RSS

[BOUQUINS] John Verdon – 658

15 Août

J. Verdon - 658Quand j’ai lu la quatrième de couv’ de 658, le premier roman de John Verdon, ça a tout de suite fait tilt chez moi. Je comptais aller le prendre à France Loisirs mais finalement comme il était dispo sur le forum de la Team Alexandriz j’ai cédé à la facilité…
Dave Gurney, inspecteur de la criminelle à la retraite, est contacté par un ancien camarade de fac qui lui demande l’aider. Mark Mellery a reçu une première lettre anonyme lui demandant de penser à un nombre, en ouvrant la seconde enveloppe il découvre le nombre 658 auquel il venait précisément de penser. Deux autres lettres suivront, sans sens réel ni menace voilée et pourtant elles inquiètent l’homme ; comment l’auteur pouvait-il deviner ce nombre 658, choisi pourtant au hasard ? Et qu’attend-t-il de Mellery ? En acceptant d’aider son ami Dave Gurney est loin de se douter qu’il vient de mettre les pieds dans une vengeance machiavélique parsemée de morts brutales…
Qu’il est bon de lire un polar aussi bien ficelé du début à la fin. L’enquête de Dave Gruney ne manquera pas de vous tenir en haleine et je suis persuadé que vous vous demanderez par quelle invraisemblable pirouette l’auteur va nous expliquer les tenants et les aboutissants. Et bien que nenni, les explications tiennent la route et toutes les pièces du puzzle finissent par s’emboiter avec une logique implacable. J’ai beau avoir l’habitude des polars j’avoue que je suis resté sur le cul !
Pour un premier roman on peut dire que John Verdon place la barre haut en réussissant un polar/thriller brillant. Ce 658 est aussi le premier opus d’une trilogie consacrée à Dave Gurney, d’ores et déjà le second, N’Ouvre Pas Les Yeux a intégré mon « stock à lire » numérique et je compte bien sauter sur le dernier dès qu’il sera dispo en français (sortie prévue cette année aux Etats Unis).
L’on fait donc connaissance avec le personnage de Dave Gurney, un inspecteur de la crim’ désormais retraité qui vit loin du tumulte des grandes villes avec Madeleine, son épouse. Un flic de génie tourmenté par son passé sur le plan personnel et qui, même à la retraite, se réfugie dans son travail pour oublier ou fuir la réalité. Résultat des courses il communique peu avec son épouse qu’il aime pourtant encore, à croire que c’est que dans un contexte criminel que leurs liens peuvent se resserrer.
Je profite de ce post pour m’offrir un petit aparté sur la frontière entre le polar et le thriller, les deux genres ayant une nette tendance à se mêler (voire s’emmêler) bien qu’un polar ne soit pas forcément un thriller et vice versa ; pour ma part j’ai tendance à considérer comme polar un bouquin qui se focalise sur l’enquête criminelle dans son contexte alors que le thriller est plus « extrême » et joue avec les nerfs du lecteur. Une frontière très théorique je le reconnais volontiers ; si vous avez mieux je suis preneur… En attendant concernant 658 je suis bien emmerdé pour le classer dans l’une ou l’autre des catégories, on va sel a jouer à la normande : 50/50.

Publicités
 
5 Commentaires

Publié par le 15 août 2012 dans Bouquins

 

5 réponses à “[BOUQUINS] John Verdon – 658

  1. zofia

    21 août 2012 at 18:24

    Je suis en train de le finir…

     
    • Lord Arsenik

      21 août 2012 at 19:47

      Dis moi ce que tu en as pensé quand tu l’auras fini 🙂

       
  2. Zofia

    1 septembre 2012 at 03:09

    C’était excellent ! je l’ai dévoré, il est dense, très bien construit. On se dit « mais c’est quoi cette histoire de lire dans les pensées des gens » ?! mais c’est en fait beaucoup mieux que ça !
    Pour la question du thriller et du polar, pour avoir du faire la différence dans mon mémoire, je peux te donner mon avis ^^ Thriller, vient de l’anglais to thrill qui veut dire frémir, avoir peur. Donc en gros, un thriller est un livre à tendance effrayante, sans pour autant qu’il y ait une histoire policière mais un policier peut-être un thriller. Le lecteur flippe mais veut continuer, savoir.
    Polar ou policier, c’est un roman (ou film) dans lequel il y a une enquête avec succession de faits, de preuves etc. mais pas forcément pas un policier, on parle de polar même si c’est un journaliste ou un civil qui mène une enquête. Voilà 🙂

     
    • Lord Arsenik

      1 septembre 2012 at 09:41

      Dès que je terminé le bouquin que j’ai sur le grill actuellement j’attaque son second roman…
      Pour la distinction entre le polar et le thriller c’est aussi ce sur quoi je me base, mais parfois la frontière est si fine que les deux genres se mélangent… Même si le triller ne joue pas obligatoirement dans le registre policier.

       

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :