[DVD] Largo Winch

Largo WinchEt me revoilà parmi vous le temps d’une chronique DVD consacrée à Largo Winch, adaptation cinéma de la saga romanesque puis en BD homonyme imaginée par Jean Van Hamme (à qui l’on doit aussi la saga XIII). C’est le réalisateur Jérôme Salle qui relève le défi d’une transposition des premiers volumes de la BD (qui compte actuellement 16 tomes et n’est pas encore terminée) sur grand écran.
Quelques mots sur le scénario pour commencer. Quand le milliardaire et puissant homme d’affaires Nerio Winch est retrouvé mort noyé il laisse comme unique héritier un fils adoptif inconnu de tous : Largo (incarné par Tomer Sisley), jeune aventurier marginal dont l’univers est bien loin des manipulations et magouilles économico-financières. Pourtant quand il découvrira que son père a été victime d’un meurtre il décide non seulement de relever le défi de lui succéder à la tête du Groupe W mais aussi et surtout de découvrir la vérité sur les circonstances de sa mort… Reste à savoir sur quels alliés il peut compter (même parmi les plus improbables), quels sont ses ennemis et jusqu’où sont ils prêts à aller pour mettre la main sur le Groupe W.
Si l’adaptation n’est pas une copie conforme de la BD elle est réactualisée afin de coller à l’époque actuelle (le premier tome de la BD est sorti en 1990) et reste plus que satisfaisante. Le scénario est plein de surprises et de rebondissements, les acteurs sont convaincants et l’ensemble est parfaitement maîtrisé. Au final on obtient un genre à part avec un film d’aventure sur fond d’intrigues économico-financières.
Il semblerait qu’une suite soit déjà en chantier (sortie prévue pour 2010) même si elle ne s’impose pas (le film se termine sur un final bien bouclé) l’univers de la BD est suffisamment riche pour permettre d’y puiser l’inspiration, si elle est aussi réussie que ce premier opus on ne s’en plaindra pas mais l’on vous attend au tournant Monsieur Winch… Ne nous décevez pas !

Bon cette fois à priori j’vous donne rendez-vous l’année prochaine, à moins que d’ici là nous décidions de nous offrir d’autres séances DVD, il en va en effet des films comme des bouquins, j’ai un stock d’avance à épuiser…

[BOUQUIN] Hugh Laurie – Tout Est Sous Contrôle

Tout Est Sous ContrôleEtrange de trouver Hugh Laurie en librairie, on connaît en effet d’avantage le bonhomme pour son rôle du cynique Dr House dans la série homonyme et pourtant avant de jouer les acteurs le gars s’est essayé à l’écriture (le bouquin est paru en 1996 au Royaume Uni et ne doit sa traduction française tardive qu’au succès du Dr House justement).
Avec Tout Est Sous Contrôle notre brave docteur endosse le rôle d’un ancien militaire des forces spéciales (le récit est à la première personne) qui se voit proposé un contrat pour abattre un homme d’affaire. Non content de refuser le deal il décide en plus d’aller en informer la victime potentielle… Loin de se douter qu’il va ainsi se retrouver impliqué dans une affaire de trafic d’armes qui le dépasse largement, mêlant de puissants hommes d’affaires à d’anciens agents de la CIA.
Autant vous le dire d’entrée de jeu le bouquin ne restera certes pas dans les annales et la comparaison avec Robert Ludlum de la quatrième de couv est un peu exagérée ; toutefois si le scénario est aussi improbable qu’abracadabrant il n’en reste pas moins qu’au fil des pages on a envie de savoir comment le gars va se dépêtrer de ce merdier. Mais l’intérêt principal du roman réside dans le ton du récit, on retrouve, pour notre plus grand bonheur, les sarcasmes et le cynisme du Dr House et finalement la lecture est globalement agréable. Pas un titre inoubliable donc mais une lecture agréable et divertissante ce qui n’est déjà pas si mal.
Voir les réactions sur Critiques Libres.

