Les drogues numériques débarquent… si, si ça existe !

OverdosePar essence le geek basique ne vit que par et pour sa passion : l’informatique ! Pas question donc de se cramer les neurones avec une quelconque drogue (cannabis, ecstasy, cocaïne…ou autres saloperies) pour s’évader ; le geek a besoin de ses neurones pour vivre pleinement sa passion. Certes parfois le geek s’évade (voire se détache) de la réalité en s’immergeant totalement dans sa passion mais il faut bien avouer qu’au niveau du trip ressenti ce n’est quand même le nirvana… Mais heureusement la communauté geek est solidaire aussi de petits malins proposent désormais des drogues numériques (e-drogue) à télécharger (contre paiement de 3 à 150$ la dose… solidaires mais pas complétement désintéressés) pour s’offrir un trip identique à celui ressenti avec la drogue réelle, les effets négatifs en moins.
Concrètement ça se présente sous forme de fichier audio au format MP3, à écouter dans le calme, les yeux fermés… et le voyage vers le monde des rêves peut commencer. n’ayant pas personnellement testé la chose je ne saurai vous dire exactement à quoi ça ressemble, ni quelles sont les sensations exactes mais j’avoue que sur le coup je suis plutôt sceptique… Et curieux, donc Google est mon ami et voilà ce que j’ai pu apprendre sur le sujet (résumé très succinct).
Déjà en soi le concept qui repose sur les battements binauraux n’a rien de nouveau puisqu’il a été découvert en 1839 par un physicien prussien mais réellement étudié à partir de 1973 par un psychologue allemand ; le principe est d’offrir le même son mais à des fréquences différentes dans chaque oreille, l’effet produit aurait des effets relaxants et apaisants… Je dis bien « aurait » car selon certains spécialistes l’euphorie ressentie tiendrait plus de l’effet placebo qu’autre chose ; moyennant quoi ce n’est peut être pas plus mal.
Pour tester la chose il suffit de télécharger (gratuitement) le logiciel i-doser puis de commander sur le site officiel ou sa version française la (ou les) dose(s) que vous souhaitez écouter (en fonction des effets attendus) ; moyennant paiement vous recevrez un lien permettant de télécharger votre commande… L’avantage de la chose c’est que les fichiers sont réutilisables à volonté contrairement à une dose de came bien réelle, et surtout aucun effet secondaire sur la santé ni phénomène d’addiction… La drogue idéale en quelque sorte !
Pour les plus curieux et les plus « bricoleurs » il est aussi possible de télécharger des freewares permettant de créer des sons binauraux, les deux principaux leaders du « marché » sont SBAGen et Gnaural ; à force de réglages et de tâtonnements peut être finirez vous par créer votre e-drogue personnalisée, celle qui vous permettra de prendre un pied d’enfer à chaque écoute… Je le répète je reste sceptique sur la chose mais à défaut de faire du bien ça ne fait pas de mal…

Fiers et ensembles sous un même drapeau… Une utopie ?

