[DVD] La Guerre Des Miss

La Guerre Des MissUn dernier post pour la journée et je vous laisse vaquer à vos occupations (par la même occasion je m’en retournerai aux miennes) ; forcément ayant eu un méga coup de flemme après le 31 j’ai pris du retard dans la mise à jour du site ; qui plus est entre le comatage et la chaleur ambiante (on flirtait allégrement avec les 35° ce dimanche) il n’y a pas grand chose d’autre à faire que de rester vautré devant la TV ou le PC ; et c’est donc ainsi que dimanche nous nous sommes offerts une nouvelle pause DVD avec La Guerre Des Miss de Patrice Leconte.
Quand un acteur de seconde zone (Benoît Poelvoorde) revient dans son village natal de Charmoussey c’est pour coacher l’ultime élection de miss avant que les communes de Super Charmoussey et de Charmoussey ne fusionnent au profit de la première (station de ski en plein essor alors que Charmoussey est un village paumé oublié de tous). Il faut dire aussi qu’en 22 ans Super Charmoussey a remporté toutes les élections de miss mais cette fois Charmoussey compte bien prendre sa revanche… Mais ce n’est pas gagné d’avance ! Y’a du boulot !!! Ce retour aux sources est aussi l’occasion pour notre coach de retrouver celle qui fut sa petite amie 17 ans plus tôt (Olivia Bonamy) et la fille de celle-ci (Cynthia Groggia).
Si le film n’est pas appelé à rester dans les annales du cinéma français ce n’est pas non plus la sinistre daube décriée par certaines mauvaises langues ; d’accord Patrice Leconte nous avait habitué à mieux et pour son ultime passage dérrière la caméra (c’est son dernier film selon ses dires) l’on pouvait espérer un coup de maître mais le film, faute d’être inoubliable, reste agréable et divertissant (on sourit et on rit même parfois sans avoir à se forcer) ; un peu de bonne humeur sans trop s’agiter les neurones (la fin est prévisible rien qu’en regardant la jaquette du DVD… sauf que…) ça ne fait pas de mal parfois… N’en déplaise aux amateurs de cinéma d’auteur !

[DVD] L’Age De Glace 3 – Le Temps Des Dinosaures

L'Age De Glace 3Notre première pause DVD de l’année 2010 aura été un programme 100% spécial « pas de prise de tête » avec L’Age De Glace 3 – Le Temps Des Dinosaures, toujours réalisé par Carlos Saldanha. Cette fois nos héros déjantés partent à la découverte d’un monde parallèle au leur, un monde peuplé de dinosaures pas toujours très avenants mais ils sont prêts à défier tous les dangers pour sauver leur ami Sid, d’autant qu’ils pourront compter sur un allié de poids tout aussi allumé qu’eux…
A vrai dire c’est avec une certaine appréhension que j’ai abordé ce film, autant le premier volet était une totale réussite autant le second était décevant car sans grande originalité (à part l’arrivée des 2 opossums qui est une trouvaille géniale) et un peu trop « gamin » (normal me direz vous ce n’est pas vraiment un spectacle pour adultes… oui mais non vous répondrai-je alors, on peut faire un film pour enfants qui plaira aussi à un public adulte qui le verra sous un autre angle… Mais ceci est une autre histoire). Et au final la surprise fut plutôt agréable, la découverte de ce nouveau monde est l’occasion de renouveler le genre, de nouveaux personnages font leur apparition (mention spéciale à Buck la belette aventurière complétement frapadingue qui habite ce monde perdu et traque inlassablement un dinosaure qui y fait régner la terreur) et bien entendu on a encore et toujours le droit aux folles aventures de Scrat l’écureuil qui doit lutter plus que jamais pour conquérir son fameux gland (sauf que cette fois elles s’intègrent mieux dans la trame principale du scénario et l’apparition de Scratina, son alter égo féminin, réserve des scènes d’anthologie). On retrouve toute la fraîcheur du premier volet de la saga mais aussi et heureusement le même humour omniprésent et franchement je peux d’ores et déjà affirmer que ce film regorge de nombreuses scènes qui resteront cultes pour les amateurs de L’Age De Glace.
Alors quid d’un quatrième épisode me direz-vous ? Bien que le projet semble déjà être dans les cartons de la Fox j’aurai tendance à dire qu’une suite ne s’impose pas (au risque de lasser le spectateur) toutefois si ladite suite réussit comme ce troisième film à renouveler le genre (plutôt qu’à surexploiter un filon purement commercial) alors pourquoi pas ? Toutefois je dois reconnaître que les premières rumeurs faisant état d’un scénario (Ice Age – Th4w que l’on pourrait traduire par L’Age De Glace – Le Dégel) confrontant nos héros au monde contemporain me laissent plus que perplexe ; attendons de voir si l’info se confirme et surtout d’en savoir plus avant de juger…

