RSS

Archives du 7 novembre 2011

[BOUQUINS] Franck Thilliez – Vertige

VertigeParmi les auteurs français que je m’étais promis de découvrir figure Franck Thilliez, un spécialiste du thriller façon Maxime Chattam ou Jean-Christophe Grangé (il y a pire comme comparaison) ; j’ai donc profité de la sortie de son dernier roman, Vertige, pour pallier cette lacune littéraire (sans quoi on va encore m’accuser de snober les auteurs français de thriller)…
Jonathan Touvier se réveille enchaîné au poignet au fond d’un gouffre, avec lui, Pok son chien et deux compagnons d’infortune, Farid, enchaîné par une cheville et Michel, dont le visage a été couvert d’un masque de fer qui déclenchera une explosion s’il s’éloigne de plus de 50 mètres de ses codétenus. Les trois hommes ne se connaissent pas et n’ont aucune idée de qui a bien pu les réunir dans cette macabre mise en scène ni ce que leur tortionnaire attend d’eux sinon, comme annoncé dans une lettre qu’il leur laissé, qu’ils meurent un à un. Pourquoi sont-ils réunis dans ce piège mortel ? Quel est le lien entre ces trois personnes qui semblent ne pas se connaître ? Comment échapper à ce cauchemar ?
Difficile de ne pas penser à Saw (premier du nom) avec une telle intrigue de base et c’est vrai que l’on retrouve les ingrédients qui ont fait la force du film, un plan aussi machiavélique qu’implacable, des humains capable de tout (et surtout du pire) dans des situations extrêmes. Je dirai que c’est même encore plus flippant sous la plume de Franck Thilliez qui, à l’image du réalisateur James Wan, n’épargne rien à ses personnages en faisant monter la tension avec un brio qui fait plaisir à lire (même si parfois ça peut paraître dérangeant). L’auteur réussit à nous faire vivre un huis clos redoutablement efficace, par moment on se sent pris aux tripes et on ne peut s’empêcher de se poser la question qui dérange : et moi que ferai-je dans une telle situation ? A vrai dire je préfère ne pas y penser… J’ignore jusqu’où on peut aller pour survivre mais nul doute que acculé dans nos derniers retranchements on réveillera notre « côté obscur ».
Un excellent thriller riche en rebondissements que l’on lit parfois avec le sentiment d’étouffer tant on s’immerge dans l’intrigue et ce gouffre qui retient les trois hommes prisonniers indifférent à la situation qui dégénère peu à peu jusqu’au point de non retour. Une chose est certaine ça m’a donné envie de me lancer dans les précédents romans de Franck Thilliez, j’ai d’ores et déjà décidé de m’attaquer à son diptyque consacré à la violence, composé du Syndrome [E] et de Gataca. A terme (plus ou moins long) il faudra aussi que je me plonge dans les thrillers de Maxime Chattam (pour le moment je n’ai lu de lui que la première trilogie du cycle Autre-Monde, j’avoue que je ne sais pas très bien par quel thriller commencer), je pense que je tiendrai là le trio gagnant du thriller français (Grangé – Chattam – Thilliez).

 
6 Commentaires

Publié par le 7 novembre 2011 dans Bouquins

 

