Islande – Illustration de l’effet papillon

L’effet papillon est une métaphore qui sert de fondement à la théorie du chaos : un simple battement d’aile d’un papillon peut-il déclencher une tornade à l’autre bout du Monde ? L’idée étant qu’une situation initiale a priori banale peut, à force d’accumulation de divers facteurs, avoir des conséquences aussi lourdes qu’imprévisibles. Pour plus de détails « techniques » sur la chose je vous renvoie à des sites spécialisés, mes compétences en la matière étant on ne peut plus inconsistantes.

Islande - 14-04-2010Il est rare que je me fasse l’écho d’événements internationaux (et même nationaux), non que cela ne m’intéresse pas mais simplement parce que j’estime que d’autres médias, professionnels, le font beaucoup mieux que je ne le ferai ; mais je vais pourtant déroger à cette règle vu l’ampleur de la chose. En effet nul n’aurait pu prévoir qu’une éruption volcanique en Islande paralyserait la quasi totalité de l’espace aérien européen et pourtant c’est bel et bien ce qui est train de se produire.
Tout a commencé fin mars quand un volcan islandais situé sous le glacier Eyjafjallajökulla (enchanté… heu… à vos souhaits) a commencé à donner des signes d’activité préoccupants alors qu’il était en sommeil depuis 1823 ; les choses se sont accélérées le 14 avril pour finalement donner lieu à une éruption le lendemain. Eruption depuis continue qui génère un imposant nuage de cendres porté par les vents et qui s’étend progressivement sur le continent européen, perturbant le trafic aérien.
Le problème ne se pose pas tant en terme de visibilité (le vol aux instruments est justement là pour pallier ce genre de déconvenues) mais bel et bien en terme de sécurité, les poussières étant susceptibles d’endommager les réacteurs des avions (l’accumulation des particules bloquant les sorties d’air et coupant ainsi l’alimentation des moteurs) mais aussi, dans une moindre mesure, leur pare-brise et le fuselage. Rapidement les perturbations se sont enchaînées pays après pays pour finalement paralyser la quasi totalité du trafic aérien. Ainsi pour la seule journée de samedi ce sont pas moins de 21 pays qui ont été concernés avec plus de 17000 vols annulés !
Difficile de dire quand les choses pourront reprendre leur cours normal, en attendant les passagers bloqués (qu’ils soient en partance d’Europe ou à destination de l’Europe) n’ont guère d’autres choix que de prendre leur mal en patience ou de trouver une solution de rechange. Il est toutefois indéniable que les conséquences économiques de cette éruption vont se faire sentir un peu partout en Europe et sans doute bien au-delà… Aux dernières nouvelles l’éruption du volcan serait en train de baisser d’intensité, peut être une lueur d’espoir à l’horizon…
On va terminer ce post par une note positive : il semblerait en effet que le nuage ne présente pas actuellement de risques significatifs pour la santé du fait de sa dispersion et de l’altitude ; toutefois, par mesure de précaution, il fait l’objet d’une veille sanitaire attentive et quotidienne par les autorités compétentes… Nous voilà rassurés !