Les couleurs de la discorde… Encore et encore…

NONA l’occasion du neuvième comité des signataires de l’Accord de Nouméa, le premier ministre, François Fillon, est brièvement revenu sur l’initiative de Pierre Frogier de faire hisser le drapeau du FLNKS (ou drapeau indépendantiste mais en aucun cas drapeau kanak, n’en déplaise à certains) aux côtés du drapeau tricolore. Quelques mots qui ont suffit a raviver le débat sur le plan local…
Mais avant tout revenons rapidement sur les propos de Fillon. En gros et pour faire simple il a reconnu que c’était là un geste fort (ça n’engage que lui) issu d’un voeu (et non d’un vote) du Congrès et soutenu par l’Elysée et Matignon (avaient-ils vraiment le choix ?) mais que ce n’était qu’une solution « transitoire » en attendant qu’un drapeau commun tel que défini par l’Accord de Nouméa ne soit trouvé comme emblème du pays.
Pour paraphraser un film récent je vais maintenant vous proposer ma vision des choses, « sans arme, sans haine, ni violence ».


Le drapeau du FLNKS n’a pas vocation à devenir le drapeau calédonien.

François Fillon lui même reconnaît à demi-mots que le drapeau du FLNKS ne peut être considéré comme un signe identitaire du pays car non conforme à l’esprit des Accords de Nouméa.
En effet pour rappel (vu que certains ont les neurones un tantinet enfumés) les signes identitaires doivent obéir à trois impératifs :
– Etre le fruit d’une recherche commune
– Exprimer l’identité kanake
– Représenter un futur partagé par tous
Force est de constater que le drapeau du FLNKS ne répond à aucune de ces exigences.
– Le Petelo n’a consulté personne (pas même sa base) avant de lancer le pavé dans la mare, dans le genre « recherche commune » on peut faire mieux. Et le voeu du Congrès me direz-vous ? Rien à foutre vous répondrai-je ! Un voeu de remplacera jamais un vote, le fait est et restera que les élus ont été quasiment mis devant le fait accompli.
– Le drapeau du FLNKS n’est en aucun cas l’expression de l’identité kanake. C’est un drapeau purement politique et non un quelconque signe ethnique, le considérer comme un drapeau kanak c’est insulter les kanaks non indépendantistes qui ont bien souvent payé le prix fort de leurs convictions au moment des événements.
– Conséquence directe du point précédent le drapeau du FLNKS ne pourra jamais être un signe fédérateur, l’initiative foireuse de Frogier prouve qu’il ne peut que diviser les calédoniens. Ce n’est pas parce que le débat n’occupe plus les devants de la scène que nous acceptons ce drapeau comme emblème local. Ce n’était pas le cas hier, ce n’est toujours pas le cas aujourd’hui et ce ne sera jamais le cas !

Une solution transitoire ? J’ai des doutes…
En admettant qu’un jour (c’est pas demain la veille vu comme la question a l’air de laisser nos politiques indifférents) qu’un drapeau commun conforme à l’Accord de Nouméa soit trouvé qui prendra l’initiative de descendre les couleurs indépendantistes ? Dans son incommensurable naïveté (le terme exact serait « connerie » mais j’ai dit « sans haine » dans mon intro) le Petelo a donné au drapeau FLNKS une « illégitime légitimité » en le faisant hisser aux côtés du drapeau national. Les baisser aujourd’hui (ou demain) sera ressenti par le camps indépendantiste comme une provocation et très franchement (même si cela ne m’enchante guère) je vois mal qui se risquera à mettre le feu aux poudres…
Le Petelo ? Mouarf, mouarf, mouarf !!! Le gars ne rêve que d’un siège de sénateur pour pouvoir continuer à se gratter les couilles (ce qu’il fait le mieux) en regardant de loin (à moins qu’il n’ait la décence de tourner la tête ou qu’il ne soit endormi comme bon nombre de sénateurs) les conséquences de son incompétence notoire ! Faut pas rêver le mieux que l’on puisse faire c’est un pas de plus vers le statut de république bananière en se dotant de trois drapeaux (le BBR national, le drapeau indépendantiste et un drapeau « commun »)…

Pour conclure…
Mon point de vue peut paraître pessimiste ou défaitiste mais sur ce coup j’ai la prétention de simplement me vouloir réaliste. J’espère me tromper mais franchement j’en doute, jamais je n’accorderai au drapeau indépendantiste une quelconque reconnaissance mais je sais que je vais m’habituer à le voir flotter dans le ciel calédonien longtemps, très longtemps… Ca ne m’enchante pas, au contraire ça me révolte, mais l’heure n’est plus à la colère mais au dialogue, quitte à ce que la Calédonie soit condamnée à voir flotter dans son ciel un drapeau illégitime, comme une cicatrice pour nous rappeler que les politiques font trop souvent passer leur égo avant l’intérêt du pays qu’ils sont sensés défendre.
Je ne peux m’empêcher de penser que, dans de telles circonstances, le drapeau commun perd toute raison d’être, à quoi bon un signe fédérateur qui flotte aux côtés des couleurs de la discorde et de la division ? Malgré tout je reste convaincu que la recherche d’un drapeau commun devrait rester une priorité pour nos politiques (dans l’optique des signes identitaires cela s’entend, je suis parfaitement conscient qu’ils ont d’autres priorités à gérer au quotidien) ; ne serait-ce que pour redonner à la Calédonie un semblant de légitimité…
Quand je lis les raisonnements alambiqués de certains qui stigmatisent à l’extrême genre : « le pays c’est la Kanaky, le peuple c’est le peuple kanak donc le drapeau c’est le drapeau Kanaky » j’ai envie de leur foutre un magistral coup de pied au cul pour les renvoyer dans leurs 22000 ! Et encore ça c’est la version « sans arme, sans haine, ni violence »…