Ce livre que je ne lirai pas…

Des Gens Très BienC’est la première (et sans doute la dernière) fois que je consacre un post à un livre que je ne lirai pas et pourtant il y a un paquet de bouquins que je n’ai pas envie de lire ; alors pourquoi m’acharner sur celui-ci tout particulièrement ? Et d’abord de quel livre suis je en train de parler ? L’objet du litige, comme vous pouvez le constater ci-contre, est le dernier Alexandre Jardin, Des Gens Très Bien. Alexandre Jardin ? Voilà bien un auteur qui n’est pourtant pas sujet à susciter la polémique avec ses histoires romantiques plutôt agréables à lire ; raison de plus pour me demander quelle mouche a bien pu le piquer…
Dans son dernier livre Alexandre Jardin dénonce la passé de collabo de son grand-père Jean Jardin, qui fut directeur de cabinet de Pierre Laval entre avril 1942 et octobre 1943 (et donc pendant la rafle du Vel d’Hiv survenue en juillet 42). Son crédo étant que l’on ne peut pas occuper un poste aussi important et ignorer les agissements du régime de Vichy…
Personnellement je ne me permettrai pas de juger la question sur son fond ne connaissant pas les tenants et les aboutissants de la chose ; si je peux comprendre que Alexandre Jardin ait pu être choqué par cette histoire je ne vois pas bien l’intérêt de déballer tout ça en public et de salir ainsi le nom de sa famille. D’autant que sa théorie est réfutée aussi bien par sa propre famille que par les amis de Jean Jardin et même par les historiens qui affirment que ce ne sont que des allégations sans l’ombre d’une preuve.
De son vivant le père d’Alexandre Jardin, Pascal Jardin, avait publié un livre, Le Nain Jaune, dans lequel il expliquait comment Jean Jardin (son père) était venu en aide aux juifs pendant la seconde guerre mondiale… Difficile de démêler le vrai du faux dans toute cette histoire, je persiste simplement à dire que les histoires de familles devraient rester en familles. D’autant qu’au cours de l’émission Sept à Huit, Alexandre Jardin n’a pu, en toute honnêteté, répondre à la question du journaliste qui lui a demandé quelle aurait son propre engagement en 1942, résistant ou collabo ?
La réponse vous parait évidente ? Personnellement je ne serai pas aussi affirmatif… Avant de répondre du tac au tac je vous invite à écouter (et à méditer) la chanson de Jean-Jacques Goldman, Né en 1917 à Leidenstadt.