RSS

Archives du 6 décembre 2011

[BOUQUINS] Camilla Läckberg – Cyanure

Camilla Läckberg - CyanureNouvelle escapade littéraire nordique (suédoise pour être précis) avec le court roman (128 pages) Cyanure de Camilla Läckberg.
Martin Molle accompagne sa petite amie sur l’île de Valö à l’occasion d’un week-end en famille. Au cours de la première soirée le grand-père, richissime et autoritaire maître de cérémonie, meurt après avoir annoncé à toute sa petite famille qu’il les déshéritait, tous ! Molle, jeune inspecteur de police, se rend rapidement compte que le vieil homme a été empoisonné au cyanure. Dehors la tempête fait rage et empêche de rejoindre ou même de contacter le continent, Molle prend donc les choses en main afin de débusquer l’assassin. Au cours de son enquête il va faire remonter à la surfaces les nombreux secrets et vices d’une famille d’hypocrites intéressés uniquement par le fric du défunt…
C’est le premier roman de Camilla Läckberg que je lis et j’avoue avoir été plutôt séduit par son style. Certes le roman n’est pas d’une grande originalité (j’aurai même tendance à dire que c’est une intrigue classique du polar depuis Sir Arthur Conan Doyle et Agatha Christie) mais cette enquête à huis clos est rondement menée par l’auteur qui parvient à nous tenir en haleine tout au long de son récit jusqu’à son surprenant final. Le cadre familial est prétexte à de sérieuses empoignades au fur et à mesure que les secrets de chacun refont surface, chaque « petit » secret ainsi révélé pouvant constituer un mobile pour un meurtre…
Le personnage de Martin Molle est attachant dans le sens ou c’est un jeune flic qui a bien du mal à se dépatouiller au milieu de ce sac de noeuds ; on doute même parfois de sa capacité à résoudre cette énigme. Dommage que les autres personnages ne soient pas plus travaillés, à défaut de les rendre attachants ça les aurait sans doute un peu plus humanisés…
Un polar qui ne restera certainement pas dans les annales du genre mais tout n’est pas non plus à jeter, un peu plus de profondeur (aussi bien dans les personnages que dans l’intrigue) aurait été un plus non négligeable mais au final ça se lit vite et bien…
A noter que le roman est paru en Suède en 2006, l’éditeur, Actes Sud, surfe sur le succès de l’auteur et de ses personnages fétiches, Erica Falck et Patrik Hedström, pour ajouter ce titre à son catalogue et appâter le client (c’est de bonne guerre et le bouquin est plutôt agréable à lire donc on leur pardonne ce stratagème purement commercial)…

 
2 Commentaires

Publié par le 6 décembre 2011 dans Bouquins