[DVD] Kick-Ass

Kick-AssChangement total de registre pour notre seconde séance DVD puisque nous opterons pour Kick-Ass, une comédie signée Matthew Vaughn.
Dave (Aaron Johnson), un ado mal dans sa peau trouve l’évasion dans les comics, jusqu’au jour où il décide de devenir lui même un super-héros… Certes il n’a aucun super-pouvoirs, pas plus de gadgets en tout genre, ni même un physique à faire fuir ses éventuels ennemis ; mais qu’importe, il se commande un costume sur internet, se choisit un nom et Kick-Ass se lance en guerre contre le crime et les injustices… Les débuts sont laborieux (et douloureux) mais peu à peu il finit par gagner une certaine notoriété. D’autant qu’il est bientôt rejoint par deux autres super-héros nettement plus équipés, entraînés et expéditifs : Hit Girl (Chloe Moretz) et Big Daddy (Nicolas Cage). Quand les fondations du crime organisé commencent à trembler Frank D’Amico (Mark Strong), le parrain de la mafia locale, décide de tout mettre en oeuvre pour se débarrasser de ces gêneurs…
J’ai longtemps hésité avant d’acheter ce film, c’est finalement son passage en promo qui m’aura décidé. A la base je craignais une parodie lourdingue sans grand intérêt mais je dois bien avouer que je faisais fausse route. D’une part j’ignorais qu’il était lui même adapté d’un comics (créé par Mark Millar et John Romita, qui ont bossé pour DC Comics et Marvel, excusez du peu). Mais surtout le film tient la route à tout point de vue, certes il faut le prendre avec une bonne dose de second degré (difficile de faire autrement à moins de souffrir d’un vide cérébral inquiétant). Les personnages, ayant chacun leurs motivations, sont convaincants (mention spéciale à Chloe Moretz). Les scènes d’action, parfois violentes, sont contrebalancées par un humour omniprésent avec de nombreux clins d’oeil empruntés aussi bien au cinéma qu’au jeu vidéo.
Bref une totale réussite dont je suis le premier surpris, et pas le seul vraisemblablement vu que le film a largement amorti son budget (30 millions $ pour pas loin de 100 millions $ de recettes). Un pari plus que réussi qui était pourtant loin d’être une évidence mais qui explique sans doute qu’une suite soit envisagée même si, pour ma part, je n’en vois pas de réelle utilité. Mais à Hollywood c’est la loi du dollar qui règne, pour le meilleur (parfois) et pour le pire (souvent).

[DVD] Au-Delà

Au-DelàSamedi nous nous sommes offert un après-midi DVD (sachant que le choix des films dépend pour beaucoup de l’humeur de mon lecteur). Coup de bol le premier essai sera le bon avec Au-Delà, le dernier film en date de Clint Eastwood.
Le film nous propose de suivre 3 individus ayant un rapport particulier avec la mort. Il y a d’abord George (Matt Damon) un médium américain renommé qui a renoncé à sa profession pour devenir ouvrier car il considère son don comme une malédiction qui l’empêche de vivre sa vie. Ensuite il y a Marie (Cécile De France), une française qui a miraculeusement survécu au tsunami qui a frappé les côtes indonésiennes et cherche depuis à en savoir plus sur ce qu’il y aurait après la mort. Enfin il y a Marcus, un jeune anglais, qui ne parvient pas à faire le deuil de son frère jumeau, décédé brutalement dans un accident…
C’est la seconde collaboration entre Clint Eastwood et Matt Damon (après l’excellent Invictus) mais le registre est totalement différent avec ce drame teinté de fantastique (et encore seuls les plus sceptiques parleront de fantastique) qui nous propose de lever le voile sur ce mystérieux au-delà, la fameuse vie après la vie chère au Dr Moody. Clint Eastwood s’est essayé à la réalisation dans à peu près tous les genres et bien souvent avec une réussite qui en ferait pâlir plus d’un, aussi j’avais hâte de voir comment il relèverait ce défi…
Et au final il ne relève pas du tout le défi attendu ! Il se contente d’énoncer des évidences (plus ou moins acceptées pour peu que l’on ait un minimum d’ouverture d’esprit) sans chercher à creuser son sujet (sans doute justement pour éviter de briser ce consensus). Je ne dis pas que le film est nul, au contraire j’ai trouvé l’idée sympa, c’est juste qu’au moment du clap de fin on s’attendrait à un véritable second souffle… Mais non juste le générique qui défile ! Du coup on doit se contenter d’un film sympathique mais creux et superficiel, si le sujet avait été traité plus en profondeur (tout en restant dans la rigueur que je qualifierai de « moodyste ») je suis convaincu que nous aurions eu le droit à un film génial, pas forcément consensuel mais abouti…
Ceci dit je sais que c’est là un terrain glissant, d’autant que j’ignore totalement quel est le point de vue de Clint Eastwood sur la question ; pour ma part je n’ai aucune honte à reconnaître accepter les théories avancées par le Dr Moody. Peut être que le fait d’être viscéralement athée et pas franchement cartésien fait que je suis ouvert à ce genre de choses… Quoi qu’il en soit avant de juger je vous suggère de vous renseigner sur la question (j’ai été plus que sceptique avant… il y a fort fort longtemps).