BBR in NCA l’heure où le Congrès a voté 3 des cinq signes identitaires de la Nouvelle-Calédonie (hymne, devise et graphisme de la monnaie) et que le débat, souvent houleux, sur la cohabitation des drapeaux tricolores et indépendantistes (et non kanak comme certains voudraient nous le faire croire… ou s’en convaincre) fait rage, il est plus que temps de recadrer les choses dans l’esprit et la lettre des Accords de Nouméa. Au risque de me répéter il y est clairement spécifié que « les signes identitaires (…) doivent être recherchés en commun et exprimer l’identité kanake et le futur partagé entre tous« . Sur ce coup on peut dire que l’idée de Frogier de hisser les couleurs indépendantistes aux côtés du bleu blanc rouge national aura eu le don de diviser les foules et de faire resurgir les dissensions (voire les tensions) au sein des camps loyaliste et indépendantiste… Lui qui voulait un geste fédérateur on peut dire qu’il s’est planté sur toute la ligne (une fois de plus).
Du coup les opposants à cette mascarade se mobilisent pour rappeler à nos chers politiques de tout bord les termes des Accords de Nouméa ; c’est à cette fin qu’un Collectif Pour Un Drapeau Commun Calédonien a été créé afin que nous puissions faire entendre notre voix. Je dis « notre voix » parce que j’ai en effet adhéré à ce fameux collectif, d’une part parce que je crois dur comme fer qu’un drapeau commun est l’unique solution susceptible de fédérer tous les calédoniens sans distinction de race ou d’appartenance politique, mais aussi (et peut être surtout) parce que les inepties (pour rester poli) écrites par certains de nos internautes bivexillophiles (cherchez pas ça vient de sortir, c’est le terme que j’emploie pour désigner les partisans de la solution Frogier) me foutent hors de moi.
A ce titre difficile de ne pas tirer à boulets rouges sur Franck et Caledosphere puisqu’il est le premier à relayer et à appuyer la plupart de ces réactions ; je n’ai jamais partagé les opinions de Franck, un peu trop gauchisantes à mon goût, mais depuis quelques temps il perd toute crédibilité et s’enfonce dans le ridicule. Mauvais perdant depuis que la justice a donné raison à Gomes dans l’affaire de diffamation qui l’opposait à Caledosphere, il a multiplié les posts où la mauvaise foi était de rigueur ; mais avec cette histoire de drapeaux il sombre carrément dans les méandres de la bêtise la plus crasse (le dernier exemple en date est la création d’un collectif pour les 2 drapeaux sur Face-de-bouc)… Bref en ce moment les débats sont plutôt virulents sur Caledosphere et plutôt que d’apaiser les choses Franck semble se complaire à jeter de l’huile sur le feu pour envenimer les choses. Le pire c’est que je suis persuadé qu’il n’est même pas conscient de  devenir la passerelle de Trahir Ensemble (faut dire qu’avec des arguments du genre « J’suis ici chez moi je dis ce que j’veux » ou encore « Facile de se planquer derrière un pseudo et bla bla bla » suivi de son nom, prénom et numéro de téléphone, la crédibilité prend un sacré coup de tatane derrière la nuque). Fin de ma parenthèses caledospherique, je n’ai pas l’intention de me lancer dans une attaque en règle contre ce blog que j’apprécie malgré tout mais comme il est le principal relai des bivexillophiles je ne pouvais pas non plus fermer ma gueule sur le sujet. Une chose est certaine tant que le discours ne sera pas plus modéré je me vois mal porter un jour un tee-shirt ou une chemise « I Love Caledosphere »… Mais a priori c’est pas demain la veille Franck s’étant trouvé un nouveau cheval de bataille histoire de faire parler de lui, notre philosophe à la casquette n’a pas fini de déblatérer ses âneries vu qu’il s’est autoproclamé porte parole des bivexillophiles (mais finalement quoi de plus normal pour quelqu’un qui est persuadé de tout savoir mieux que personne sur ce qui est bon pour la Nouvelle-Calédonie)…
A titre de conseil personnel Franck je te suggère de te mettre à la place des calédoniens de sang ou de coeur, ceux qui, en cas de clash, perdront plus que leurs illusions kanakistes… Si tu dois un jour te casser tu partiras avec ton macbook sous le bras, ton téléphone j’sais pas quoi dans la poche et ton tee-shirt « I Love KNKY » (et pourquoi pas un drapeau KNKY dans le cul au passage) et basta (l’auteur de cette tirade se reconnaitra certainement et je suppose qu’il ne m’en voudra pas de le citer avec quelques aménagements personnels) ! Il y en a beaucoup qui ont plus à perdre que toi, et c’est justement la raison pour laquelle nous défendons, parfois avec véhémence, nos convictions et notre pays.
Bref à l’heure où certains indépendantistes sortent des archives de l’époque Pisani (sombre époque pour bon nombre de calédoniens) le concept (l’aberration devrai-je plutôt dire) d’indépendance-association, ou d’autres demandent à ce que le drapeau indépendantiste (et non kanak une fois de plus, prétendre un truc pareil est aussi con que de dire que le drapeau tricolore est le drapeau des blancs) devienne le drapeau du pays et que le nom soit Kanaky il est plus que temps de rester mobiliser dans la droite ligne des Accords de Nouméa ; en espérant que, tôt ou tard, de réelles discussions reprendront afin de définir nos deux derniers signes identitaires et pour ça il va falloir mettre de l’eau dans son vin et faire des concessions… Mais ce n’est pas systématiquement au camps loyaliste de faire des concessions !
Pour ma part le drapeau kanak ne peut et ne doit pas être considéré comme drapeau du pays tout simplement par qu’il ne représente que la population indépendantiste, soit une minorité de la population calédonienne ; comment voulez vous que le peuple calédonien puisse se reconnaître sous cette bannière ? Pour ma part je respecte ce drapeau pour ce qu’il est mais je persiste à dire qu’il n’a pas sa place aux côtés du drapeau tricolore, et tant flottera dans notre ciel je le mépriserai. Si parfois je parle de torchon indépendantiste c’est plus par provocation qu’autre chose, une chose est sure amais je ne m’amuserai à descendre et brûler ce drapeau contrairement à ce que certains font avec le drapeau tricolore… Mais ça nos bivexillophiles s’en foutent, tant qu’on touche pas à « leur » drapeau ils peuvent dormir en paix avec leur CONscience. Et pourtant n’en déplaise à certains tant que nous serons une collectivité française, quel que soit notre degré d’autonomie, le drapeau tricolore gardera toute sa légitimité dans le ciel calédonien.
La seule solution viable pour l’avenir est de s’asseoir autour d’une table et de travailler ensemble à la recherche d’un drapeau et d’un nom de pays dans lequel toute la population puisse se reconnaître et en être fier ! Certes ce n’est pas évident mais pas pour autant utopique, en tout cas nous sommes nombreux à avoir envie d’y croire… Tout comme ceux qui ont signé les Accords de Nouméa a priori…
Ce soir le Collectif tient sa première réunion publique, malheureusement je ne pourrai y assister ayant d’autres obligations mais je serai de tout coeur avec eux ; en attendant je vous invite à voter pour le drapeau du pays que vous préférez sur le site du Collectif.

