USTKE – Fin de conflit et retour au calme

Encore une semaine placée sous le signe du syndico-terrorisme du Steak ; toutefois après une grosse flambée de violence mercredi (barrages et affrontements à Saint Louis puis émeutes urbaines à Montravel) l’on a appris jeudi matin qu’un protocole d’accord avait enfin été signé dans le cadre du conflit à Aircal et, en début de soirée, que la grève générale était suspendue jusqu’au 22 août (en prévision du passage en appel de Gégé le Barjot).

Certes on ne peut que se réjouir d’un retour à la paix civile et sociale mais difficile de savoir quels sont les tenants et les aboutissants de ce fameux protocole d’accord, en l’état on ne peut avoir que trois certitudes :
– Le président du gouvernement, Philippe Gomes, est intervenu en personne pour convaincre (?) les deux parties de négocier et de signer
– Aircal comme l’USTKE se disent satisfaits du protocole signé (marrant quand on sait que leurs exigences étaient radicalement opposées)
– Les jours de grève ne seront pas payés, comme d’hab ce sont les vrais grévistes qui l’ont dans le cul

Bien entendu les steakistes n’ont pas manqué de fêter bruyamment leur « victoire »… comme d’hab ils n’ont rien compris ! Les steakistes sont suffisamment manipulés (lobotomisés devrai-je dire) par leur base pour ne pas se rendre compte que la fin du conflit était un impératif, la situation leur avait complètement échappé (les affrontements et saccages à Montravel et Ducos n’étaient pas l’oeuvre de militants steakistes excités mais d’une bande de jeunes cons délinquants primaires) et continuer sur cette voie était une porte ouverte à la guerre civile (le mouvement n’avait plus rien de social, la dérive politique devenait trop évidente)… Alors avant de klaxonner dans les rues comme des ânes posez vous les bonnes questions ! Dans ce conflit il n’y a aucun gagnant mais que des perdants et en premier lieu la Calédonie qui donne, une fois de plus, une image d’elle même déplorable.

Chapeau bas aux forces de l’ordre et au haut-commissaire, Monsieur Dassonville, qui a été pas mal critiqué de part et d’autre tout au long du conflit (d’un côté on dénonce la « répression coloniale » et de l’autre on lui reproche d’avoir battu en retraite devant les barrages de Saint Louis et à Montravel) alors qu’il a parfaitement su gérer avec fermeté mais sans obstination le conflit en laissant une porte ouverte au dialogue (une répression trop vindicative n’aurait fait qu’attiser les haines et mettre inutilement des vies en danger).

Vous aurez compris que je n’appartiens pas au fan club de Jodar mais comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire je ne suis pas non plus de ceux qui glorifient Naisseline, j’aurai même tendance à dire que que la signature de ce protocole d’accord ne fait que renforcer mon opinion : il a géré de façon catastrophique le conflit Aircal en ne faisant qu’attiser les braises pour des raisons de purement personnelles. En effet le protocole signé est grosso modo le même que celui que Jodar avait accepté de signé en juin peu avant son procès, seulement voilà le « grand chef » Naisseline ne supportait pas qu’un « enculé de blanc », zoreille de surcroît, puisse lui foutre les bâtons dans les roues et paralyser « son » entreprise donc par fierté mal placée il a refusé la négociation. On connaît le résultat avec ces 10 derniers jours de tensions et affrontements qui auraient pu être évité si « chef oui chef » avait fait preuve d’un minimum de bon sens. Sa déclaration à l’issue de la signature ne fait que conforter la piètre opinion que j’ai de lui : « On aurait pu arrêter la grève bien avant si nous avions eu en face de nous quelqu’un comme Louis Kotra Uregeï à la place de Gérard Jodar. »

Laissons les esprits s’apaiser nous avons tout à y gagner et surtout notre économie (mise à mal par ce conflit) ne s’en portera que mieux…

Et espérons surtout que le 22 août leur grève générale sera enfin une vraie grève et non une énième démonstration de force.