[Jeux Video] Retour sur Runes Of Magic

Runes Of MagicAyant terminé ma troisième partie sur Dragon Age – Origins j’ai décidé de laisser s’écouler un peu de temps avant de me lancer dans d’autres parties (en gros il faut 6 parties pour avoir fait le tour du jeu) ; et donc j’ai ressorti des tiroirs ce bon vieux Runes Of Magic afin de passer le temps… Sauf que, ne m’étant pas connecté depuis un sacré bout de temps, Frogster a désactivé mon compte. J’ai donc créé un nouveau compte en leur demandant de bien vouloir réactiver mon compte précédent, réponse laconique du support technique « merci de nous adresser votre demande à partir de votre compte de jeu »… Heu… Oui mais bon le truc c’est que ledit compte a été désactivé donc je ne peux plus y accéder ; pas grave je vais tout reprendre à zéro ça me permettra de me remettre dans le bain progressivement.
Petit retour en arrière… Runes Of Magic (RoM pour les intimes) est un MMORPG (jeu de rôles multijoueurs en ligne) à la sauce World Of Warcraft 100% Free To Play (F2P), vous téléchargez le client gratuit (7,5 Go pour la version complète), vous installez la chose et vous pouvez jouer à volonté sans débourser le moindre sou (même si certaines options payantes, mais facultatives, vous permettront de progresser plus rapidement).
Une fois votre compte créé, vous choisissez votre serveur (désormais des serveurs francophones existent, j’ai pour ma part opté pour Solas) et vous pouvez générer votre premier personnage en choisissant son sexe (aucune incidence sur le jeu), sa race (humain ou elfe, qui déterminera l’endroit où vous commencerez la partie et limitera l’accès à certaines professions) et sa profession (Guerrier, voleur, éclaireur, mage sont accessibles à tous, chevalier et prêtre sont réservées aux humains, sentinelle et druide sont uniquement pour les elfes). Pour finir vous pouvez personnaliser son apparence et c’est parti pour la découverte du monde de Taborea.
A partir du niveau 11 le jeu vous invitera à choisir une seconde profession qu’il vous appartiendra dès lors de faire évoluer (heureusement vous aurez accès à une nouvelle zone afin d’affronter ennemis de bas niveau). Une fois que vos deux classes auront atteint le niveau 15 vous aurez accès, après avoir prouvé votre valeur, à certaines compétences élites propres à votre classe. Avec la mise en ligne prochaine (le 16 juin) du quatrième chapitre, il sera même possible, à partir d’un certain niveau, de choisir une troisième profession (avec, là encore, l’ouverture d’une nouvelle zone de progression).
Difficile de résumer en quelques lignes l’univers de RoM compte tenu de sa richesse et du fait qu’il est en perpétuelle évolution, outre l’aspect martial du jeu, l’accent a aussi été mis sur l’artisanat (via la récolte et la transformation de ressources) et la possibilité d’apprendre des professions non martiales (cuisine, alchimie…) mais aussi sur les relations entre les joueurs… Bref pour du gratuit le jeu tient largement la route à tout point de vue. Mais ça reste du gratuit donc il ne faut pas non plus demander le beurre, l’argent du beurre et le cul de la crémière !
Le principal reproche que je pourrais lui faire est l’absence d’un réel scénario qui lie tout ce petit monde, on accomplit les quêtes (parfois répétitives) sans vraiment connaître la finalité de tout ça… Mais finalement ça n’empêche pas de passer un bon moment scotché à l’écran.
Bref à l’heure actuelle je suis Mondega, un elfe Druide niveau 15 et Sentinelle niveau 14. J’ai été adopté par une petite guilde sympa, Orbital, qui n’a pas l’air de se prendre la tête (exactement ce qu’il me faut)…