[DVD] Mesrine – L’instinct De Mort & L’ennemi Public N°1

Même si je ne suis pas particulièrement fan du biopic (film autobiographique) contemporain le film Mesrine de Jean François Richet m’intriguait et c’est donc tout naturellement que je me le suis offert lors d’un détour chez Compact ; le réalisateur nous invite donc à suivre le parcours de Jacques Mesrine de son retour d’Algérie à sa mort à travers deux films.

Mesrine

La première partie, L’instinct De Mort, nous fait découvrir l’ascension de Jacques Mesrine (incarné par Vincent Cassel) de ses débuts de petit braqueur à Clichy au grand banditisme en France et au Canada (c’est d’ailleurs au Québec qu’il sera pour la première fois qualifié d’ennemi public numéro 1). Le film couvre la période 1961-1972 et s’arrête après son arrestation aux Etats Unis suivie de son extradition vers le Canada.
Dans la seconde partie, L’ennemi Public N°1, on retrouve Mesrine en France de 1973 à sa mort en 1979. Entre braquages, enlévements et évasions il est traqué par toutes les polices de France mais essaye de s’attirer la sympathie du public en misant à fond sur une campagne de communication (avec la complicité des médias) au cours de laquelle il persiste à dénoncer le système. Sa cavale prend fin en novembre 1979 dans une embuscade sanglante tendue par la police ; embuscade dont les détails restent, aujourd’hui encore sujets à caution.
Etant personnellement loin de vouer un culte à Mesrine qui est pour moi tout sauf un héros et moins encore une victime j’étais curieux de voir quel serait le parti du réalisateur et j’ai été agréablement surpris de voir qu’il se contente de retracer les faits et rien que les faits sans chercher à nous faire pleurer sur son personnage central. D’un autre côté on peut aussi difficilement nier que sa mise à mort tient plus d’une exécution sommaire (après la fusillade un flic aurait même été jusqu’à lui tirer une balle dans la tête) que d’une réelle tentative d’arrestation qui aurait mal tournée…
Il n’en reste pas moins que ces deux films sont une totale réussite (ma préférence va au premier mais ça n’engage que moi), une fois de plus c’est bien la preuve que le cinéma français est parfaitement capable de rivaliser avec les blockbusters Made in Hollywood.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s