Je ne sais pas quelle sera ma prochaine lecture mais j’ai l’embarras du choix, outre la saga Twilight j’ai pas loin d’une dizaine de bouquins qui m’attendent sagement ; je penche pour le dernier Dan Brown (auteur du Da Vinci Code), Le Symbole Perdu.

Joyeux noël

Depuis vendredi dernier je profite de quinze jours de congés mais cette première semaine ne fut pas de tout repos avec l’entrée de plain pied dans les festivités de fin d’année.

Ouverture des hostilités dès le vendredi 18 avec le traditionnel pot CAFAT et comme d’hab c’est à la dernière minute que je me déciderai à y aller (essentiellement parce qu’il se déroulait à l’Oasis qui n’est pas très loin de l’appart). D’entrée le bar est plus que minimaliste, je ne leur demande pas de nous servir du Jack Daniels mais de là à ne pas proposer de Johnnie Walker c’est vraiment du foutage de gueule ; faute de mieux je me rabats sur la bière (il faut avouer aussi que je suis arrivé sur place après un apéro blindé à l’appart). Fermeture de l’Open bar à 23 heures (si ça continue le CE va nous imposer un couvre feu à 22 heures) et donc a priori c’est aussi l’heure à laquelle je me décide à rentrer.
Je dis a priori parce que, encore une fois comme d’hab, je quitterai les lieux dans un état plus qu’avancé pour reprendre un semblant de conscience plus de 2 heures plus tard complétement à l’opposé de l’appart et finalement trouver le moyen de me faire raccompagner chez moi dans un fourgon de flics (merci à eux de m’avoir déposé chez moi plutôt que de m’offrir un séjour en dégrisement). Retour au bercail à 2 heures du mat, couverts de bobos liés semble-t-il à quelques chutes à répétition au cours de mon périple de retour et une fois de plus à pieds nus (il y a deux ans j’avais paumé une paire de claquettes cette fois j’ai réussi à perdre une paire de mocassins)… Dur dur le lendemain, pas tant la gueule de bois, mais surtout les deux pieds blessés sous la plante (coupures et explosion d’une ampoule au talon).

Lundi 21, à l’occasion de mon anniversaire, j’avais organisé un apéro dinatoire en famille (manquaient Sam et Barbara vu que cette dernière venait de se faire charcuter les dents par un dentiste et ne pétait pas vraiment le feu). Au menu petits fours (surgelés et passès au four faute d’avoir trouvé une pâtisserie ouverte) et foie gras arrosés de champagne pour les uns et Jack Daniels pour nous avant de finir par une bûche glacée 3 chocolats. Soirée sympathique et arrosée (heureusement que je suis en congès) avec plein de cadeaux  à la clé (pour moi bien entendu).

Enfin réveillon en famille le 24. Comme nous devions récupérer Sam qui terminait à 20 heures à la station avant de le déposer chez lui nous arriverons alors que l’apéro est déjà commencé (pas grave on aura pris de l’avance à l’appart avant de partir). Bien mangé (foie gras, saumon fumé et une salade de crevettes marinées et de mangue râpée avant de terminer par une bûche) et bien entendu bien bu. Avec Abra nous terminerons la soirée par un détour dans la piscine histoire de se rafraîchir (et éventuellement de se dégriser). Encore une soirée fort sympathique et encore plein de cadeaux.
Comme d’hab le lendemain nous serons les premiers à émerger vers 7 heures, matinée de lent comatage avant de passer à table pour finir les restes (foie gras et salade) accompagnés de délicieuses langoustes au beurre d’orange prépararées par Olivier. Nous décidons de réintégrer l’appart après ce copieux déjeuner avalé sans beaucoup d’appétit. Comatage pour finir la journée sur un apéro avant d’aller nous coucher sans avoir jugé utile de dîner.

Mais bon cette semaine ne fut pas que beuveries et ripailles. Outre les courses de noël faites à la dernière minute (inhabituel mais pas beaucoup d’inspiration – et de moyens – cette année) j’ai passé pas mal de temps devant le PC pour boucler ma première partie de Dragon Age (45 heures de jeu sans avoir bouclé toutes les quêtes annexes) et en commencer une seconde (avec quelques idées de choix différents à tester mais pour faire le tour de possibilités je pense qu’il me faudra 3 parties). Je ne reviens pas sur mes premières impressions c’est une totale réussite quoique un peu linéaire.

