[DVD] L’oeil Du Mal

L'oeil Du Mal

En ce week-end maussade nous avons décidé de nous offrir une séance DVD, c’est donc sur L’oeil Du Mal, un thriller réalisé par DJ Caruso que se portera notre choix.
Niveau scénario on y suit deux jeunes qui ne se connaissent pas mais se voient contraints de faire équipe et d’exécuter tous les ordres d’un mystérieux commanditaire ; lui (Shia LaBeouf) est soupçonné à tort d’être un terroriste et se retrouve avec le FBI aux trousses, elle (Michelle Monaghan) doit obéir sinon son fils mourra… Quel que soit leur commanditaire ils doivent obéir pour survivre à moins de réussir à déjouer les plans de celui ou celle qui semble tirer toutes les ficelles…
C’est le genre de film mené tambour battant du début à la fin, on ne s’ennuie pas une minute (c’est même à peine si on le temps de souffler), les rebondissements s’enchainent et le suspense reste entier même une fois que le complot est dévoilé… A la fin du film on n’a qu’un mot qui nous vient à l’esprit : waow ! Et d’ores et déjà l’espace d’un instant vous ne considérerez votre téléphone portable comme votre meilleur ami…
Le moins que l’on puisse dire c’est que le réalisateur a parfaitement maîtrisé son sujet, mais au-delà des divers effets pyrotechniques et des scènes d’action époustouflantes il propose aussi une réflexion sur les risques de la technologie à outrance et le réveil de Big Brother (mais je n’en dirai pas plus au risque de lever le voile sur l’une des question clé du film). Anticipation ? Pas sûr quand on voit la volonté de nos têtes pensantes à tout vouloir contrôler au prétexte de mieux nous protéger ; la parano post 11 septembre leur a entrouvert la boite de Pandore reste à savoir maintenant s’ils seront capables de résister à la tentation d’aller toujours plus en avant… Jusqu’au point de non retour ! Bon Ok c’est pas pour demain, mais qu’en sera-t-il après demain ?
Vous l’aurez compris c’est vraiment un film que je vous conseille, un must à voir et à avoir pour les cinéphiles…

Mes chers voisins… Je vous hais !

Je suppose que je ne suis pas le seul dans ce cas mais avoir des boulets comme voisins c’est la galère au quotidien… Ou presque !

Je ne vous parlerai de mes voisins de palier, ni même de mes voisins d’immeuble étant d’un naturel asocial je ne les connais guère et cela me convient parfaitement… Non en l’occurrence je vous parlerai de mes voisins d’en face, ou plutôt de ceux qui sont derrière l’immeuble (mais malheureusement face à notre chambre). D’ailleurs s’ils passent dans le coin et lisent ce message c’est pour eux que j’ai fait la capture d’écran ci-dessous dans Google Earth… Ce serait dommage qu’ils ne se reconnaissent pas !

Merci connards !Je vais passer sous silence (ou presque) le nuisible qui laisse toute sa nuit une lumière bleue anti-moustiques allumée sur son balcon (quand ce n’est pas directement la lumière du salon qui reste allumée… Merci connard au passage !) pour m’intéresser au spécimen le plus pernicieux de la zone : le fêtard inconditionnel et sa bande de pote !
Avant d’aller plus avant dans mes propos je tiens à signaler que je n’ai rien contre le fêtard occasionnel bien au contraire c’est naturel de se faire plaisir de temps en temps et j’ai moi même dû troubler le sommeil de certains voisins… Non ma cible est le fêtard inconditionnel qui fait sa bamboula au mépris du voisinage qui de temps en temps aimerait pouvoir pioncer le week-end sans avoir à subir toute la nuit les rires et cris avinés d’un petit groupe de pochetrons qui a du mal à comprendre que « la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres ». Faire la fête oui, faire chier les autres non ! C’est une simple question de respect…
Donc notre nuisible a décidé cette semaine de faire les choses en grand en réunissant ses potes mercredi, vendredi et samedi soir… Rien que ça (et ce n’est pas une première sinon je pense que j’aurai pris mon mal en patience mais du fait de la répétition mon seuil de tolérance est vite dépassé) !  Je vous passe les détails mais imaginez une bande de potes réunis autour de quelques bouteilles et/ou canettes dans leur salon, toutes fenêtres ouvertes (bin ouais ce serait pas marrant autrement) ; tout l’entourage profite de vannes à deux balles et de rires gras… Merci connards !
Mais voilà l’histoire de s’arrête pas là, le nuisible ou l’un des acolytes alcoolisé, dispose d’une arme redoutable pour le voisinage en mal de sommeil : le rire gras et bête ! Imparable dès que le gars rigole le sommeil s’envole, les poils se hérissent et l’adrénaline grimpe en flèche ; non seulement son rire est particulièrement tonitruant mais en plus il semble tellement con qu’il en devient énervant… Et bien entendu le nuisible rieur à le rire facile ! Merci connard !