[DVD] A Bout Portant

A Bout PortantA peine le temps de souffler et on enchaîne sur un deuxième film, changement radical de genre avec A Bout Portant, thriller 100% adrénaline signé Fred Cavayé.
Tout semble aller pour le mieux dans la vie de Samuel (Gilles Lellouche), sa femme Nadia (Elena Anaya) est enceinte et il semble bien parti pour passer d’aide soignant à infirmier. Les choses vont brutalement s’accélérer pour lui quand Hugo (Roschdy Zem), un truand, est transporté dans son service suite à un accident. Le soir même le couple est agressé à son domicile, Nadia est enlevée, et si Samuel veut la revoir il doit aider Hugo à quitter l’hôpital. Sauf que le truand est déjà sous surveillance policière…
Le film démarre sur les chapeaux roues et le rythme ne faiblit pas en intensité jusqu’au générique de fin, les rebondissements s’enchaînent au fur et à mesure que l’intrigue se complique (complications que je tairai afin de laisser la surprise intacte). On quitte le film presque aussi essoufflé que ce pauvre aide-soignant entraîné malgré lui dans une affaire qui ne lui laissera aucun répit… Le réalisateur maîtrise parfaitement son intrigue et nous offre une belle brochette de personnages (avec des acteurs dans des rôles où on ne les attend pas forcément mention spéciale à Gérard Lanvin en flic ripoux et bien entendu à Gilles Lellouche qui signe une prestation époustouflante), quant à nous on retient notre souffle en s’agrippant au fauteuil !
Fred Cavayé m’avait déjà séduit avec son premier film, Pour Elle, un mix entre le thriller et le drame subtilement dosé, mais avec ce second long métrage il passe clairement à la vitesse supérieure en nous offrant un spectacle digne des plus grands réalisateurs hollywoodiens. A ce titre je suis curieux de savoir comment Hollywood réagira à ce film, séduits par le scénario de Pour Elle nos amis américains ont réalisé un remake du film, Les Trois Prochains Jours (de Paul Haggis avec Russel Crowe dans le rôle principal). A quand une version ketchup de A Bout Portant ? En attendant Fred Cavayé réussit à s’imposer en seulement deux films et deux ans comme un réalisateur redoutablement efficace, à suivre de près donc…

 
2 Commentaires

Publié par le 7 novembre 2011 dans DVD / BRD

 

[DVD] Moi, Moche Et Méchant

Moi, Moche et MéchantPour les prochains posts classés dans la rubrique DVD je vais tricher un peu, en fait je vais vous parler des films vus sur CanalSat que j’aurai été tenté d’acheter ; depuis que mon lecteur déconne je n’ai plus acheté un seul film, je suis l’actu des sorties mais je préfère dépenser mon budget loisir dans les bouquins… Première tricherie donc avec le film d’animation Moi, Moche Et Méchant, signé par le duo franco-américain Pierre Coffin et Chris Renaud (qui a déjà travaillé sur l’Age De Glace 2 et 3) pour le compte des Studios Universal.
Gru (doublé en VO par Steve Carell et en VF par Gad Elmaleh) se plait à penser qu’il est le méchant le plus méchant de tous les temps mais force est de constater que la jeune génération tend à lui voler la vedette, notamment un certain Vector. Mais Gru ne renonce pas et projette de réussir son coup d’éclat en volant la lune ! Sauf qu’il n’a pas les moyens de financer son ambitieux projet et que la Banque du Mal ne lui accordera sa confiance que s’il se procure une arme secrète nécessaire à sa réussite… Arme que Vector lui subtilise de manière déloyale ! Pour la récupérer Gru va devoir utiliser trois fillettes orphelines qui vendent des cookies dont Vector raffole… Aussitôt dit, aussitôt fait, il adopte les fillettes et va devoir s’improviser père de famille tout en poursuivant ses funestes desseins…
Je ne saurai dire exactement pourquoi (film trop neuneu en apparence peut être) mais le film ne me motivait pas plus que ça au départ, je me suis donc affalé sur le canapé plus par curiosité que par conviction, un bouquin à portée de main, « au cas où ». Mais finalement à aucun moment je n’aurai été tenté de prendre mon bouquin, dès le départ j’ai accroché au film et ce jusqu’au générique de fin. L’animation est digne des plus grands (Pixar et Dreamworks), le film est bourré d’humour (mention spéciale à l’armée délirante de Gru) et d’émotions. J’ai passé un agréable moment de cinéma, idéal pour bien commencer la journée (diffusé à 7h30 dimanche matin). Un excellent divertissement familial que les petits et les grands devraient apprécier, chacun à sa manière…
Par contre je ne vois pas vraiment l’intérêt de se pencher sur une suite (prévue pour 2013), l’histoire se termine en effet sans qu’il soit besoin de plus ; je crains que ce genre de démarche ne soit motivée que par les préoccupations financières des studios hollywoodiens et ne n’apporte rien à l’histoire. Ceci dit je peux me tromper, on n’est pas à l’abri d’une agréable surprise (hmouais n’empêche que j’en doute)…

 
Poster un commentaire

Publié par le 7 novembre 2011 dans DVD / BRD