Retour à nos week-ends 100% glande… ou presque.

Vive la glandeAvec le retour de ma mère Abra a regagné ses penattes et nous avons ainsi pu renouer avec nos week-ends passés à glander à longueur de journée, ou presque.
Pour marquer le coup vendredi soir on s’est offert un apéro avec une pizza d’American Pizza ; la hache de guerre a été enterrée après discussion avec la nouvelle gérante… et aussi parce qu’il faut bien reconnaître que leurs pizzas sont vraiment au top. Par contre il faut se souvenir que désormais la grande désigne l’ancienne familiale, l’ancienne grande étant devenue une moyenne, une familiale double cheese pour deux ça fait vraiment beaucoup de pizza… Mais ça se conserve donc ce n’est pas perdu !
Samedi déjeuner en famille à Dumbéa, enfin presque, Olivier ayant profité du beau temps et d’une mer d’huile pour une sortie en bateau… Comme nous avions encore quelques courses à faire nous ne nous sommes guère attardés. Retour à l’appart et glandouille digestive au programme entre la TV et le PC. Histoire de ne pas perdre les bonnes habitudes nous commencerons la soirée par un apéro dinatoire (avec le reste de la pizza de la veille) en regardant le début de la saison 7 de NCIS – Enquêtes Spéciales.
Dimanche en fin de matinée on attaque la dernière partie de la seconde saison de True Blood, nous nous ferons les 6 épisodes d’affilée avec une courte pause le temps de préparer notre déjeuner 100% plaisir et 100% carnivore. Nous avions en effet envie d’une belle pièce de barbaque, du coup la veille à Johnson nous sommes allés directement à la boucherie pour commander deux belles tranches de T-Bone (pas loin de 2 cm d’épaisseur et 800 grammes pièce) ; grillées au beurre, sel, poivre et quelques herbes aromatiques, la dégustation fut un pur moment de bonheur gourmand (la viande était délicieusement tendre).
Rien à redire concernant True Blood la série est vraiment excellente, par contre c’est rageant de devoir attendre la sortie de la saison 3 en DVD pour connaître la suite ; la saison deux s’achève en effet sur un rebondissement des plus inattendus… Si mes estimations sont exactes je pense que les DVD devraient être disponibles entre mars et juin 2011… L’attente va être longue !!! Après True Blood on enchaîne avec la suite de Flashforward, la saison approche de sa conclusion mais le mystère du blackout demeure entier… Histoire de s’offrir un petit quatre heure nous ferons un sort à un Kouign-aman (un gâteau breton à base de beurre) que ma mère nous a ramené de son séjour en Bretagne ; ça finira de nous tasser l’estomac ! Bizarrement nous ne jugerons pas utile de diner et filerons nous coucher tôt…
Et voilà notre routine de fin de semaine a repris ses droits, ce n’est peut être pas un programme des plus excitant mais qu’il est bon de ne rien faire !!!

