[DVD] Hors De Contrôle

Hors De ContrôleComme indiqué dans mon premier post le 14 juillet aura été l’occasion de faire un break bien mérité, une nuit à Dumbéa avant de revenir sur Nouméa en fin de matinée… Et pour changer de s’offrir une nouvelle séance DVD avec le film Hors De Contrôle réalisé par Martin Campbell.
Mel Gibson y incarne un flic de Brooklyn qui reçoit la visite de sa fille, rapidement il s’aperçoit que quelque chose ne tourne pas rond dans son état de santé mais alors qu’ils sortent pour se rendre à l’hôpital elle est abattue d’un coup de fusil. Le flic pense d’abord que c’est lui qui était visé mais à force de creuser tout laisse à penser que le tueur n’a commis aucune erreur, la cible était bien sa fille. Tout est fait pour brouiller les pistes et la faire passer pour un éco-terroriste mais si au contraire elle s’apprêtait à dévoiler un complot mettant en cause les plus hautes sphères du monde économique et politique… Des gens qui ne reculeront devant rien pour étouffer la vérité, sauf que lui ,’a plus rien à perdre contrairement à ses adversaires… Reste à savoir s’il peut compter sur certains alliés ou si tous se détourneront de lui…
Ca faisait quelques temps déjà que Mel Gibson n’avait pas été vu sur les écrans, plus habitué à la rubrique faits divers entre ses frasques d’alcoolique et une séparation musclée d’avec son ex femme, et c’est plutôt rassurant de savoir que malgré tout il reste un grand acteur. S’il joue des poings et du flingue pour régler ses comptes c’est aussi un rôle très psychologique qui nous dépeint un homme brisé pris au coeur d’un complot qui le dépasse mais bien déterminé à faire éclater la vérité, quel qu’en soit le prix à payer…
J’avoue qu’il serait tentant de se dire que c’est encore une histoire de complot du gouvernement et donc rien de neuf sous le soleil, mais à défaut d’une grande originalité le film a au moins le mérite d’être bien construit donc ne serait-ce que pour le plaisir de voir un bon film il serait dommage de passer son chemin. Si l’intrigue ne brille pas par son originalité elle est bien construite avec un rythme qui va crescendo et qui plus est nous ne sommes pas à l’abri de quelques rebondissements inattendus. Si Mel Gibson incarne le personnage clé du film il n’est pas le seul à mériter le coup d’oeil, mention spéciale à Ray Winstone qui incarne un agent du gouvernement chargé de « nettoyer » les éventuelles preuves gênantes aussi débonnaire que glacial.

Mondial 2010 – Un podium 100% européen

Mondial 2010Et oui enfin le Mondial 2010 s’en est allé sur un podium 100% européen et un premier titre mondial pour la Roja espagnole… La première demi-finale opposait l’Uruguay aux Pays Bas et ce sont les hollandais qui se sont imposés au terme d’un match très disputé (victoire 3-2) ; la seconde voyait une confrontation entre l’Allemagne et l’Espagne, cette dernière s’est imposée 1-0.
De fait l’Uruguay et l’Allemagne se disputaient la petite finale pour la dernière marche du podium, c’est finalement la Mannschaft qui s’imposera (3-2), évinçant par la même l’unique équipe non européenne pouvant prétendre au podium tandis que les allemands finissent pour la quatrième fois depuis les débuts de la Coupe du Monde sur la troisième marche (et 3 titres mondiaux déjà conquis, le dernier datant de 1990).
Mais bien sûr tous les fans de foot attendaient la grande finale opposant l’es Pays Bas à l’Espagne, au terme d’un match très physique et à quelques minutes du coup de sifflet final des prolongations la Roja marque un but salvateur qui les propulse sur la première marche du podium (aussi surprenant que cela paraisse j’ai découvert que c’était la première fois que l’Espagne passait le cap des quarts de finale)… Quant aux Pays Bas, pour la troisième depuis leurs débuts dans la compétition, ils doivent se contenter de la seconde marche du podium (ça doit être frustrant à la longue, surtout après avoir éliminé le Brésil).
Si au niveau sportif ce Mondial ne restera certainement pas dans les annales il n’en reste pas moins une réussite pour l’Afrique du Sud qui a su relever brillamment le défi de premier pays organisateur africain ; mais c’est aussi son aspect extra-sportif qui restera dans les mémoires :
– Les pronostics sportifs de Krake Paul, le poulpe de l’aquarium d’Oberhausen qui a désigné sans erreur le gagnant des 7 matches de l’Allemagne ainsi que le vainqueur de la finale
– Le vacarme assourdissant des vuvuzelas, ces trompes traditionnelles africaines qui ont malheureusement sonné pendant toute la compétition
– Les charmes indiscutables de Larissa Riquelme qui malgré la défaite du Paraguay a posé nue dans El Diario Popular, un journal paraguayen

Larissa Riquelme nue pour « récompenser les joueurs du Paraguay »

