[PORTNAWAK] La CSTNC déclare la guerre au français

Mon but n’est pas ici de descendre ou de promouvoir tel ou tel syndicat même si, en l’occurrence, je n’ai jamais caché une profonde antipathie (pour rester poli) vis-à-vis de la CSTNC de Sylvain Néa. A l’occasion des négociations salariales 2010 chacun y va de sa prose revendicative, là encore je n’ai pas l’intention de juger les demandes de chacun après tout nous avons tout à y gagner.

En lisant le message de la CSTNC vous comprendrez tout de suite où je veux en venir : je ne demande pas à nos délégués de nous pondre des tracts hautement littéraires mais franchement autant de fautes en si peu de lignes il y a de quoi sérieusement remettre en cause la crédibilité de l’auteur(e). A vous de juger…

CSTNCEt encore je n’ai souligné que les fautes d’orthographe faisant volontairement abstraction de la ponctuation et du sens général de certaines phrases. D’ores et déjà je suis mort de rire, même pas foutu de reproduire le nom de son syndicat sans faire une faute Confédération Syndicale… Jusqu’à nouvel ordre le mot confédération est un nom féminin donc l’adjectif s’accorde lui aussi au féminin. Je passe sur les deux dernières phrases dont la tournure est plus que discutable (avec quand même deux fautes énormes dans la même phrase ; mais c’est vrai que la phrase fait 2 lignes).

Vaut mieux en rire qu’en pleurer mais c’est franchement pathétique !

[SERIE TV] Mentalist

MentalistDepuis la semaine dernière TF1 diffuse la série Mentalist au rythme de 3 épisodes par semaine (le jeudi ici, décalage de 24 heures oblige). Après son succès Outre-Atlantique (aux USA les audiences de la série dépassent celles des indétrônables Experts) autant dire que la série était attendue au tournant mais finalement le pari n’était pas si osé que ça pour TF1.
Quelques mots sur l’histoire avant d’entrer dans le vif du sujet. Patrick Jane (incarné par Simon Baker) est consultant pour une équipe d’enquêteurs de Californie depuis que sa femme et sa fille ont été assassinées par un tueur en série qui n’a pas apprécié le portrait peu flatteur fait de lui par le pseudo médium lors d’un show TV. En fait Patrick Jane ne dispose d’aucun don occulte particulier, il est doté d’un sens de l’observation hors du commun et, en fin psychologue, parvient à percer les secrets de ses interlocuteurs ; tout en aidant la police au fil des enquêtes il espère bien réussir à mettre la main sur celui qui a ruiné sa vie…
A première vue vous me direz que l’histoire du consultant civil qui aide la police n’est pas vraiment une première (Monk), idem pour le flic psychologue qui analyse en profondeur la personnalité de chacun des intervenants pour démasquer le coupable (Profiler) mais après tout l’originalité n’est pas forcément gage de qualité ; il vaut mieux suivre une série réussie qui use de recettes éprouvées que de suivre une grosse daube qui se veut innovante. Et ça tombe parce qu’en l’occurence la réussite est au rendez-vous.
Concrètement qu’est ce qu’un mentaliste ? Pour faire simple on va reprendre la définition donnée dans le générique de la série : « Quelqu’un utilisant l’acuité mentale, l’hypnose et/ou la suggestion… Maître dans l’art de manipuler la pensée et le comportement« . Pour plus de détails je vous renvoie à l’excellent fan-site consacré à la série : lementaliste.fr.
Si la série repose principalement sur son personnage central qui, selon les circonstances, jouera sur tous les registres des émotions humaines pour découvrir ce que cachent ses interlocuteurs, elle n’en n’oublie pas pour autant les rôles secondaires, à commencer bien entendu par les membres de l’équipe avec qui il travaille et l’invisible mais omniprésent John Le Rouge (le tueur en série).
Par contre il serait peut être temps que TF1 pense à autre chose qu’aux audiences et au fric et se décide à respecter ses téléspectateurs : faut vraiment être très con pour diffuser une série TV dans le désordre (jeudi dernier nous avons eu les épisodes 1, 5 et 7 ; demain nous aurons les épisodes 4, 14 et 3) d’autant que ça devient une habitude malsaine de cette chaine (voir la série Les Experts diffusée au petit bonheur la chance). Pour le moment ça ne nuit pas à la compréhension générale de la série mais si les relations entre les personnages ou l’enquête évoluent au fil des épisodes on risque de se retrouver au milieu d’un joyeux bordel pour remettre les choses en ordre.