[DVD] Vengeance

VengeanceComme Abra bossait à Paita tout le week-end j’ai donc laissé la suite de True Blood en stand by mais c’est pas pour autant que j’ai fait grève de DVD ; j’en ai profité au contraire pour regarder un film qui n’inspirait guère Abra, à savoir Vengeance de Johnnie To.
Un ancien tueur reconverti dans la restauration (Johnny Hallyday) vient au chevet de sa fille (Sylvie Testud) à Macao ; celle-ci vient en effet d’être prise pour cible par des tueurs qui ont assassinés son mari et ses deux enfants avant de la laisser pour morte. Dès lors il va tout mettre en oeuvre pour se venger mais perdu dans un pays qu’il ne connaît pas il n’a aucune chance, c’est pourquoi il recrute trois tueurs sur place afin de l’assister. Direction Hong-Kong pour retrouver les tueurs et leur commanditaire…
Improbable rencontre entre un des plus grands réalisateurs hongkongais et notre rocker national ce film est une agréable surprise. C’est du pur gunfight à la sauce chinoise sur fond de triade donc le scénario est surtout prétexte à des scènes d’action parfaitement orchestrées même si un rien improbables (ça canarde à tout va mais pour des professionnels ils visent très mal). Le véritable pilier du film est le personnage incarné par Johnny Hallyday, justicier implacable mais aussi un homme fragile… Un rôle taillé sur mesure dans lequel il est bluffant de réalisme, et pourtant je suis le premier à reconnaître que sa filmographie reste très inégale avec du bon (Wanted, Jean-Philippe…), du moins bon (Quartier VIP, L’homme Du Train…) et du carrément mauvais (quasiment tous ses rôles jusqu’au début des années 90).
A ce titre je trouve totalement ridicules certaines critiques qui se bornent à dire que le film est mauvais parce que C’est Johnny qui tient le rôle principal ; je peux concevoir que le film puisse ne pas plaire mais au moins que ses détracteurs exposent des arguments plus constructifs que ce genre de connerie ! Vous l’aurez compris pour ma part j’ai été sous le charme en le prenant pour ce qu’il est : un film d’action divertissant et profondément humain…
Une preuve de plus que Johnny Hallyday n’est pas encore l’homme fini que certains se complaisent à décrire, si sa carrière scénique semble bel et bien terminée (après 50 ans de métier on peut lui pardonner de tirer sa révérence) il n’est pas improbable qu’il nous réserve encore quelques surprises que ce soit dans la chanson ou dans le cinéma… Mais bon il faudrait aussi qu’il prenne conscience qu’il n’a plus 20 ans et qu’il serait peut être temps de lever le pied sur les excès en tout genre (sans pour autant devenir un saint, on ne lui en demande pas tant).

Vers une refonte totale du transport urbain dans le Grand Nouméa ?

J’avais déjà évoqué les problèmes de circulation dans Nouméa (Lire ma précédente chronique sur le sujet), comme les choses ne risquent pas de s’arranger avec le temps et le développement de la ville et de son agglomération la Province Sud et les 4 communes concernées (Nouméa, Dumbéa, Paita et Mont-Dore) ont décidé de prendre le taureau par les cornes en misant sur un développement (voire même plutôt une refonte totale) du transport urbain, projet qui vise à privilégier les transports en commun plutôt que les véhicules individuels.
D’une part en améliorant l’existant, notamment en harmonisant les circuits de bus sur l’ensemble du Grand Nouméa l’idée étant de permettre à un individu de parcourir l’intégralité de son trajet avec un seul titre de transport d’où une baisse significative du prix du billet (prix qui pourrait être proportionnel à la distance parcourue ou au nombre de zones traversées, les pistes à étudier sont nombreuses).
Mais le projet est bien plus ambitieux qu’une « simple » restructuration du réseau de transport en commun urbain et interurbain, il  s’appuie en effet sur deux autres moyens de transport collectif :
– D’une part la mise en place de navettes maritimes sur 2 axes, Nouméa-Païta et Nouméa-Mont-Dore, projet qui pourrait voir le jour entre 2012 et 2013,
– D’autre part la mise en place d’un tramway sur roues (plus avantageux financièrement et plus aisé à mettre en oeuvre qu’un tramway sur rails) avec deux lignes, comme pour les navettes maritimes, Nouméa-Paita et Nouméa-Mont-Dore, l’échéance pourrait être 2015 ou 2016.
Etant entendu que le réseau de transport en commun prendra le relais depuis les gares ou débarcadères pour acheminer les passagers vers leur destination finale…
Un projet ambitieux et coûteux mais qui pourrait être une véritable réponse aux embouteillages qui pourrissent la vie des automobilistes, reste maintenant à savoir si les mentalités évolueront pour aller vers les transports en commun plutôt que vers son véhicule personnel… Mais là encore la Province et les communes disposent de moyens visant à « persuader » les usagers de jouer le jeu du transport collectif. Affaire à  suivre…

