RSS

Archives du 21 novembre 2011

[TV News] Borgia – Saison 1

Borgia - Saison 1Ce week-end nous avons eu le droit aux deux derniers épisodes de la première saison de la série Borgia, version Canal+ avec Tom Fontana aux commandes (je précise car une autre série, encore inédite en France, The Borgias, reprend le même thème central).
L’histoire débute en 1492 alors que l’Italie est divisée par des luttes intestines et que le pape Innocent VIII est à l’agonie. Parmi les successeurs potentiels, Rodrigo Borgia (John Doman) est prêt à tout pour accéder à la tête de l’église catholique. Il peut compter sur le soutien de ses fils, Cesare (Mark Ryder) et Juan (Stanley Weber) et sur celui de sa fille, Lucrezia (Isolda Dychauk)…
Comme en matière de littérature j’avoue que les séries plus ou moins historiques ne sont pas vraiment ma tasse de thé, mais bon je me suis laissé séduire par le nom de Borgia, même sans être un féru d’histoire on sait que ce nom n’est pas vraiment synonyme de charité chrétienne…
Et le moins que l’on puisse dire c’est que l’on n’est pas déçu, ne serait-ce que pour être élu pape Rodrigo Borgia multiplie les pots de vins, corruptions diverses et variées et autres magouilles. Pas vraiment de quoi redorer l’image que je me fais de l’Eglise ! Et ce n’est que le début des hauts faits de la famille Borgia… On comprend mieux pourquoi Alexandre VI (Rodrigo Borgia) est considéré comme le pape le plus controversé de l’histoire du Vatican (soit dit en passant les autres cardinaux que l’on croise dans la série ne valent guère mieux que lui). Mais rassurez-vous, les chats ne font pas des chiens, les deux fils, Juan et Cesare, sont loin d’être des enfants de choeur ; en fait seule Lucrezia semble épargnée par les vices familiaux…
Au final c’est presque contre toute attente que je me suis attaché à cette série et j’attends avec une certaine hâte la seconde saison (on quitte les Borgia en fin de saison à la limite du point de rupture). Difficile de comparer avec l’autre série, The Borgias, réalisée par Neil Jordan et avec Jeremy Irons dans le rôle de Rodrigo Borgia, Canal+ a en effet acheté les droits de la série afin qu’elle ne puisse pas rivaliser avec « son » bébé ; elle sera donc diffusée « ultérieurement » sur le bouquet satellite.

 
Poster un commentaire

Publié par le 21 novembre 2011 dans TV News

 

[BOUQUINS] Jérôme Camut & Nathalie Hug – Rémanence

J. Camut & N. Hug - RémanenceMalgré une pointe de déception après la lecture de 3 Fois Plus Loin je décide de laisser une nouvelle chance au couple Jérôme Camut et Nathalie Hug, il faut dire que Rémanence peut être considéré comme l’ultime chapitre des Voies De L’Ombre même si le personnage de Kurtz n’intervient quasiment pas dans l’intrigue qui se déroule 15 ans après la fin de la trilogie.
Clara, devenue adulte et désormais appelée Claire, est toujours hantée par le souvenir du cauchemar Kurtz mais elle est bien déterminée à aller de l’avant pour oublier son passé douloureux. Le jour de son mariage Louis (qui se fait désormais appeler Milan), son compagnon d’infortune et amour de jeunesse vient lui rendre visite après 15 ans de silence et d’absence. Comme si cela ne suffisait pas à ébranler le semblant de normalité retrouvée, son père, Andréas Darblay est libéré de prison quelques jours plus tard… Alors que son équilibre est plus que jamais menacé Claire doit choisir la voie qu’elle veut suivre, doit-elle écouter son coeur et suivre Milan vers un avenir incertain, ou plutôt écouter sa raison et vivre cette vie de couple bien rangée qui ne lui correspond pas ?
Encore une fois j’ai un sentiment mitigé après la lecture du bouquin, l’histoire est sympa, plutôt bien menée mais la quatrième de couv’ nous induit en erreur ; en effet on est bien loin d’un thriller haletant avec un serial killer sadique façon Kurtz. Toutefois je n’en dirai pas plus afin de ne pas dévoiler les bases de l’intrigue. D’autre part je trouve dommage l’ouverture du bouquin sur quelques pages qui nous révèlent que Clara sera retenue par son père à l’issue des événements décrits dans le roman.
Même si le personnage de Kurtz ne fait qu’une brève apparition on sent sa présence et son influence sur les personnages, qu’il s’agisse du père de Clara, victime puis complice qui continue de vouer au tueur une fascination morbide, ou des enfants, devenus adultes, dont la captivité puis la fuite aura marqué leur destinée, chacun à sa façon. D’une manière générale la principale force du bouquin reste ses personnages et notamment ceux de Clara/Claire et Louis/Milan aussi bien dans leur individualité que dans leur complémentarité (malgré leurs différences).

 
2 Commentaires

Publié par le 21 novembre 2011 dans Bouquins