Esperanza Spalding : révélation de l’année au nez et à la barbe de Justin Bieber

Esperanza SpaldingEsperanza Spalding ? Ce nom ne vous dit peut être rien, à moins que vous ne soyez fan inconditionnel de musique jazz ou que vous suiviez attentivement l’actualité musicale ; pour ma part j’ai beau être un amateur de jazz j’avoue que jusqu’à ces derniers jours je n’avais jamais entendu parler de cette jeune artiste et je suppose que sans les Grammy Awards 2011 mon ignorance serait certainement toujours de mise à l’heure actuelle. Je ne suis pas particulièrement attentif aux récompenses (et à l’actualité) de la scène musicale, non que cela ne m’intéresse pas mais j’écoute et j’achéte quasiment que sur des coups de coeur découverts plus ou moins par hasard (radio, TV, internet, bouche à oreilles).
Si j’ai décidé de m’intéresser à notre Esperanza Spalding ce n’est pas uniquement parce qu’elle a remporté le prestigieux titre de révélation de l’année lors de la cérémonie des Grammy Awards 2011 mais surtout parce qu’elle eu ce titre au nez et à la barbe de Justin Bieber qui était grand favori de la catégorie. N’allez pas croire que j’ai fondu en larmes en apprenant cette nouvelle, bien au contraire j’ai ressenti une profonde satisfaction de voir « l’idole des jeunes » (plutôt le jeune idiot mais ça n’engage que moi) se faire siffler la récompense au profit d’une artiste nettement moins médiatisée que lui. Bin oui je n’ai aucune honte à avouer que je suis viscéralement allergique au baby à la mode du moment du coup le moindre revers qu’il subit fait naître un sourire sadique sur mes lèvres (oh ouiii encooore !) ; tout en lui m’insupporte, sa musique d’abord qui n’est qu’une soupe pop/fm sans la moindre originalité mais aussi sa personnalité insipide et sa gueule de balai à chiottes. Stooop ! Ah bon déjà ?
Revenons à nos moutons et à Esperanza Spalding, à 26 ans cette chanteuse américaine est déjà un véritable phénomène de la scène jazz. Pour en savoir plus sur son parcours exceptionnel je vous invite à vous reporter à la page Wikipedia qui lui est consacrée (la version US est nettement plus renseignée soit dit en passant) ou encore à son site officiel. Non seulement on se laisse avec plaisir transporter par sa voix sublime mais en plus c’est une véritable virtuose de la basse et de la contrebasse, bref une véritable artiste avec un grand A. Pas franchement une révélation vu qu’elle officie depuis 2002 et compte déjà cinq albums à son actif mais il n’en reste pas moins que son immense talent mérite largement cette prestigieuse récompense (d’autant que c’est la première fois qu’une artiste de jazz est récompensée dans cette catégorie).
Pour les plus curieux vous n’aurez aucun mal à trouver quelques titres via Youtube en effectuant une simple recherche sur Esperanza Spalding. Je ne vous dirai que son talent est largement supérieur à celui de l’autre tronche de cake et que cette récompense est donc logique ; vous pourriez m’accuser de ne pas être totalement objectif, ma babyphobie guidant mes doigts sur le clavier, il n’en reste pas moins que je le pense en mon âme et conscience (tout comme je la trouve bien plus agréable à regarder que l’autre). Mais bon comparer Esperanza Spalding à Justin Bieber ça revient un peu à comparer du caviar avec de la bouse.

Les Grammy Awards 2011 ayant distribué 109 récompenses (à découvrir sur le site officiel) je vous propose en propose un petit échantillon :

Meilleure chanson de l’annnée : Need You Now de Lady Antebellum
Meilleur album de l’année : The Suburbs de Arcade Fire
Meilleure performance vocale féminine pop : Bad Romance de Lady Gaga
Meilleure performance vocale masculine pop : Just The Way You Are de Bruno Mars
Meilleure performance de duo/groupe pop : Hey, Soul Sister de Train
Meilleure performance instrumentale : Nessun Dorma de Jeff Beck
Meilleur album pop instrumental : Take Your Pick de Larry Carlton & Tak Matsumoto
Meilleur album pop vocal : The Fame Monster de Lady Gaga
Meilleur album electro/dance : La Roux de La Roux
Meilleur album rock : Resistance de Muse
Meilleur album rap : Recovery d’Eminem
Meilleur album country : Need You Now de Lady Antebellum
Meilleur album reggae : Before The Dawn de Buju Banton