RSS

Archives du 3 novembre 2011

[TV News] Being Human

Being HumanEn attendant de pouvoir mater les derniers épisodes de la saison 2 de Vampire Diaries nous avons bifurqué vers une autres série fantastique découverte via TVO et le canal TOU.TV (une TV en ligne québécoise), la chose s’appelle Being Human (qui devient Vampires & Cie au Québec) et est signée Toby Whithouse.
Deux amis, Mitchell (Aidan Turner) et George (Russell Tovey) aménagent dans un nouvel appart bien déterminés à vivre comme tout le monde malgré leur condition, et oui ils sont respectivement un vampire et un loup-garou… Comme si les choses n’étaient pas assez compliquées pour eux il faut que leur appart soit habité par Annie (Lenora Crishlow), le fantôme de l’ancienne occupante des lieux, décédée dans des circonstances pas très claires…
Pour info c’est la version britannique de la série que j’ai téléchargé, comme souvent face à un produit potentiellement rentable les américains ont pondu une version US (diffusée actuellement sur Syfy mais comme je pensais que c’était la même série je n’ai pas cherché à la voir). Pas d’effets spéciaux époustouflants, un jeu d’acteur un peu quelconque et une intrigue bateau (après trois épisodes vus) mais malgré tout la série reste plutôt agréable à suivre. Les deux supposés « monstres » cherchent avant tout à lutter contre l’instinct de leur condition surnaturelle, Mitchell s’est affranchi du sang humain et George s’enferme et s’isole pour ne blesser personne les soirs de pleine lune, tous les deux évitent de tisser des relations trop étroites avec les femmes de peur que la situation n’échappe à leur contrôle ; quant à Annie elle doit essayer de comprendre pourquoi la mort ne veut pas de son âme. Et nous on suit les tribulations de ce trio improbable tandis que les vampires semblent prêt à entrer en guerre contre les humains…
Rien de franchement transcendant mais la série est divertissante, je crains toutefois que la fin n’arrive sans que les choses ne se soient vraiment décantées (il n’y a que 6 épisodes), cette première saison semble d’avantage destinée à planter le décor plutôt qu’à nous tenir en haleine au fil des épisodes… Dommage que TOU.TV n’ait diffusé que la première saison (la quatrième est actuellement en cours), va falloir que je suive la chose pour ne pas passer à côté de la suite (pas simple d’autant que nos amis québécois ont changé le titre de la série à partir de la saison 2 pour la baptiser La Confrérie De L’étrange).

 
4 Commentaires

Publié par le 3 novembre 2011 dans TV News

 

[BOUQUINS] Jo Nesbo – Rue Sans-Souci

Jo Nesbo - Rue Sans-SouciJ’ai mis à profit ce long weekend offline pour me plonger dans le quatrième opus des enquêtes de l’inspecteur Harry Hole cher à Jo Nesbo, la chose s’appelle Rue Sans-Souci.
Harry Hole enquête sur un braquage au cours duquel une employée de banque semble avoir été abattue froidement sans le moindre mobile. Les choses se compliquent pour Harry quand, quelques jours plus tard, la femme avec  qui il a passé la nuit la veille est retrouvée morte, apparemment elle se serait suicidée, mais Hole ne croit pas à cette version des faits. Le hic c’est qu’il ne se souvient de rien sinon d’une monumentale gueule de bois le lendemain…
C’est avec un réel plaisir que je me suis replongé dans l’univers tourmenté de Harry Hole, quelque part c’est un peu comme si je retrouvais un pote après une longue période d’absence, d’autant que cette enquête est captivante et toujours aussi riche en surprises et rebondissements avec deux intrigues bien tarabiscotées.
Au cas où j’en doutais encore il est clair que j’accroche bien plus au duo Nesbo/Hole qu’à Mankell/Wallander. J’ai dévoré le bouquin en deux jours et je compte bien me plonger dans le suivant sur la lancée en espérant que l’affaire sous-jacente depuis Rouge-Gorge (le meurtre de la collègue de Hole) trouve sa conclusion. De même ça fait plaisir de constater que la présence de Rakel et Oleg dans la vie de Harry Hole le rend plus humain, plus altruiste et l’éloigne de ses vieux démons (bin oui j’vous l’ai dit à force Hole c’est un peu comme un pote, un pote qu’on verrait s’enfoncer sans pouvoir lui tendre la main). Pour tout vous dire c’est, à mon goût, la plus aboutie des enquêtes de Harry Hole que j’ai lu à ce jour, espérons que les suivantes soient du même acabit…
Vous aurez sans doute constaté que plus ça va et plus le blog s’oriente vers des chroniques axées sur les bouquins que je lis ou les films (et séries) que je mate ; c’est pas vraiment une nouvelle ligne éditoriale, ça c’est fait comme ça, tout simplement. De temps en temps je vous livrerai mes états d’âme à chaud quand je tomberai sur un truc qui me fait réagir, sinon je veux pas faire de ce blog un substitut de Facebook dans lequel j’étale mon quotidien trépidant…

 
Poster un commentaire

Publié par le 3 novembre 2011 dans Bouquins

 

