RSS

Archives du 11 mars 2012

[BOUQUINS] Henning Mankell – Le Guerrier Solitaire

H. Mankell - Le Guerrier SolitaireMon stock « papier » se limitant au second volume de l’intégrale Wallander (à vrai dire je n’achète désormais en livre papier que le strict minimum et les « coups de foudre »… il ne me manque que la liseuse mais c’est au programme des prochains mois) j’ai donc poursuivi mon périple suédois avec Henning Mankell et Le Guerrier Solitaire, cinquième enquête du Commissaire Kurt Wallander.
Tandis que Wallander chercher à comprendre le suicide d’une jeune femme qui s’est immolée par le feu devant lui, un nouveau crime vient secouer le paisible été suédois, un ancien ministre a été tué d’un coup de hache dans le dos avant d’être scalpé. D’autres victimes suivront, toutes tuées à la hache et scalpées. Wallander et son équipe doivent trouver le lien entre les victimes s’ils veulent stopper le tueur en série…
Que dire que je n’aie déjà dit lors de mes précédentes chroniques sur la série Wallander ? On retrouve un mélange d’enquête policière et de critique de la société suédoise. En l’occurrence l’aspect purement policier est plutôt intéressant ici avec une réelle course contre la montre qui menace directement (à l’insu de son plein gré comme dirait l’autre) Wallander.
Pour ce qui est de l’évolution de la société suédoise et le regard désabusé, voire aigri, de Wallander je suis bien incapable de prendre position. Pour moi quand je pense Suède, je pense Ikea, blondes plantureuses, et froid… Certes un peu réducteur comme vision des choses mais c’est pourtant tout ce qui me vient à l’esprit. Plus sérieusement c’est vrai que j’ai un peu de mal à associer ces pays nordiques avec la grande criminalité (même si le carnage du tireur-fou d’Utoya en Norvège l’an dernier me donne tort sur ce point).
Je vais m’offrir un petit break avant d’attaquer l’enquête suivante, j’avoue que le style de Mankell est parfois un peu lourd (sans parler du poids du bouquin) ; et comme le hasard fait bien les choses j’ai justement un autre bouquin qui me fait de l’oeil sur mon bureau…

 
Poster un commentaire

Publié par le 11 mars 2012 dans Bouquins

 

[DVD] Rango

RangoPour notre séance DVD de samedi nous avons joué la carte 100% divertissement avec Rango de Gore Verbinski, qui signe ici son premier film d’animation.
Un caméléon n’ayant jamais quitté son terrarium se retrouve, par accident, perdu en plein désert de Mojave. Son errance le guide jusqu’à la petite ville de Poussière, dont les habitants souffrent, plus que jamais, d’une terrible sécheresse et pourraient voir en cet étranger, leur sauveur… Sauf que notre Rango est tout sauf un héros, à moins que…
D’entrée de jeu je peux vous assurer que pour un coup d’essai le réalisateur réussit un véritable coup de maître. Tout dans ce film est réussi, qu’il s’agisse de l’intrigue (relativement classique), des personnages tous traités avec soin et profondeur (certainement le point fort du film), de l’animation véritablement bluffante (que l’on doit quand même à ILM, la société de George Lucas) et, cerise sur le gâteau, des nombreux clins d’œil cinématographiques qui jalonnent le film. Un succès critique et public récompensé par l’Oscar du meilleur film d’animation lors de la dernière grand-messe du cinéma ; pas mal pour un coup d’essai (d’autres trophées ont récompensé le film, je ne cite que le plus prestigieux pour faire court) !
Si le film lorgne plutôt du côté du western, et plus précisément du western spaghetti cher à Sergio Leone, ses nombreux clins d’oeil au cinéma ratissent large, d’Apocalypse Now à Star Wars en passant, bien évidemment, par la Trilogie du Dollar (de Sergio Leone, avec Clint Eastwood dans le rôle principal). Qui plus est l’animation permet de se jouer librement des règles du genre…
Pour l’anecdote ce n’est pas la première collaboration entre Gore Verbinski et Johnny Depp (qui double Rango dans la version originale), puisque le réalisateur a déjà dirigé l’acteur sur les trois premiers volets de Pirates des Caraibes (et qu’ils travaillent actuellement ensemble sur The Lone Ranger). A noter aussi que Gore Verbinski s’offre les services de Hans Zimmer (l’un des plus célèbres compositeurs de musique de film du moment) pour la musique de son bébé. Bref on ne peut pas lui reprocher de ne pas y avoir mis les moyens…
Bref un film que je ne peux que vivement vous conseiller, son humour ne devrait laisser personne indifférent, petits et grands découvriront avec plaisir Poussière et ses habitants.

 
Poster un commentaire

Publié par le 11 mars 2012 dans DVD / BRD