RSS

Archives du 12 septembre 2011

[BOUQUINS] Henning Mankell – La Lionne Blanche

La Lionne BlancheRetour dans le grand nord et plus précisément la Suède pour mon programme littéraire, j’ai en effet décidé d’achever le tome 1 de l’Intégrale Wallander avec La Lionne Blanche, troisième enquête de Kurt Wallander sous la plume d’Henning Mankell.
Tandis que Kurt Wallander et son équipe enquêtent sur la disparition d’une jeune femme agent immobilier les événements inhabituels se produisent sur les lieux présumés de la disparition. D’abord c’est une ferme qui explose sans raison apparente, sur place les enquêteurs découvrent les restes d’un matériel radio perfectionné et une arme de fabrication sud-africaine ; puis le doigt tranché d’un homme noir est trouvé sur les lieux du sinistre. Enfin le corps de la disparue est retrouvé, abattue d’une balle dans la tête. Wallander cherche le lien entre ces différents éléments mais il est encore loin de se douter qu’il va mettre le doigt sur un complot visant à faire échouer la réconciliation ethnique et la fin de l’apartheid en Afrique du Sud…
La grande originalité de ce « nouvel » opus tient surtout dans l’imbrication entre l’enquête en Suède et les événements en Afrique du Sud, de nouveau l’histoire et l’Histoire se donnent rendez-vous même si tout ça semble quelque peu dépasser Wallander. Une fois de plus d’ailleurs notre brave commissaire n’hésite pas à payer de sa personne et à s’écarter du cadre strictement professionnel pour mener à bien son enquête, il faut dire aussi que cette fois son adversaire le menace lui et les siens directement.
Pour le moment et bien que encore « novice wallanderien » c’est l’enquête la plus intéressante et surtout la plus rythmée que j’ai lu ; si l’aspect pédagogique sur l’Afrique du Sud peut paraître un peu « lourd » par moment il n’en est pas moins nécessaire pour comprendre toutes les implications du complot qui se prépare. On retrouve un clan Wallander soudé dans l’adversité alors que les relations n’ont pas toujours été au beau fixe entre Kurt et son père et entre Kurt et sa fille. Je ne pense pas casser l’effet de surprise en disant que l’on quitte un Kurt Wallander fortement éprouvé et au bout du rouleau ce qui ne fait que nous le rendre plus sympathique, comme tout le monde il a des failles et des faiblesses…
Je ne quitte pas la Suède pour ma prochaine escapade littéraire mais je vais laisser Kurt Wallander se reposer un peu avant de me lancer dans la suite de ses enquêtes (je compte bien m’offrir le tome 2 de l’Intégrale Wallander le mois prochain) ; en attendant changement total de registre avec Le Vieux Qui Ne Voulait Pas Fêter Son Anniversaire de Jonas Jonasson…

 
Poster un commentaire

Publié par le 12 septembre 2011 dans Bouquins