Pour finir sur une note d’humour bien de saison je vous invite à jeter un coup d’oeil à l’évolution de notre sapin de noël victime de chats siphonés. Une petite photo qui parle bien plus qu’un long discours…

Joyeux noël

Je vous souhaite à tous et toutes avec un peu de retard mais beaucoup de coeur UN JOYEUX NOEL et vous donne rendez-vous en 2010.

[PORTNAWAK] Quand la CAFAT se met à l’heure de Copenhague

Depuis déjà quelques temps la CAFAT nous invite à procéder au tri sélectif de nos déchets ; pour simplifier il faut savoir que l’on dispose de 2 bacs pour nos déchets du quotidien :

– notre poubelle de bureau pour les déchets en papier et cartons non souillés
– 2 bacs par étage pour les autres déchets (papiers souillés, plastique, canette…)

En plus de cela il existe quelques bacs (nettement plus rares) à usage spécifique (un pour les piles usagées, un pour les bouchons de bouteille en plastique et un pour les canettes en alu). Jusque là rien à redire l’idée serait plutôt louable pour qui veut se prêter au jeu du tri sélectif (qui n’est pas obligatoire en Nouvelle-Calédonie) ; sauf que cette semaine (sans doute un effet secondaire du fiasco annoncé du Sommet de Copenhague) nous recevons un mail afin de nous rappeler les procédures en vigueur qui termine par la phrase de la mort qui tue : « Un contrôle des corbeilles individuelles va être mise en place afin de veiller au respect de ces dispositions. » (copie d’écran jointe).

La CAFAT & le tri sélectif

Quand je pense que la CAFAT dispose d’une Cellule Communication je me dis que l’auteur de ce message (dont j’ai volontairement voilé le nom sur la copie d’écran ci-jointe) aurait bien besoin de prendre des cours de comm. Ma fille si tu veux nous convaincre d’adhérer commence par nous expliquer le pourquoi du comment du tri sélectif plutôt que d’agiter la ridicule et stupide menace de contrôles individuels (ce qui laisse supposer sinon des sanctions au moins des rappels à l’ordre des fautifs).
C’est bien joli de trier nos déchets à la base mais si c’est pour qu’ils se retrouvent pèle-mêle dans le camion benne de la CSP je n’en vois pas trop l’utilité, comme il ne me semble pas que ladite CSP dispose d’un système de collecte sélectif j’avoue que je me pose des questions quant à l’utilité de toutes ces simagrées. Ceci dit je peux me tromper et dans ce cas un message rédigé intelligemment aurait eu pour effet d’informer les sceptiques dans mon genre et peut être les convaincre d’adhérer au système une fois qu’ils auraient été conscients de l’utilité de la chose. Au lieu de ça on nous agite une menace plus que risible sous le nez et résultat des courses on se braque encore d’avantage contre une mesure qui est peut être moins futile qu’il n’y paraît.

Plutôt que de faire l’effort de rédiger un message clair et informatif l’auteur a préféré se borner à un banal rappel des procédures existantes avant de conclure sur une menace à peine voilée qui fait d’elle la risée de bon nombre d’agents… Mais qu’elle se rassure le ridicule ne tue pas !
Ceci dit si la « menace » devait être mise à exécution je suis curieux de savoir comment ces Contrôleurs de Poubelles (un métier d’avenir à la CAFAT) comptent procéder. Difficile en effet de concevoir qu’ils puissent agir en notre absence (rien ne m’empêche de verser 1 litre d’huile de vidange dans la poubelle de mon voisin après son départ) ; comment garder son sérieux quand le gugusse va nous brandir une bouteille en plastique sous le nez en disant : « Pas bien ça monsieur. Bouteille en plastique devoir aller dans grande poubelle noire. Achtung !« . Je passe sous silence l’aspect purement légal d’un contrôle individuel de nos poubelles (à mon avis ça reste discutable comme démarche mais je ne suis pas un expert en la matière).

