Dans la famille des formations bancales, je demande…

Petit clin d’oeil amical à Zofia pour le titre de ce nouveau post…

Au programme du jour donc : formation professionnelle (de 8h30 à 16h00).
Le thème du jour : le reporting sous Cognos.

Restons zen !Je n’entrerai pas dans les détails de ce qu’est le logiciel Cognos (développé par IBM) disons simplement qu’il est outil choisi par la CAFAT dans le cadre de son Projet de Système d’Information Décisionnelle (PSID pour les intimes) ; programme qui implique une collaboration entre les diverses branches métiers, le groupe de travail informatique PSID et la Cellule Statistique. L’objectif de la formation du jour était de nous permettre d’apprendre toutes les subtilités de la phase de reporting (création de rapports à partir des données collectées) ; ce qui ma foi part plutôt d’un bon sentiment vu que Cognos est appelé à devenir, à terme (long), notre principal outil de travail (on en est encore loin… très loin).
Sauf qu’en pratique et en raison d’une organisation déplorable (un comble pour une cellule nommée Gestion et Organisation) la session de formation s’annonce d’avantage comme un chemin de croix que comme une promenade de santé. A défaut de disponibilité d’une salle de formation informatisée (ce qui semble être la base pour une formation informatique), plutôt que de reporter la formation (le formateur est sur le Territoire et il n’y a aucune urgence à l’horizon, la solution semblait s’imposer d’elle même) il a été décidé que la formation se déroulerait dans notre open space… Bienvenue dans la quatrième dimension !
D’une part l’espace de travail n’est pas du tout configuré pour s’adapter à la formation de 8 agents (chacun ayant un poste de travail défini), qui plus est il y a dans l’open space en question une section qui n’est pas du tout concernée par cette formation, on peut donc légitimement s’attendre à des sonneries intempestives de téléphone et divers autres dérangements liés à l’activité de ces agents (sans parler des va-et-vient extérieurs au service)… Du grand portnawak en puissance !
Bref ce qui aurait pu être une formation intéressante (et utile) se transforme en un travail bâclé sans le moindre intérêt (au final je suis sans doute celui qui a le moins de raison de se plaindre vu que j’ai déjà suivi une formation sur le même sujet et une piqûre de rappel l’année dernière, donc, même sans pratiquer régulièrement, je ne suis pas totalement en terre inconnue)… C’est donc sans aucune motivation que j’appréhende la journée et sans vouloir paraître pessimiste je crains fort que les faits ne puissent que me donner raison ! J’ai déjà eu l’occasion de suivre une formation merdique à cause de l’incompétence avérée du formateur mais c’est la première fois que la CAFAT me propose une formation en se tirant une balle dans le pied (je plains par avance le formateur qui va, lui aussi, subir cette aberration) !!!

– Edit du 12 janvier 2011 –
Ce fut exactement comme je le craignais… En pire ! Entassés dans un coin de l’open space, bloc note sur les genoux, vidéo-projecteur sur un écran blanc effaçable face aux fenêtres (bonjour les reflets). Aucune pratique, que de la théorie… Bref une pure perte de temps, j’en ai d’ailleurs profité pour lancer quelques requêtes lourdes histoire de ne pas avoir l’impression d’avoir perdu ma journée !