[JEUX VIDEO] Divinity 2 – Ego Draconis

Divinity 2Entre deux parties sur Dragon Age et ce afin d’éviter tout sentiment de lassitude ; si l’on a la possibilité de prendre certaines décisions qui influent directement sur le déroulement de la partie il faut bien reconnaître que pour 90% du jeu la seconde partie a un arrière goût de déjà vu susceptible de lasser le joueur (notamment dans certaines zones « pénibles » à traverser) ; je me suis lancé à la découverte d’un autre RPG offert par Olivier, il s’agit de Divinity 2 – Ego Draconis.
Le jeu fait suite à l’excellent Divine Divinity (sorti en 2002) et au moins réussi Beyond Divinity (sorti en 2004) et nous place dans la peau d’un draconis (des soldats d’élite chargés d’éliminer les chevaliers-dragons et les dragons) qui rencontre justement le dernier chevalier-dragon agonisant, avant de mourir elle transfère ses pouvoirs au jeune draconis et lui révèle surtout la nature du véritable mal qui menace les royaumes : Damian, seigneur du chaos et ses hordes draconiques. Mais avant de l’affronter il va nous falloir apprendre à maîtriser les compétences des chevaliers-dragons…
Si graphiquement le jeu est moins abouti que Dragon Age il n’en reste pas moins très réussi avec un scénario prenant (mais avec un faible potentiel de rejouabilité) et propose quelques idées originales dont la plus significative est la possibilité de se métamorphoser en dragon pour combattre ou explorer certaines zones (certaines zones ne sont accessibles qu’aux dragons et d’autres qu’aux humains, pour le reste à nous de choisir la forme qui nous semble la plus appropriée) mais d’autres surprises nous attendent au fil du jeu.
Après l’excellentissime Dragon Age je craignais d’être blasé mais il n’en est rien, l’approche proposée par Divinity 2 est totalement différente. Ici l’on gère un seul et unique personnage il est donc primordial d’attribuer correctement les points de compétences pour obtenir un héros aussi polyvalent que possible (si à la base je suis parti sur un guerrier j’ai aussi décidé de lui attribuer des points en crochetage pour ne pas passer à côté des multiples coffres verrouillés que l’on croisera au fil de notre périple). Idem avec les compétences propres au dragon il faut trouver un bon mix entre les sorts offensifs et les sorts défensifs. Globalement Divinity 2 demande plus de réflexion pour progresser, outre certaines énigmes à résoudre pour débloquer une zone il vaut mieux avancer pas à pas que de foncer dans le tas (et sauvegarder souvent) ; à ce titre on retrouve les caractéristiques du premier volet qui condamnait le bourrin à une mort certaine !
Au chapitre des griefs je citerai la traditionnelle linéarité du scénario (il me semble que je suis déjà bien avancé et pour le moment je n’ai pas encore été confronté à des choix susceptibles d’influer sur la suite des événements), un système de combat un peu brouillon mais aussi et surtout le fait que le dragon ne puisse pas voir les ennemis au sol, d’une part il aurait été intéressant de pouvoir les rôtir à la flamme mais aussi et surtout ça éviterait les mauvaises surprises lors des retours à la forme humaine (genre tomber en plein coeur des troupes ennemies avec une santé en chute libre). Mais globalement on passe sur ces quelques défauts pour se laisser embarquer par le scénario, les nombreuses qualité font vite oublier ces quelques lacunes.
Si on me demandait maintenant quel titre choisir entre Dragon Age et Divinity 2 c’est sur le premier que se porterait mon choix, l’univers est plus riche, les interactions mieux travaillées et surtout il offre un bien meilleur potentiel de rejouabilité ; mais je ne manquerai pas de nuancer mon enthousiasme en signalant que son challenger reste une réussite à bien des points de vue…

