[DVD] Faubourg 36

Faubourg 36Séquence nostalgie pour notre pause DVD du week-end puisque nous avons fait un bond dans le passé avec le film Faubourg 36, réalisé par Christophe Barattier.
Paris, 1936. Alors que la France fête l’arrivée au pouvoir du Front Populaire trois amis (Gérard Jugnot, Clovis Cornillac et Kad Merad) décident de faire revivre l’ancien cabaret qui les employait mais encore faut il le remettre à neuf et trouver une troupe digne de ce nom afin que le succès soit au rendez-vous. Les difficultés s’enchaînent mais la détermination des trois compères est sans faille, d’autant qu’ils peuvent compter sur le soutien de la population du quartier et sur le talent d’une jeune chanteuse (Nora Arzeneder)… Mais parfois même la meilleure volonté du monde ne suffit à surmonter les nombreux obstacles qui poussent inexorablement le cabaret vers une nouvelle faillite…
Le trio Barattier / Jugnot / Merad avait déjà travaillé ensemble sur le précédent film du réalisateur, Les Choristes ; et une fois encore la musique et la chanson sont les invités d’honneur de ce nouveau long métrage. Les textes écrits par Frank Thomas et mis en musique par Reinhardt Wagner collent parfaitement à l’époque (j’ai personnellement été bluffé en découvrant que ce n’était pas d’authentiques chansons d’époque) ; à noter que les chansons sont interprétées par les acteurs eux même et là encore on ne peut être que sous le charme de la voix envoûtante de Nora Arzeneder que l’on ne peut s’empêcher de comparer à Piaf. Par contre il est plutôt surprenant de voir Clovis Cornillac pousser la chansonnette, il s’en sort pas si mal que ça en plus ! Depuis que j’ai vu le film je cherche désespérément la bande originale en CD (ou autre support un peu moins officiel) mais sans succès…
Mais l’intérêt du film ne réside pas uniquement dans sa bande son, les décors aussi sont sublimes (le Paris des années 30/40 est superbement reconstitué, le voyage dans le passé est aussi bien visuel que sonore) et bien entendus les acteurs sont au sommet de leur art, les différentes intrigues se mêlent et se résolvent au fur et à mesure que l’on approche du clap de fin ; même si l’on perçoit assez tôt un dénouement inévitablement tragique on se prend à espérer… Comme les personnages du film on a envie de croire à un miracle…
Pour faire simple on va dire que c’est du grand et beau cinéma français plein d’émotions sans non plus en faire des tonnes… Un film qui mérite de rester, au même titre que Les Choristes, dans les annales du cinéma français.