La promotion interne Made in CAFAT

Petit retour en arrière avant d’entrer dans le vif du sujet.
En octobre 2007 je me présente à un concours interne en vue de devenir assistant statistiques rattaché au Contrôle Médical (service où j’officiais depuis 2003 en qualité d’agent technique). Concours que je réussis haut la main, et qui me vaut une promotion en catégorie 8 (qui deviendra, après une refonte de notre grille d’emplois catégorie 6) après une période de prise en main. Période qui s’achèvera le 31 mars 2008, le changement de catégorie étant effectif à compter du 1er avril 2008.
Le Contrôle Médical ne m’occupant pas à hauteur de mes nouvelles fonctions je serai affecté à la Cellule Statistiques en mai 2009, en contrepartie on me laisse entendre que j’ai tout à y gagner en termes d’évolution de carrière… Evolution de carrière dont l’opportunité s’est présentée mi-janvier sous la forme d’un appel à candidatures pour un poste de statisticien.
Il faudra attendre le 19 mars pour que le concours soit enfin organisé en deux temps, d’abord une épreuve technique de 3 heures, puis un entretien avec les responsables de la Cellule Statistiques. Une moyenne de 13 et peu de concurrence font que j’obtiens le poste, la promotion étant effective à compter du 1er avril.

Je ne fais pas un post juste pour le plaisir d’un auto-satisfecit mais plutôt pour vous exposer quelques principes de promotion interne Made in CAFAT.
Techniquement notre salaire de brut est composé de trois éléments représentant chacun un certain nombre de points : un salaire de base, des points d’évolution (des bonus distribués selon l’appréciation de nos responsables) et des points d’ancienneté (2 par année de présence).
Avant le 1er avril j’étais donc en catégorie 6, correspondant à une base de 250 points à laquelle viennent s’ajouter 54 points d’évolution et 32 points d’ancienneté : soit 336 points. En théorie du fait de ma promotion je devrai donc passer en catégorie 8, soit une base de 310 points. Question simple : qui peut me calculer mon nouveau brut ?
La solution la plus évidente serait d’ajouter à ces 310 points de base les points d’évolution (54) et d’ancienneté (32) pour arriver à un total de 396 points. Oui mais non… Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?
Primo le passage en catégorie 8 n’est pas un acquit, il peut se faire après une « éventuelle période de prise en main ». De là c’est au bon vouloir de notre hiérarchie qui peut estimer que l’expérience au poste nous dispense de ladite période de prise en main ou au contraire nous l’imposer (pour une durée laissée à l’appréciation de notre responsable).
Secundo notre convention collective stipule qu’en cas de passage d’une catégorie à l’autre les points d’évolution « peuvent être remis en question » (hypothèse de pure forme, la tournure correspondant à la réalité serait que les points d’évolution seront systématiquement remis en question en cas de promotion). Histoire de nous assurer un minimum de gain financier en cas de promotion le texte fixe des minimas à respecter (dans mon cas un passage de 6 à 7 ou de 6 à 8 ne peut se faire sans m’assurer au moins 20 points d’augmentation). Mon salaire ne pourra être inférieur à 336 (points actuels) + 20 (minima) soit 356 points.
Dernière petite info : actuellement la valeur du point est de l’ordre de 1200 XPF.

Vous me suivez pour le moment ? Attention ça va se corser…
Salaires de base par catégorie :
– 6 = 250 points
– 7 = 270 points
– 8 = 310 points

Option numéro 1 : passage direct en catégorie 8 sans période de prise en main.
En toute logique ça devrait être la solution la plus avantageuse… Oui mais non, encore une fois…
356 (brut minimal) – 310 = 46 points
46 – 32 (ancienneté) = 14 points
14 points qui correspondent au nouveau quota de mes points d’évolution (soit une « remise en question » de 40 points) ! Au final je saute de la catégorie 6 à la catégorie 8 pour gagner 20 points sur mon salaire brut.

Option numéro 2 : passage en catégorie 7, puis passage en catégorie 8 après une période de prise en main.
– Catégorie 6 à 7
356 (brut minimal) – 270 = 86 points
86 – 32 (ancienneté) = 54 points
Aucune perte de points d’évolution vu que c’est exactement mon quota actuel.
– Catégorie 7 à 8
De nouveau j’ai un minima de 20 points assuré, soit 356 + 20, 376 points.
376 – 310  = 66 points
66 – 32 (ancienneté) = 34 points
Je perds donc 20 points d’évolution sur mon salaire brut au lieu de 40 dans la première hypothèse.

De l’avis de mes responsables hiérarchiques mon expérience au poste me dispensait de leur période de prise en main mais finalement j’ai préféré la revendiquer afin de ne pas me faire baiser par l’absurdité d’un système pour le moins obscur qui ne profite guère aux agents… Reste maintenant à définir ladite période de prise en main… 3 mois ? 6 Mois ? La solution idéale aurait été un passage direct en catégorie 8 avec remise en question des points d’évolution à hauteur de 20 points mais il semblerait que cela revienne à leur demander la lune (par contre quand il s’agit de s’accorder une prime exceptionnelle de 150.000 XPF ils sont nettement moins regardants niveau économie).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s