Bonne année 2010 et meilleurs voeux

Bonne annéeComme le veut la tradition (mais aussi parce que ça me fait plaisir) je vous souhaite à tous et toutes une bonne et heureuse année 2010. Que cette année vous comble vous et vos proches, que tous vos voeux se réalisent, santé, amour, gloire et beauté et tout le tralala…

Nous concernant la fin d’année 2009 aura été copieusement arrosée… Trop même ! On s’est lamentablement endormis sur le canapé après un double apéro blindé mais l’honneur est sauf nous avons émergé avant les 12 coups de minuit pour repartir de plus belle jusqu’à 4 heures du matin. Hormis l’apéro prolongé et comateux suivi d’un trou normand (sorbet citron – rhum blanc) histoire de se réveiller nous avons célébré l’arrivée de 2010 avec un Crémant d’Alsace plutôt qu’au traditionnel Champagne. Côté bouffe nous ne toucherons qu’au saumon fumé et au dessert (une bûche citron vert et rhum) tout en nous concoctant une programmation musicale maison jusqu’à ce que le sommeil (ou l’alcool allez savoir) l’emporte.
Comme d’hab le réveil fut difficile, conséquence sans doute d’une monumentale gueule de bois… Mais finalement les choses iront mieux en cours de journée après que je me sois avalé une plâtrée de salade tahitienne (poisson mariné et crudités au lait coco) mais bon ça restera une journée globalement comateuse. Je ne dirai pas que samedi les excès du réveillon étaient oubliés mais nous étions nettement plus opérationnels même si finalement ce n’est que dimanche que nous tiendrons la grande forme. C’est vraiment bien tombé cette année le 31 jeudi soir, vendredi férié et le week-end pour récupérer… Avant de reprendre le boulot ce matin (ce dont je me serai volontiers passé mais il paraît que je n’ai pas le choix).

L’année écoulée est aussi l’heure des bilans mais c’est un exercice que je n’apprécie guère pour ma part, je préfère regarder de l’avant en tirant les leçons des erreurs passées pour aller plus loin plutôt que de tergiverser pendant des plombes (Et si j’avais fait ça quelles seraient les conséquences aujourd’hui ? Et si j’avais pas fait ça… Perte de temps ! Ce qui est fait est fait alors autant vivre avec).
Enfin une autre tradition veut que le début d’année soit aussi l’occasion de prendre de grandes résolutions pour l’année à venir… Avant de les oublier dans les heures, jours, semaines ou mois qui suivent (selon le moment auquel les fameuses résolutions ont été prises). Du coup je vais me contenter du minimum syndical cette année :
Reprendre et continuer mon régime sans prise de tête mais sérieusement. Les excès à répétition de ces dernières semaines auront eu de lourdes répercussions sur ma prise de poids (ce matin la balance affichait 113.2 kgs, contre 108.8 mi-décembre) mais je ne regrette rien ; pas question de me priver pour les fêtes de fin d’année !
Continuer à vivre au jour le jour et à déconner autant que faire se peut (sans faire de tort à autrui) ; jusqu’à preuve du contraire on ne vit qu’une fois alors autant en profiter tant que l’on peut. Quand on sucera les pissenlits par la racine il sera trop tard pour regretter toutes les conneries que l’on aura pas faites !

Une fois encore je vous présente à tous et toutes mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année.