[Jeux Video] Drakensang – L’Oeil Noir

DrakensangLe moins que l’on puisse dire c’est que ce fameux jeux de rôle aura pris son temps avant de débarquer dans les bacs à Nouméa, sorti en France en mars il aura fallu attendre le mois d’août pour pouvoir enfin se plonger dans cet univers nouveau. Il faut savoir que Drakensang est l’adaptation d’un JdR sur plateau allemand qui, Outre-Rhin, bénéficie d’une popularité supérieure à Donjons et Dragons (la référence internationale en matière de JdR) donc je l’attendais avec une certaine impatience…
Annoncé comme un JdR pur et dur on est d’entrée de jeu mis dans le bain, la création du personnage est des plus complète (race, classe, répartition des attributs et compétences) mais que les profanes (et les impatients) se rassurent il est possible de commencer avec l’une des 20 professions prédéfinies afin de commencer l’aventure au plus vite (c’est d’ailleurs le choix que j’ai fait en incarnant un classique guerrier).
Au niveau du scénario le héros répond à l’invitation d’un vieil ami qui a sollicité son aide, mais les choses se corsent dès le départ, l’accès à la ville est interdit à moins d’avoir deux témoins de confiance qui se portent garant de nous…Et nous voilà plongé dans la première partie de l’aventure qui permet de découvrir l’univers du jeu et de se familiariser avec la prise en main et l’évolution de ses personnages (le héros et ses compagnons de voyage qui le rejoignent en cours de partie). Si l’on se contente de jouer la quête principale on peut boucler rapidement et sans difficulté majeure cette première partie, mais heureusement de nombreuses quêtes annexes permettent de faire durer le plaisir et de monter en niveau avant d’aborder la ville et de découvrir que notre ami vient d’être assassiné…
Rien à redire graphiquement, le jeu est beau (malgré une jaquette très bof) et fluide, niveau gameplay la progression du personnage est un peu déconcertante mais finalement on s’habitue assez vite aux règles du jeu(l’on améliore nos compétences en redistribuant les points d’expérience) et comme le scénario est vachement immersif on oublie vite les quelques défauts techniques (la gestion des collisions laisse parfois à désirer) pour s’éclater sans retenue.
Si vraiment je devais émettre quelques réserves je pourrai lui reprocher une extrême linéarité (on est loin de la totale liberté de mouvement d’un Morrowind ou d’un Oblivion) et du coup certaines zones ne sont plus accessibles une fois qu’on les quitte (et du coup si on a encore des quêtes en cours elles s’inscrivent comme échouées). Heureusement le nombre et la diversité des quêtes annexes parvient à faire oublier ce léger désagrément. Il n’en reste pas moins que c’est le genre de jeu sur lequel je réfléchirai à deux fois avant de jouer une nouvelle partie (outre la linéarité je n’ai pas l’impression que l’aventure puisse beaucoup évoluée d’un perso à l’autre), mais là encore ce n’est pas vraiment handicapant vu que l’on rencontre des alliés divers qui nous rejoindront et permettent de profiter des compétences propres à chaque profession.
Au final même si le jeu n’est pas parfait il mérite largement de figurer parmi les (très) bons jeux de rôle PC de ces dernières années, le rôliste passionné ou amateur devrait passer de longues heures scotché devant sa bécane (j’y ai passé une bonne partie du week-end avec plaisir). En attendant le prochain volet…

Lord Arsenik

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s