Merci à la Branche Budget et Affaires Générales pour cette tranche de rire à la veille des fêtes de fin d’année ; même si le comique est involontaire ça n’en reste pas moins très réussi !

[DVD] Appaloosa

AppaloosaDimanche en début d’après-midi nous nous sommes offerts une pause DVD (l’occasion pour moi de me déscotcher du PC et de Dragon Age) avec le film Appaloosa, un western réalisé par Ed Harris ; il occupe aussi le rôle principal mais est en plus scénariste et producteur… autant dire que c’est véritablement SON bébé (il est tombé sous le charme du roman et a décidé de l’adapter sans contraintes).
Certes l’idée de base peut paraître assez « simple » : un marshall (Ed Harris donc) et son adjoint (Viggo Mortensen) débarquent dans la petite ville d’Appaloosa après le meurtre du précédent marshall et de ses deux associés. Ils coincent rapidement le responsable, un riche et influent propriétaire terrien (Jeremy Irons) qu’ils doivent escorter jusqu’à la ville où il sera pendu… Mais bien entendu rien ne va se dérouler comme prévu.
Mais il serait dommage de passer son chemin au vu de cette apparente simplicité, le film réserve quelques surprises qui lui confèrent une certaine originalité. On peut notamment citer le principal personnage féminin (incarné par Renée Zellwegger) ; un rôle central mais plein d’ambiguïtés (plus d’une fois c’est elle qui fera pencher la balance dans un sens ou dans l’autre). Mais c’est surtout le contraste et les échanges entre le marshall, cowboy pur jus (pour ne pas dire rustique) et son adjoint plus raffiné et cultivé qui constitue l’un des points forts du film. Ajoutez y un méchant aussi raffiné qu’impitoyable et vous aurez tous les ingrédients d’un bon film. Sans révolutionner le genre il mérite le détour, et puis les westerns se font rares de nos jours (par contre je constate que parmi les derniers westerns sortis la plupart sont de belles réussites).
Vu la longue carrière d’Ed Harris je ne voudrais pas me montrer trop affirmatif en disant qu’il fait là ses premiers pas dans le western aussi je me contenterai de dire que ce n’est pas un genre auquel il nous a habitué mais qu’il y est parfaitement à l’aise, aussi bien devant que derrière la caméra. Une bonne raison de plus pour voir ce film qui finalement tire son épingle du jeu et se hisse sur les plus hautes marches du western contemporain.

Vague de pollution loqueteuse sur Nouméa

Autant vous avertir de suite les quelques lignes qui vont suivre ne sont pas du tout politiquement correctes. Cela fait quelques temps déjà que j’hésite à pondre ce billet, non que je sois devenu un fervent adepte du politiquement correct mais j’ai toujours quelques réticences à taper sur les plus faibles, ceux que la société considère comme « défavorisés »… Aprés tout certains voient en eux des cibles faciles et sans défense qui devraient inspirer pitié et compassion plutôt que mépris et hargne ; mais samedi matin ça a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase alors quitte à choquer je m’en fous je me lance et vais déverser mon fiel !

Depuis quelques années Nouméa a une nette tendance à devenir la déchetterie du Territoire, je ne parle pas de la saleté (il y aurait pourtant là aussi beaucoup à dire) mais de la multiplication de pouilleux avinés en tout genre. Notez que je n’ai rien contre les SDF en général, au contraire je suis même relativement prompt à les dépanner, tant qu’ils ne me font pas chier ! Or ceux que je vise dans ce post me tapent justement sur les nerfs donc il est bien légitime de me défouler en retour.
Je ne supporte plus ces outres à vinasse qui passent la journée à picoler jusqu’au KO technique, s’ils picolaient dans leur coin et en silence je pourrais encore les ignorer  mais généralement ils passent leur temps à brailler à qui mieux mieux, occasionnellement ils se foutent aussi sur la gueule (malheureusement sans conséquences… ce serait pas mal de leur suggérer une auto-régulation de leur population) et emmerdent le passant que je suis à vouloir me taxer « quelques pièces »… « Pour manger » ou « pour prendre le bus » ! En plus ils nous prennent pour des cons ces loqueteux, file leur des pièces et ils iront s’acheter leur vinasse pourrie ou une quelconque bouteille bas de gamme. J’pourrais me dire qu’en leur filant de la thune je réduis leur espérance de vie de quelques semaines ou quelques mois mais désolé ce n’est pas assez rapide pour me pousser à la générosité.