[BOUQUINS] Paul W. Young – Le Shack

Paul W Young - Le ShackChangement total de registre avec un roman téléchargé par curiosité, la chose s’appelle Le Shack de Paul W. Young et semble être un véritable phénomène littéraire Outre-Atlantique qui, peu à peu, dépasse les frontières du continent américain.
« Mackenzie,
Il y a longtemps qu’on ne s’est vus… Tu me manques.
Je serai au shack le week-end prochain si tu as envie de venir m’y retrouver.
— Papa
 »
Tel est le mystérieux message que reçoit Mack trois ans et demi après le meurtre brutal et toujours non élucidé de sa fille cadette. Le shack en question est le lieu supposé du crime (le corps de la fillette n’ayant jamais été retrouvé), une cabane isolée au coeur de la forêt. Qui est ce mystérieux « Papa » ? Certainement pas son père décédé depuis longtemps sans avoir jamais su être un père pour lui. Pourrait-il s’agir de Dieu, que la femme de Mack appelle affectueusement Papa ? Ou d’une mauvaise plaisanterie, voire pire ? Pour en avoir le coeur net Mack décide de se rendre à cet étrange rendez-vous…
Comme je vous l’ai dit en introduction j’ai été intrigué par ce raz-de-marée littéraire (plus de 4 millions d’exemplaires vendus aux USA) mais d’un autre côté, étant viscéralement athée, je craignais de tomber sur ramassis de bondieuseries écrites par une grenouille de bénitier, ou encore d’un de ces trucs new-age qui vous promet monts et merveilles après leur lecture ; c’est donc avec une certaine appréhension que je me suis lancé dans ce bouquin, la curiosité ayant finalement pris le pas sur mes aprioris négatifs.
Et franchement je ne regrette pas de m’y être essayé car au final ce sont surtout les culs-bénits qui ont dû avoir les oreilles qui sifflent en lisant ce bouquin, le message est bien loin de celui transmis par l’église (et donc les hommes) ; au contraire c’est plutôt un encouragement à avoir la foi en s’affranchissant des préceptes humains (l’homme de Dieu est loin d’être un saint quand on compte le nombre de morts dont ils sont responsables, sans parler des récentes affaires de pédophilie… en fait ce sont plus des fils de pute que des fils de Dieu), une foi pure, venue de l’intérieur. Ca donnerait presque envie de se convertir sauf qu’il n’y a pas de conversion possible puisque cette foi abolit la notion de religion.
Au final ce roman reste une véritable expérience de lecture qui ne devrait laisser personne indifférent, contre toute attente j’ai beaucoup aimé et ça m’a fait pas mal cogiter (pas au point de remettre en question mon athéisme). Pour info Le Shack est le titre québécois du roman, en français il a été publié sous le titre La Cabane (il eut été plus juste de le nommer Le Refuge mais bon c’est une autre histoire).
Pour finir ce post plus long que ce à quoi je m’attendais je voudrais juste faire un petit clin d’œil à la chanson Ce n’est pas à Dieu que j’en veux de Daniel Guichard ; l’idée est assez proche du bouquin, à titre d’exemple je vous cite le premier refrain :
Ce n’est pas à Dieu que j’en veux, mais à ceux qui m’en ont parlé
Ce n’est pas à Dieu que j’en veux, mais à ceux qui l’ont remplacé
Ce n’est pas à Dieu que j’en veux, mais à ceux qui m’en ont parlé
Je l’ai cherché dans leurs yeux, mais je ne l’ai pas trouvé.

 
4 Commentaires

Publié par le 3 novembre 2011 dans Bouquins

 

[BOUQUINS] Jérôme Camut & Nathalie Hug – 3 Fois Plus Loin

Camut & Hug - 3 Fois Plus LoinFinalement, à force de persévérance, je serai venu à bout de 3 Fois Plus Loin, thriller signé par Jérôme Camut et Nathalie Hug.
Au cours de leurs recherches d’essences rares pour l’industrie pharmaceutique Nina Scott et son équipe découvrent d’étranges ruines au coeur de la jungle vénézuélienne, mais une violente tempête les contraindra à rebrousser chemin avant d’avoir pu étudier le site. Malgré la mort d’un de ses compagnons et malgré son licenciement la jeune femme est bien décidée à percer le mystère de ces ruines. Quels secrets renferment-elles ? Qui semble prêt à tuer quiconque s’approchera du site ? Pourquoi Nina semble épargnée par ce ou ces gardiens des lieux ? Quel rapport entre ces ruines et l’expédition de quatre chercheurs français 50 ans plus tôt ?
Si l’intrigue, telle que présentée en quatrième de couverture, m’avait attiré force est de reconnaître que la lecture fut laborieuse, et pour cause l’histoire peine à démarrer et traîne des longueurs inutiles, heureusement passées les 150 premières pages les choses se décantent lentement mais surement, du coup on se surprend même à avoir envie de s’accrocher afin de découvrir le fin mot de l’histoire. En fait je crois que l’un des gros problème du bouquin tient dans son personnage principal qui, plus encore que l’intrigue, tarde à devenir attachant (à vrai dire il faut attendre la dernière partie du livre pour qu’elle réagisse autrement que comme une gourde névrosée et égoïste).
Au final je retire de ce roman un sentiment mitigé, un peu comme ce fut le cas avec Les Voies De L’Ombre (des mêmes auteurs), un gros potentiel insuffisamment exploité et malgré tout une impression globalement positive… C’est peut être la signature de ce couple d’auteur, je vous confirmerai la chose après la lecture de Rémanences (commandé il y a quelques jours, il ne devrait pas tarder à arriver).

 
3 Commentaires

Publié par le 3 novembre 2011 dans Bouquins