sur le Chili… j’attends doublement avec impatience !
    Lilou

     
    • Lord Arsenik

      19 janvier 2013 at 07:29

      Comme d’hab j’vais y aller à l’envers avec Caryl Férey, prochaine étape Zulu puis Haka et Utu… Le reste je pense zapper (lui même, sur son blog, semble dire que ça ne mérite pas le détour).

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :