RSS

Archives du 8 novembre 2011

Retour en arrière sur l’après Coupe du Monde de Rugby

Loin de moi l’idée de vouloir apporter mon grain de sel aux polémiques inutiles et puériles d’un côté comme de l’autre, ma position n’a pas bougé d’un iota depuis la finale : oui la France a joué un beau match contre les All Blacks (pas au mieux de leur forme), oui les Bleus auraient mérités la victoire mais en aucun cas le XV tricolore ne méritait la Coupe du Monde, sur ce dernier point c’est bel et bien la meilleure équipe de la compétition qui a remporté le précieux trophée. le but de ce billet n’est pas de radoter mais plutôt de revenir sur deux points, les changements survenus au classement IRB et les IRB Awards.
Au niveau du classement IRB le top 5 à l’issu du tournoi se présente tel quel (entre parenthèses la position avant la compétition) :
– Nouvelle-Zélande (1)
– Australie (3)
– France (5)
– Afrique du Sud (2)
– Angleterre (4)
Sans surprise la Nouvelle-Zélande conserve la tête du classement, la plus belle progression du top 5 revient à la France qui gagne 2 places et le grand perdant est l’Afrique du Sud qui perd deux places. Mais en dehors du top 5 la plus belle progression revient aux Iles Tonga qui passent de la quinzième à la neuvième position (c’est la première fois de leur histoire qu’ils figurent dans le top 10 ; merci qui ? Bon allez soyons sympa on va pas remuer couteau dans la plaie… N’empêche que sans notre pitoyable défaite en match de poule…
Passons maintenant aux IRB Awards 2011 dont les résultats ont été proclamés quelques jours après la finale de la Coupe du Monde. Il ne vous aura sans doute pas échappé que le titre de meilleur joueur de l’année est revenu à Thierry Dusautoir le capitaine du XV tricolore (il était en lice avec trois joueurs néo-zélandais et deux australiens). Sans surprise le titre de la meilleure équipe 2011 aura été attribué à la Nouvelle-Zélande et celui de meilleur sélectionneur récompensera Graham Henry le coach des Blacks qui se retire après 8 ans de bons et loyaux services et un palmarès à faire baver plus d’un sélectionneur (5 victoires en Tri Nations, 1 Coupe du Monde, 88 victoires sur 103 matches disputés).
Voilà c’était pour moi l’occasion de rendre un vibrant hommage personnel à ce sport que j’adore (je ne dirai pas depuis toujours mais pas loin)… Par contre j’avoue ne pas suivre assidûment le Top 14 (l’équivalent ovale de la Ligue 1 des footeux), je me contente de me tenir informés des résultats.

 
Poster un commentaire

Publié par le 8 novembre 2011 dans Trucs en vrac

 

[BOUQUINS] Jean Teulé – Le Magasin Des Suicides

Le Magasin Des SuicidesAyant beaucoup aimé Mangez-Le Si Vous Voulez mais n’étant pas particulièrement attiré par les romans historiques je voulais tout de même prolonger ma découverte de l’univers de Jean Teulé ; j’ai donc opté pour Le Magasin Des Suicides.
La famille Tuvache tient la boutique Le Magasin des Suicides qui, comme son nom l’indique, propose toute une gamme de produits pour aider leurs clients à en finir avec la vie. Le couple a trois enfants, Vincent, abonné à la dépression mais très créatif (dans le morbide), Marylin une adolescente mal dans sa peau et Alan, le cadet, dont la joie de vivre désespère ses parents. Et si cette joie de vivre était contagieuse ? Et si l’enfant parvenait à la transmettre à la clientèle ou pire, à la famille ?
L’idée de départ a tout de suite attiré mon attention, et vu l’épaisseur du bouquin (157 pages) c’est un choix idéal pour une lecture vite expédiée à temps perdu. Un concept original pour traiter avec humour de la mort, voilà de quoi se dérider les zygomatiques me suis-je dit en attaquant ma lecture. Effectivement le ton est plutôt frais et décalé (dommage que l’auteur ait affublé le jeune Alan d’un zozotage qui n’apporte rien de plus à son intrigue), le style est minimaliste mais sans lourdeur du coup le bouquin se lit d’une traite. Toutefois ne vous attendez pas à rire aux éclats, vous sourirez sans doute de temps en temps mais à vrai dire on cherche surtout à comprendre où tout ça nous mènera… Et au final, à la toute dernière phrase, on est sur le cul sans vraiment comprendre le pourquoi du comment de cette fin, quelque part ça nous laisse un arrière goût d’inachevé. Bref un court roman sans prétention agréable à lire mais rien de franchement transcendant non plus… Pour être tout à fait franc cette lecture restera une petite déception, sympa mais je m’attendais à mieux, sans doute un peu plus d’humour noir et un ton plus incisif.
A noter qu’une adaptation sous forme de film d’animation est annoncée pour 2012, et c’est Patrice Leconte qui est aux commandes (plus d’infos sur Allociné). Ne vous attendez pas à de la 3D révolutionnaire mais plutôt à un dessin animé traditionnel (ce qui n’est pas forcément un mal). Pour vous faire patienter (à défaut de saliver) voilà à quoi ressemblera la famille Tuvache sur grand écran :