Ci-dessous le schéma de principe de la mise en place du Transport en Commun sur Site Propre (TCSP)

TCSP Nouméa
Pour des infos plus complètes sur le sujet je vous renvoie à l’article paru dans LNC du 13 août 2010 ou mieux encore au site de la Province Sud qui vous propose de consulter les fameux SCAN (d’où j’ai extrait le schéma ci-dessus) et PDAN dont parle l’article…

Peut-on s’affranchir des services d’une banque ?

Drôle de question me direz-vous et pourtant cela fait déjà quelques temps que j’ai envie d’écrire un post sur le sujet… Si la loi ne nous oblige pas à posséder un compte (bancaire ou postal, courant ou épargne) il paraît totalement illusoire de s’en passer pour peu que l’on soit en situation régulière sur le sol français.
Si la loi ne nous impose pas l’ouverture d’un compte le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle nous y incite fortement ; le Code Monétaire et Financier nous impose en effet certaines limites, et non des moindres comme vous pourrez le constater :
– D’une part tout salaire supérieur à 1500 € doit impérativement être payé par chèque barré ou virement… Les choses se corsent mais ce n’est pas fini !
– Il est interdit de payer une somme supérieure à 3000 € en espèces ; ça laisse de la marge me direz-vous, mais pas tant que ça en définitive car ce montant est réduit à 1100 € pour certains types de créances (dont les loyers).
Cette fois vous l’aurez compris se passer d’une banque, et donc des moyens de paiement qui vont avec, est quasiment impossible ! C’est vrai que les banques s’engraissent sur notre dos et que c’est rageant, c’est tout aussi vrai que les relations avec son banquier ne sont pas toujours au beau fixe (comme le disait fort justement Mark Twain : « Un banquier, c’est quelqu’un qui vous prête un parapluie quand il fait beau et vous le reprend quand il commence à pleuvoir« ) mais malgré tout on peut difficilement s’en passer… Outre se priver de moyens de paiement bien pratiques (chéquiers, carte de retrait, carte de crédit, virements…) c’est aussi faire un croix sur des services qui peuvent s’avérer des plus utiles en cas de coup dur ou d’investissement important (découvert autorisé, prêt à la consommation, prêt immobilier).
Disposer d’un compte en banque est aussi un gage de stabilité (à tort ou à raison mais ceci est un autre débat) : essayez donc de trouver une agence immobilière (et même un particulier) qui acceptera de vous louer une habitation après que vous lui ayez annoncé que vous n’avez pas de compte en banque… Je ne ferai pas l’essai mais il y a fort à parier pour que vous heurtiez à une fin de non recevoir systématique !
Si nous n’avons obligation de disposer d’un compte il faut savoir que les banques n’ont pas non plus obligation de nous accepter comme client… Pour éviter à ceux qui seraient victimes de ce genre de refus de galérer la loi française prévoit une procédure de Droit au Compte à faire valoir auprès de la Banque de France (ou de L’IEOM en Nouvelle-Calédonie), procédure dont l’objet est de désigner une banque qui vous acceptera comme client avec un compte courant disposant des services de base… De la sorte chacun devrait y trouver son compte !
Bref si l’idée de vous affranchir de votre banque a pu traverser votre esprit de rebelle en herbe je vous suggère vivement d’y réfléchir à deux fois, voire même d’y renoncer purement et simplement… Je conçois volontiers que ça puisse être tentant mais le défi semble impossible à relever…

PS : je ne sais pas si les montants annoncés sont les mêmes sur le Territoire, c’est pour cela que je n’ai pas fait la conversion… Si quelqu’un peut m’éclairer sur le sujet je suis preneur de toute information.

