Tournoi des 6 nations – Petite victoire mais grand chelem !

Cocorico !Dimanche matin (heure locale) se jouaient les derniers matchs du tournoi des 6 nations 2010 ; seules la France et l’Irlande étaient encore en lice pour pouvoir prétendre au trophée. La première rencontre opposaient l’Irlande à l’Ecosse tandis que le XV français rencontrait l’Angleterre.
L’enjeu revêtait une dimension particulière pour nos bleus, d’une part parce qu’une victoire sur les anglais est toujours bonne à prendre (en Ovalie ce sont nos ennemis héréditaires) mais aussi est surtout parce qu’elle permettait à la France de s’imposer sur un grand chelem (cinq victoires sur cinq rencontres).
En fait le tournoi a proprement parler sera joué avant même le coup d’envoi de la rencontre France Angleterre, l’Irlande ayant perdu son match contre l’Ecosse (20 – 23) nous étions d’ores et déjà les tenants du titre 2010. Restait à savoir si nous allions terminer en beauté, d’autant que les anglais avaient promis de nous « gâcher la fête ».
Finalement au terme du match pas franchement passionnant mais lourd en suspense le coq français aura bouté hors de la compétition le XV de la rose sur un score de 10 à 12. Remportant par la même occasion son neuvième grand chelem (le dernier datant de 2004) et succédant à l’Irlande sur la première marche du podium (pour l’anecdote l’Irlande avait aussi remporté le tournoi 2009 sur un grand chelem) devançant respectivement l’Irlande et l’Angleterre. Une victoire sans la manière donc mais ça reste une belle victoire pour le XV français.
Pour un « résumé » complet du tournoi 2010 je vous renvoie à la page Wikipedia consacrée à la compétition.

[DVD] Le Petit Nicolas

Le Petit NicolasSamedi après-midi nous nous offrons notre première pause DVD avec le film Le Petit Nicolas, adaptation pour le grand écran du personnage créé par Goscinny et Sempé en 1959 rapidement devenu culte dans la littérature jeunesse française. Un pari osé que le réalisateur, Laurent Tirard, a accepté de relever (étonnant d’ailleurs que personne n’ait été tenté par le défi).
L’on y suit donc le jeune Nicolas (Maxime Godart) qui mène une existence bien paisible entre ses parents (Kad Merad et Valérie Lemercier) et sa bande de copains de classe… Jusqu’au jour où il se persuade qu’il va avoir un petit frère, une découverte loin de l’enchanter qui vient bouleverser son petit monde, la réponse la plus appropriée à cet événement s’impose comme une évidence : il faut se débarrasser de l’intrus !
Comme dans la version papier le récit est à la première personne, ce sont donc les réflexions d’un gamin de 8 ans qui viennent pimenter le film avec la candeur et l’innocence (quoique…) propres à l’enfance. D’ailleurs tout le film repose sur les enfants qui nous proposent une belle galerie de portraits de ce que l’on peut croiser dans une cour d’école, aujourd’hui encore. Les adultes ne sont pas en reste même s’ils font d’avantage office de seconds couteaux dans l’univers de l’enfance.
Au final on obtient une comédie pleine de fraicheur qui se laisse agréablement regarder, point de pétarades à tout va, point de gerbes de sang, juste le quotidien de monsieur tout le monde vu par un enfant. Une comédie 100% made in France comme on sait si bien les faire. Et un pari réussi pour Laurent Tirard ; qui sait d’ailleurs si l’on ne reverra pas prochainement le Petit Nicolas débarquer à nouveau sur les écrans…