Voilà ça ne changera pas grand chose aux faits mais ça fait du bien de pousser un coup de gueule de temps en temps… Quelles sont nos armes face à cette menace :
– Essayer de raisonner l’individu : pas certain d’avoir envie de perdre du temps dans une discussion qui risque fort de s’envenimer
– S’inviter à la fête : aucune envie de faire connaissance avec ces gens là et devenir moi même un nuisible
– Appeler les flics : pas mon truc la délation mais si ça continue c’est pourtant vers cette solution que je me tournerai
En attendant je prends mon mal en patience en bénissant l’inventeur de la boule Quies… Au moins ça atténue le bruit ambiant même si ça reste quand même vachement inconfortable à porter.

Jodar au placard ! Actions… Réactions…

Jodar Break - Ep. 1Permettez-moi de revenir brièvement sur l’actualité locale du moment qui est encore et toujours monopolisée par l’USTKE et ses frasques… Tout a commencé (résumé très succinct) fin mai alors que le conflit à Aircal s’enlisait du fait d’une mauvaise volonté évidentes des deux parties (direction et syndicat) à négocier, Jodar et ses sbires décident alors de bloquer l’aérodrome de Magenta mais comme d’hab avec l’USTKE la manifestation tourne mal, les militants envahissent le tarmac, la police donne l’assaut et du coup certains cagoulés (dont Jodar) ne trouvent rien de mieux à faire que d’aller se réfugier dans un des avions sur le tarmac avant de se faire déloger par les flics.
Un nouvel exploit pour notre Affreux Jojo et sans doute la goutte d’eau qui fait déborder le vase vis à vis de l’opinion publique exténuée par les conneries à répétition de Jodar qui confond systématiquement syndicalisme et délinquance, voire même terrorisme. Résultat des courses courant juin un manifestation anti-USTKE et pro-Aircal (et donc un soutien tacite à Naisseline ; c’est ce second point qui fait que je ne me suis pas associé à l’événement bien qu’étant à 200% contre Jodar et ses dérives) réunit 3000 personnes venues exprimer leur ras-le-bol, une pétition demandant l’incarcération de Jodar circule même à cette occasion (mine de rien au fil des semaines elle recueillera quand même 15000 signatures). Parallèlement Jodar passe en jugement mi-juin mais le délibéré est reporté à la fin du mois afin que la Justice ait le temps d’examiner en détail les tenants et les aboutissants de l’affaire ; le 29 le verdict tombe et Jodar écope de 12 mois fermes (sur les 15 requis par le procureur) avec mandat de dépôt immédiat au Camp Est.
Je ne vous cache pas que je ne suis pas le seul à applaudir des 2 mains la décision rendue en espérant qu’un séjour à l’ombre permette au pire à Jodar de retrouver un minimum de bon sens (mais bon là-dessus j’ai de sérieux doutes, comme le dit le dicton « quand on est bête c’est pour longtemps, quand on est con c’est pour la vie ») et au mieux de tomber dans l’oubli (je ne me fais guère d’illusion sur ce point non plus d’autant qu’il se la joue en martyr de la « justice coloniale »). N’en déplaise à la gauche caviar (et à la gauche fumier) de Métropole (Mamère, Besancenot, Bové et autres abrutis pseudo-révolutionnaires de l’internationale marxiste) j’espère vivement que la sentence sera confirmée (voire même alourdie) en appel afin de rendre à l’action syndicale ses lettres de noblesse…
Dernier épisode en date, samedi matin. Suite à l’incarcération de son leader l’USTKE (reprise ne main par son père-fondateur et « président d’honneur », LKU) appelle à manifester dans les rues de Nouméa ; on va pas pinailler quant au nombre de personnes réunies (2000 selon la police, 3000 selon les médias et 5000 selon les organisateurs) mais force est de reconnaître que pour une fois le syndicat à réussi à mobiliser en masse ses troupes. Je ne vais pas leur contester le droit à manifester mais je trouve pathétique de mettre en tête de cortège les gamins des adhérents incarcérés avec une banderole « Libérez nos papas » ! Ne cautionnant pas d’avantage cette marche je ne m’éterniserai pas sur le sujet, c’était juste histoire de faire un rapide bilan sur les frasques de l’USTKE…