Il faut dire qu’à la CAFAT on est bien placés pour juger du comportement de ces pouilleux. D’un côté ils se regroupent pour picoler rue de la République, de l’autre ils sont souvent en masse autour du magasin Champion. Soit dit en passant que ledit magasin est désormais surveillé par une ribambelle de vigiles donc quelques maîtres chiens (ou supposés tels), cruel dilemme pour les gérants, d’un côté c’est une clientèle plutôt envahissante mais de l’autre ça fait toujours du chiffre en plus… Dommage pour les autres clients qui doivent supporter cette nauséabonde (normal quand on est bourré au point de se pisser dessus on ne peut pas sentir la rose) et peu discrète compagnie. Bref nous sommes aux premières loges pour le décadent spectacle de la déchéance humaine ! Heureusement avec la saison chaude on démarre les clims, du coup fenêtres fermées et on est moins emmerdés par les hululements de ces poivrots.
Marrant de constater que la CAFAT n’est qu’à quelques enjambées de la Police Municipale mais que ces derniers ne semblent pas particulièrement concernés par la présence de nos loqueteux avinés ; certes si on les appelle ils se déplacent (pas rapidement et certainement à contre coeur) mais il ne leur viendrait pas à l’idée de faire des rondes et de nettoyer les rues. J’leur demander pas non plus de se la jouer à la Charles Bronson en justicier des rues mais simplement de faire leur boulot, après tout consommer de l’alcool sur la voie publique est interdit il me semble.

Vous me direz que ça n’apporte pas grand chose comme solution concrète de cracher mon venin sur ces poivrots mais d’un autre côté ce n’est pas à moi de trouver des solutions (s’ils commençaient par se sortir les doigts du cul plutôt que de s’enfoncer de plus en plus loin dans la déchéance ce serait un bon début) et comme ces gens-là m’emmerdent au plus haut point (désormais leur seule vue me hérisse le poil) alors ça soulage faute de mieux… Ne me parlez pas de charité chrétienne (j’suis athée et religionnophobe donc pas concerné par la chose), de compassion (ils ne la méritent pas) ou de respect (qu’ils commencent par me respecter et je verrai si j’peux envisager de les respecter en retour), ce ne sont que des mots vides de sens face à ces pouilleux, économisez votre salive de toutes façons vous ne me ferez pas changer d’avis.

Peut être vous demandez vous ce qui aura fini par me convaincre de rédiger ce post (avec un plaisir non dissimulé je dois avouer). Samedi matin avec Abra nous décidons d’aller faire un tour en ville histoire de trouver quelques idées cadeaux (logique à l’approche de Noël) mais histoire de démarrer la journée d’un bon pied nous commençons par un cocktail de fruit à l’Annexe, sur la Place des Cocotiers. Un cadre agréable devant un étang artificiel mais malheureusement entaché par une odeur de merde venant du parc. Faut croire que nos pourritures avinées ont désormais transformé un bosquet voisin en chiottes pour outres à vinasse. Voilà ce qui fit déborder un vase de rancoeur, de mépris et de haine déjà bien plein.

Comme c’est bientôt les fêtes on va finir ce billet sur une note positive. Mes « amis » les loqueteux avinés ne représentent qu’une nette minorité de la population SDF qui traîne dans Nouméa ; les autres essayent surtout de ne pas trop focaliser l’attention sur eux, s’ils picolent c’est en silence dans leur coin. Comme je l’ai dit plus haut je n’ai strictement rien contre ces gens là, si je peux leur filer un coup de pouce (quelques pièces ou un casse croûte) occasionnel (faut pas non plus que ça devienne une habitude) je le fais avec un réel plaisir.