Larissa Riquelme nue

D’autres photos à découvrir sur le fansite français

[DVD] Le Prix De La Loyauté

le Prix De La LoyautéChangement de registre dimanche avec Le Prix De La Loyauté, un polar musclé et efficace réalisé par Gavin O’Connor.
Après que 4 flics appartenant à la brigade dirigée par son frère (Noah Emmerich) aient été abattus par des trafiquants de drogue un jeune lieutenant (Edward Norton) mène une enquête approfondie afin de déterminer les tenants et les aboutissants d'(une affaire qui ne semble pas aussi évidente qu’il n’y parait. En effet il devient rapidement évident que les victimes sont tombés dans un véritable traquenard, les dealers auraient été prévenus… par un policier ! Les choses se compliquent quand les pistes convergent vers certains officiers corrompus qui semblent sous les ordres de son beau frère (Colin Farrell). Entre les liens du sang et le sens du devoir il va lui falloir faire un choix avant que la situation ne dégénère, mais avant cela il lui faudra découvrir jusqu’à quel point sa famille est impliquée…
Bon OK vous me direz que les histoires de flics pourris ne sont pas vraiment une nouveauté au cinéma (et certainement aussi une réalité au quotidien) mais ici la dimension familiale apporte une touche d’originalité qui vient poser un véritable dilemme au personnage principal (alors que son beau frère corrompu ne recule devant rien pour protéger son traffic). Je reconnais volontiers que je ne suis pas franchement un fan des uniformes mais il n’empêche que quand je lis sur certains forums consacrés au film que la vie des flics est ingrate et que l’on peut leur pardonner certains écarts ça me fout hors de moi ! Qu’ils enculent des ordures une fois de temps en temps si ça les amuse à la limite j’veux bien qu’on ferme les yeux mais là ils n’ont aucune limite, escroquerie, vol, torture, meurtre… Là désolé il n’y aucun pardon possible !
Ceci étant dit l’intrigue est bien ficelée, ça monte en intensité sans accrocs, les acteurs sont géniaux, le jeu est dominé par le duel entre Edward Norton en flic désabusé mais droit et Colin Farrell en pourriture finie prêt à tout pour faire régner la loi du silence mais il y a aussi Noah Emmerich qui incarne un chef de brigade honnête mais complètement dépassé par la situation et Jon Voigth, le patriarche qui aimerait pouvoir protéger sa famille et l’image de la police…

[DVD] Rapt

RaptEt encore une chronique en retard… A force vous devez commencez à avoir l’habitude mais je n’ai malheureusement pas le privilège d’être blogueur à temps plein donc il me faut composer avec un emploi du temps professionnel toujours aussi chargé. Attachez vos ceintures c’est parti pour 5 posts consécutifs (dont 3 pauses DVD, 14 juillet oblige).
Notre première pause DVD du week-end dernier aura donc été consacrée au film Rapt de Lucas Belvaux, film qui semble beaucoup s’inspirer du kidnapping du Baron Empain survenu à la fin des années 70 (voir l’article Wikipedia consacré à l’Affaire Empain).
Quand un puissant industriel (Yvan Attal) est kidnappé non loin de chez lui sa vie bascule dans le cauchemar au fur et à mesure que son univers se fissure. Outre le stress et le traumatisme de sa détention l’enquête de police révèle ses nombreuses infidélités et son addiction au poker… Peu à peu il perd l’estime de sa famille et de ses collaborateurs, et toujours pas de rançon en vue… Reste à savoir ce qui sera le plus dur pour lui, une détention prolongée à l’issue incertaine ou une libération en étant totalement désavoué par son entourage familial et professionnel…
Franchement ce film est une agréable surprise, un thriller psychologique d’une extrême noirceur qui met en avant les plus vils aspects de l’être humain, rien n’est tout blanc ou tout noir, tout en nuances de gris et d’un gris plutôt sombre. Chapeau bas à Yvan Attal qui demeure le pilier central de tout l’histoire, sa métamorphose au fil du scénario est franchement bluffante, l’homme d’affaire intouchable et sûr de lui perd peu à peu son assurance, le doute rogne progressivement ses certitudes et quelle que soit l’issue de ce drame ça le changera profondément et définitivement… Et si finalement ses ravisseurs le comprenaient mieux que son entourage ? Certes le gars n’est pas un saint mais de là à vouloir le diaboliser à tout prix il y’a un pas, un pas que certains n’hésiteront pas à franchir, quitte à le poignarder dans le dos à la première occasion…
Bref vous l’aurez compris j’ai été conquis même si la fin laisse planer beaucoup de question ; on va dire que c’est une ouverture à toutes les hypothèses, à chacun d’imaginer celle qu’il lui convient… Il n’en reste pas moins que c’est du bon thriller made in cocorico, pas besoin d’effets spéciaux à tout va pour nous scotcher, ici tout se joue sur l’ambiance et la psychologie des personnages ; un régal tout simplement…