Sang pour Sang accro à True Blood

True Blood S02Et oui me revoilà ; si vous pensiez être débarrassés de moi c’est loupé faudra encore patienter pour me voir réduit au silence… Si je ne vous ai pas gratifié d’une chronique la semaine dernière c’est tout simplement parce que je n’avais pas grand chose à raconter et pour cause nous étions en pleine phase d’addiction à True Blood, soit dit en passant nous n’en sommes pas encore totalement remis comme vous pourrez le constater.
Le week-end dernier nous avons donc bouclé la première saison au rythme de cinq épisodes par jour… Sur fond donc d’une cohabitation pas toujours cordiale entre humains et vampires nous avons suivi la romance de Sookie, une jeune humaine télépathe serveuse dans un bar, et de Bill, un vampire qui souhaite vraiment s’intégrer au monde des humains. Mais histoire de ne pas sombrer dans les affres sirupeuses d’un sentimentalisme à deux balles les choses se corsent avec des meurtres en série, les victimes étant toutes des femmes proches des vampires et liées à Jason, le frère de Sookie…
Histoire de poursuivre sur la lancée ce week-end nous avons largement entamé la seconde saison. Le contexte étant posé on peut entrer directement dans le vif du sujet avec deux intrigues ; tandis que Bill et Sookie sont envoyés à Dallas pour enquêter sur la disparition d’un puissant vampire, les habitants de Bon Temps tombent sous le joug d’une femme mystérieuses dont les intentions ne sont sans doute pas aussi louables qu’elles ne paraissent…
Nous sommes à la moitié de la saison et toujours sous le charme, c’est vraiment une totale réussite… Outre les deux personnages principaux les personnages récurrents apportent chacun une touche personnelle à l’univers de True Blood, parmi eux on peut citer :
– Jason, le frère de Sookie, pense d’avantage avec sa bite qu’avec sa tête jusqu’à ce qu’il trouve le salut au coeur de la Communauté du Soleil, une église qui prône la destruction des vampires
– Sam, le patron de Sookie et accessoirement amoureux de sa serveuse jusqu’à ce qu’il voie ses chances d’aboutir s’envoler avec l’arrivée de Bill. C’est aussi un métamorphe qui s’efforce de dissimuler son secret à son entourage.
– Tara, amie d’enfance de Sookie et embauchée par Sam. Un peu paumée elle s’accroche à ce qu’elle peut pour trouver des repères.
– Lafayette, cuistot dans le bar de Sam, homo et trafiquant de diverses substances illégales.
– Eric, sheriff vampire du secteur où se trouve Bon Temps et donc supérieur hiérarchique de Bill.
Comme Abra bosse le week-end prochain il va nous falloir patienter 15 jours avant de pouvoir nous replonger dans True Blood et avoir le fin mot de cette seconde saison… Après ça on sera contraint au sevrage pendant un certain temps, la troisième saison étant en cours de diffusion aux Etats-Unis sa sortie DVD n’est pas pour tout de suite (mais pour patienter on pourra toujours se faire une cure de Californication) !!!
En dehors de la série TV à proprement parler j’ai tout de suite accroché au générique, aussi bien pour son visuel que pour la chanson Bad Things interprétée par Jace Everett, un thème très country/rock qui m’a donné envie de découvrir ce chanteur et du coup je me suis procuré son dernier album ; sympa à la première écoute mais pour me faire une opinion bien forgée je vais avoir besoin d’un peu de temps, disons que dans l’immédiat je pars sur une note positive (voir le générique sur Youtube). Et pour rester dans l’addiction il est plus que probable que je me rue prochaine dans une librairie de la place pour me procurer les bouquins…

C’était aussi pour moi le dernier week-end à faire la navette entre Nouméa et Dumbéa ; si je passe le week-end prochain ce sera en coup de vent avec Olivier pour donner un ultime coup de propreté à la piscine avant le retour de ma mère (lundi 16 en soirée). Autant je trouve sympa de rester à Dumbéa et de faire le con avec le chien autant les allers-retours samedi et dimanche entre Nouméa et Dumbéa sont usant (et encore je ne suis que passager, ça doit être pire pour Abra). Pas de regrets sur cette période de transition mais tout de même content que ça se termine !