Saint Nicolas, le coup d’envoi des festivités

Noel 2009La Saint Nicolas (le 6 décembre) marque pour nous l’entrée de plain pied dans les fêtes de fin d’année. Habituellement on marque le coup en dinant d’un bol de chocolat et de figurines en pain d’épice mais cette année pas moyen de mettre la main sur les figurines en question du coup on a adapté les choses en fonction des disponibilités… Pour l’occasion le régime aura été mis entre parenthèses !
Un bol de chocolat chaud et un assortiment de pâtisseries pour le petit déjeuner histoire de bien commencer la journée ! On a clairement perdu l’habitude de bouffer aussi consistant le matin, du coup à midi nous ne jugerons pas utile de déjeuner (juste une tartelette). Par contre pour le dîner, après un apéro de rigueur, on continue sur la lancée des petits plaisirs avec un burger, des frites et un crème brûlée (commandés à American Pizza).
Mais la Saint Nicolas n’est pas uniquement l’occasion de s’en mettre plein la panse, c’est aussi le jour où l’on dresse le sapin de noël… Pour être plus juste c’est le jour où Abra décore le sapin, mon rôle consistant uniquement à descendre le carton d’emballage. Et ce pour le plus grand plaisir des chats qui voient dans ce truc un terrain de jeu plein de ressources ! C’est d’ailleurs pour ça qu’à peine le sapin dressé on a pris quelques photos, car si dans un premier temps nous réparerons au fur et à mesure les dégâts causés par les chats l’on sait pertinemment qu’au bout d’un moment on rangera directement les décos décrochées.
Soit dit en passant ça n’a pas raté, Sumi-Charoufou a été le premier à décrocher les boules de noël pour jouer avec ! Mais bon il faut pas trop se plaindre on dirait que cette année ils ont renoncé à grimper dans le sapin… De toutes façons ça ne sert à rien de s’exciter après les chats pendant la journée, on laisse faire en poussant une gueulante de temps en temps (sans beaucoup de résultat soit dit en passant) ; une fois qu’on est couchés nos bestioles s’en donnent à coeur joie dans le sapin à en juger par le carnage que l’on constate au réveil…