La Famille Tuvache

 
3 Commentaires

Publié par le 8 novembre 2011 dans Bouquins

 

[MUSIC] Lou Reed & Metallica – Lulu (2011)

LuluPause culturelle ON – Difficile d’imaginer une collaboration entre Lou Reed, anciennement chanteur/leader du Velvet Underground (groupe rock psychédélique/alternatif) avant de partir sur une carrière en solo plus rock sans toutefois jamais vraiment percer de le box office, et Metallica, les vieux de la vieille du métal à la carrière en dent de scie ; certains n’ont pas hésité à parler d’alliance contre-nature à l’annonce du projet Lulu. Pari d’autant plus osé que l’album se veut une adaptation musicale modernisée d’un opéra inachevé d’Alban Berg, lui même inspiré de deux textes du XIXème siècle du dramaturge allemand Frank Wedekind. Si l’initiative du projet revient à Lou Reed celui-ci se borne à assurer le côté vocal (narré, psalmodié mais rarement chanté) tandis que Metallica prend en charge la partie musicale du projet (les différents titres de l’album sont co-composés par les deux artistes). – Pause culturelle OFF
Concrètement je n’ai eu l’idée de me pencher sur cet album que par une curiosité motivée par la déferlante de critiques négatives qui semble coller à la peau du projet depuis son annonce jusqu’à la sortie de l’album (les réactions les plus incisives provenant des fans de Metallica). Me considérant moi-même comme un fan de Metallica (ce qui ne m’empêche nullement de reconnaître qu’ils ont aussi pondu de grosses daubes durant leur carrière musicale) j’ai donc décidé de me forger ma propre opinion en testant la chose.
Alors pour commencer à quel genre s’attendre : rock progressif ou métal ? A ce stade je pense qu’on peut parler de rock expérimental, à moins de se borner à dire que c’est indéfinissable mais ça fait un peu simpliste. On a clairement connu des compos de Metallica plus inspirées (et plus rock) mais au final ce qui me dérange le plus dans l’histoire c’est Lou Reed, il parle, crie, marmonne, psalmodie ses textes ; ça ne colle pas à la musique et du coup on ne peut s’empêcher de se demander dans quel merdier s’est encore fourré Metallica (pourtant encore auréolé de la gloire de leur dernier album, Death Magnetic). D’autre part les morceaux sont longs (entre 4 minutes 30 et presque 20 minutes, les 10 titres tiennent sur 2 CD), à moins de se pencher sur les textes (ce que je n’ai pas fait… et ne ferai pas) le tout semble répétitif.
Je vous livre là une réaction à chaud après une première écoute, je vais me repasser l’album (pas tout de suite !!!) afin de voir s’il y a moyen de temporiser mais c’est bien souvent la première impression qui demeure. Si besoin je ferai un – Edit – en fin de post mais franchement je doute de sortir enthousiaste d’une seconde, voire d’une troisième écoute…

Pour vous faire une idée de la chose je vous propose une vidéo du premier single extrait de l’album, The View.

 
2 Commentaires

Publié par le 8 novembre 2011 dans CD Albums