[JEUX VIDEO] Dragon Age : Origins

Dragon Age - OriginsDepuis la saga Baldur’s Gate nombre de rôlistes sur PC attendaient avec une impatience grandissante de lui trouver un digne successeur (au risque d’en choquer certains pour moi la référence RPG reste Morrowind qui laisse au joueur une totale liberté de mouvement) et il semblerait que ce soit chose faite avec Dragon Age : Origins, DAO pour les intimes, (un autre produit Bioware, studio qui nous a habitué à des RPG de qualité, dont Mass Effect le dernier en date). Sans surprise j’ai donc craqué pour ce petit bijou afin de voir s’il tient toutes ses promesses… Et force est de reconnaître qu’il n’y a pas grand chose à redire !
Bien que ne bénéficiant pas de la licence AD&D l’univers Heroic Fantasy reste très proche de son illustre modéle. La création du personnage propose 3 races (humain, elfe ou nain) et 3 professions (guerrier, mage, voleur) avec chacune un ou plusieurs background qui définiront le scénario de départ (il y a en tout 6 scénarios disponibles) ; si ça peut paraitre léger au niveau des professions il faut savoir que chacune permet, à partir d’un certain niveau, de se spécialiser dans une branche à choisir parmi 4 possibilités offrant des bonus spécifiques et ouvrant à de nouvelles compétences…
Comme d’hab l’on incarne un héros qui va devoir sauver le monde mais contrairement aux apparences le scénario est riche et nous réserve bien des surprises au fil des heures de jeu… Au fil du jeu l’on rencontrera divers compagnons qui pourront nous accompagner par la suite et d’autres PNJ pourront se joindre à nous le temps d’une quête par exemple. Comme toujours avec Bioware il est important de faire en sorte de rester en très bon terme avec ses compagnons d’aventure si l’on souhaite accéder à certaines quêtes spécifiques et éventuellement démarrer une romance.
Rien à redire au niveau du graphisme qui est sans reproche aussi iben en jeu que lors des nombreuses cinématiques. Idem pour le gameplay, Bioware n’a rien à prouver et maîtrise parfaitement le sujet, rapidement l’on va devoir user et abuser de la pause active (on met le jeu en pause au cours du combat afin de définir une stratégie à chacun des personnages un peu comme lors d’un combat au tour par tour) afin de ne pas se laisser submerger par les ennemis. Le seul petit reproche que je pourrai faire au jeu concerne, une fois encore, sa linéarité ; si le scénario est vraiment bien fichu je le trouve un peu trop directif et pour le moment je n’ai pas encore été confronté à des choix susceptibles d’influencer directement le cours des choses.
Je joue actuellement trois persos que j’essaie de faire évoluer au même rythme afin de voir si justement par la suite on va se retrouver face à des situations ou le choix de telle ou telle option fera basculer le scénario dans un sens ou dans l’autre… Quoiqu’il en soit DAO reste un excellent jeu de rôle qui promet de longues heures de jeu avant de pouvoir le mettre au placard !
A noter aussi que le jeux propose 2 DLC (contenus téléchargeables) gratuits, une armure de haut niveau (inutilisable avant un certain temps vu le requis de 38 en force) et un espéce de golem susceptible de devenir un compagnon (pas encore eu l’occasion de rencontrer le PNJ qui me donne la quête). Un autre est disponible contre paiement mais là par contre je passe mon tour…
Enfin le titre laisse présager qu’il pourrait s’agir du premier volet d’une nouvelle saga, bien qu’étant encore loin d’avoir bouclé ce premier opus j’ai déjà hâte de voir la suite !

[MUSIC] Soan – Tant pis…

Soan - Tant PisSoan, surprenant mais méritant vainqueur de La Nouvelle Star 2009, nous livre enfin son premier album sobrement intitulé Tant Pis. Alors suspense : aura-t-il été contraint de vendre son âme au diable pour essayer de charmer un public plus large ou restera-t-il fidèle à lui même ? Poussons un grand soupir de soulagement, à l’écoute de l’album il semblerait que sa maison de disque lui ait laissé carte blanche ; c’est en effet du Soan pur jus que l’on retrouve ici, un écorché vif que le chante haut et fort dans un style sans concessions qui n’est pas sans rappeler Mano Solo à ses débuts (avec un peu moins de noirceur quand même).
Notons quand même que le jeune chanteur est auteur-compositeur de ses chansons, les textes sont intelligents, la voix pas toujours très égale mais c’est aussi ce qui fait le charme de Soan… La jaquette est à l’image de l’album, on se doute bien que l’on va avoir le droit à quelque chose qui sort de l’ordinaire ; pour notre plus grand plaisir ! Bref c’est du tout bon à écouter, espérons qu’il soit aussi inspiré tout au long de sa carrière que je lui souhaite longue et brillante.
Ah oui si je peux me permettre une suggestion : évite de chanter en anglais stp ! D’une part la langue française est toute aussi musicale que la langue de Shakespeare mais en plus, désolé de te le dire franco, t’es pas franchement anglophone ! Bon heureusement il n’y a que 2 titres concernés donc on peut passer l’éponge… Continue de nous faire vibrer en français comme tu sais si bien le faire…

En fan inconditionnel de Renaud j’aurai aimé pondre un article consacré à son dernier album, Molly Malone, mais malheureusement impossible de consacrer un coup de coeur à cet opus. Il se contente en effet du strict minimum en adaptant des balades traditionnelles nord-irlandaises. Si ce n’est pas désagréable à écouter ce n’est pas franchement ce que l’on attend de Renaud… Donc j’attendrai son prochain VRAI album dans l’espoir de lui dédier un coup de coeur enthousiaste.